Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d (Actes 9)

Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d'en être porteur (Actes 9) ; Patrice Berger

Prédication de Patrice Berger, 2021-07-08, église AB Lausanne-Renens

titre: Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d'en être porteur , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé :

Ne mettons jamais une limite à la grâce de Dieu. Saul était aussi fanatique et intégriste que quelqu’un de la Gestapo ou de l’Etat Islamique et pourtant Jésus l’arrête, lui offre sa grâce pour qu’il soit lui-même porteur de cette grâce en Christ. Mais finalement qu’est-ce que la grâce divine ? Certainement pas une deuxième chance pour continuer sa vie, mais pour une orientation de vie tournée vers l’auteur de toute grâce : Christ. En cela, à l’image de Saul, Ananias et Barnabas, soyons des croyants en Christ qui saisissent la balle au rebond quand Dieu nous l’envoie pour être les reflets de Sa grâce.

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Actes 9 ou la Bible NEG 1979 Actes 9 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Intro

Résistant à Nice

J’ai rencontré l’été dernier un ami écrivain qui s’est penché sur une partie de la vie d’un résistant de la guerre 1939-45 qui résidait à Nice.

Première partie tranquille

Autant dire que la première partie de la guerre était assez tranquille quand Nice était dans la zone libre ou sous la présence des Italiens.

Deuxième temps difficile

En revanche, à partir du 10 septembre 1943, à la suite de l’armistice signé entre l’Italie et les Alliés, la Gestapo entre à Nice et y organise la traque des Juifs selon un plan préétabli entre autre par Aloïs Brunner qui parviendra à déporter 1820 personnes en 28 convois.

Même ambiance dans le texte du jour

Le passage de ce matin dans le livre des Actes nous confronte à un membre de la « Gestapo religieuse » de l’époque du livre des Actes, bien sûr autres croyances mais même intention et méthodologie vis-à-vis des personnes visées.

Actes chapitre 9

1 Quant à Saul,

il respirait toujours la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur.

Il se rendit chez le grand-prêtre 2 et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas afin de pouvoir

arrêter

et amener

à Jérusalem les partisans de cet enseignement qu’il trouverait, hommes ou femmes.

3 Comme il était en chemin et qu’il approchait de Damas,

tout à coup,

une lumière qui venait du ciel resplendit autour de lui.

4 Il tomba par terre

et entendit une voix lui dire:

«Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?»

5 Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

7 Les hommes qui l’accompagnaient s’arrêtèrent, muets de stupeur; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne.

8 Saul se releva de terre.

Malgré ses yeux ouverts, il ne voyait rien;

on le prit par la main pour le conduire à Damas.

9 Il resta trois jours sans voir et il ne mangea ni ne but rien.

10 Or, il y avait à Damas un disciple du nom d’Ananias.

Le Seigneur lui dit dans une vision:

«Ananias!»

Il répondit:

«Me voici, Seigneur!»

11 Le Seigneur lui dit alors:

«Lève-toi, va dans la rue qu’on appelle la droite et, dans la maison de Judas, demande un dénommé Saul de Tarse.

En effet, il prie 12 et il a vu en vision un homme appelé Ananias entrer et poser les mains sur lui afin qu’il retrouve la vue.»

13 Ananias répondit:

«Seigneur, j’ai appris de beaucoup tout le mal que cet homme a fait à tes saints à Jérusalem, 14 et ici il a pleins pouvoirs, de la part des chefs des prêtres, pour arrêter tous ceux qui font appel à toi.»

15 Mais le Seigneur lui dit:

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

  • aux non-Juifs,
  • aux rois
  • et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

17 Ananias partit.

Une fois entré dans la maison, il posa les mains sur Saul en disant:

« Saul mon frère, le Seigneur, [le Jésus] qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu retrouves la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit.»

18 Aussitôt il tomba comme des écailles de ses yeux et il retrouva la vue.

Il se leva et fut baptisé;

19 après avoir pris de la nourriture, il retrouva des forces.

Il resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas

20 et se mit aussitôt à proclamer dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu.

21 Tous ceux qui l’entendaient étaient stupéfaits et disaient:

«N’est-ce pas l’homme qui persécutait à Jérusalem ceux qui font appel à ce nom-là et n’est-il pas venu ici pour les arrêter et les conduire devant les chefs des prêtres?»

22 Cependant Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient Damas en démontrant que Jésus est le Messie.

23 Au bout d’un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le supprimer, 24 mais leur complot parvint à la connaissance de Saul.

On gardait les portes jour et nuit afin de pouvoir le tuer.

25 Cependant, une nuit, les disciples le prirent et le descendirent le long de la muraille, assis dans une corbeille.

26 Arrivé à Jérusalem, Saul essaya de se joindre aux disciples, mais tous avaient peur de lui car ils ne croyaient pas qu’il était un disciple.

27 Alors Barnabas le prit avec lui, le conduisit vers les apôtres et leur raconta comment,

sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur qui lui avait parlé

et avec quelle assurance il avait prêché à Damas au nom de Jésus.

28 Saul allait et venait avec eux dans Jérusalem et s’exprimait en toute assurance au nom du Seigneur.

29 Il parlait aussi et discutait avec les Hellénistes, mais ceux-ci cherchaient à le supprimer.

30 L’ayant appris, les frères l’emmenèrent à Césarée et le firent partir pour Tarse.

Ce qu’aborde le texte

Quel texte les amis !!!

J’aimerais qu’on puisse donner du corps à notre émerveillement envers Dieu en considérant la grâce en Jésus qui touche Saul, de nous arrêter sur certains aspects de la grâce divine et la réponse immédiate à cette grâce démontrée par les trois principales personnes de ce texte.

Quel reflet devrait-il avoir dans notre vie

Puisse ce regard sur ce texte nous aider à avoir une plus juste perception de la grâce divine et à être des croyants en Christ qui saisissent la balle au rebond quand Dieu nous l’envoie pour être les reflets de sa grâce.

La grâce en Jésus touche Saul

Ne pas limiter la Grâce de Dieu

La grâce en Jésus peut toucher n’importe qui, même les plus improbables, ceux à qui on penserait en dernier : Saul en est bien l’exemple !

Sa détermination

Il y a une expression qui dit: « il ment comme il respire ».

Ici, il est quand même dit de Saul au verset 1 d’Actes 9 :

Il respirait toujours la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur.

L’épuration religieuse continue

C’est pour ces raisons qu’après avoir « fait le ménage » à Jérusalem et fait fuir la majorité des croyants, Saul poursuit les disciples de Jésus dans les villes où ils ont trouvé refuge.

Accords des religieux

Avec l’accord et les autorisations des institutions religieuses juives de l’époque, ce qui peut nous paraître un peu bizarre alors que la Judée est sous occupation romaine.

Délégation romaine pour les affaires juives

A cette période, les affaires juives se traitaient entre Juifs, l’occupant romain avait sous-traité cet aspect parce qu’il n’y comprenait pas grand chose. Tant que c’était pacifié et que les impôts rentraient,  c’était parfait pour les Romains ! C’est pour ces raisons qu’un grand prêtre pouvait avoir ce pouvoir de justice et de police.

Planification connue

Saul est déterminé à réserver le même sort tant aux disciples qui ont fui Jérusalem et se sont réfugiés à Damas qu’à ceux de Jérusalem. Visiblement les disciples, comme Ananias, étaient au courant. (Actes 9. 13-14 )

Saul est arrêté par Jésus glorieux

Mais la funeste planification ne se déroule pas comme prévu : Saul est arrêté par Jésus glorieux. La folie du fanatisme religieux ne tient pas une seconde devant Jésus glorieux !

Jésus glorieux

Petit rappel : Jésus n’est plus dans les limitations de Son incarnation terrestre, Il est auprès de Dieu, glorieux, personne ne peut faire le poids face à Lui, homme qui qu’il soit et quel que soit son statut, tout comme les êtres célestes, même le plus déterminé comme Satan.

Tous devront faire allégeance à Jésus

  • Croyants ou rebelles à Dieu plieront le genou devant la Seigneurie et la Divinité de Jésus.
  • L’exemple de Saul est un exemple préparatoire à une réalité universelle à venir.

Philippiens chapitre 2 (Il y est question de Jésus-Christ)

9 C’est aussi pourquoi Dieu l’a élevé à la plus haute place et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom 10 afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre 11 et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Jésus est Dieu

Jésus est Dieu, Saul qui combattait cette idée a fait une mise à jour instantanée, il dit de Jésus : qui es-tu « Seigneur » ?

Verset 5

Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

« Seigneur » : pour un Juif religieux de l’époque, dans cette situation là, cela équivaut à saisir que c’est Dieu ! Comme quoi les idées humaines s’envolent face à la réalité. L’aspect glorieux de Jésus a des conséquences pour les non croyants comme pour les croyants.

Idem pour toutes croyances contre la divinité de Jésus

Le texte nous montre la mise à jour de Saul sur ce fait mais c’est aussi solennel pour toutes les croyances qui nient la divinité de Jésus et qui seront pulvérisées face à la réalité.

Idem pour les chrétiens qui instrumentalisent Jésus pour leurs délires

Si Jésus est notre Sauveur, Il n’est plus dans la condition de l’enfant dans la crèche :

  • Il est glorieux,
  • Il est Seigneur.

Qu’on ne nous raconte pas des salades avec de pseudo-visions puériles et égocentriques de personnes qui prétendent avoir vu Jésus et en parlent avec une légèreté banale.

Jésus est Seigneur et Sauveur

D’ailleurs vous qui êtes des lecteurs habitués de la Bible, il est question de Jésus comme « Seigneur et Sauveur » (2ème épitre de Pierre) mais pas de Jésus comme « Sauveur et Seigneur » !

Impact déterminant pour la conversion

C’est parce que nous comprenons qu’Il est Seigneur de toutes choses que nous comprenons l’horreur de notre rébellion de pécheur et que nous nous jetons dans Ses bras salvateurs.

Une mauvaise compréhension de Jésus engendre des troubles dans la vie spirituelle

L’inversion (« Sauveur et Seigneur ») fait croire à des personnes qu’elles sont sauvées,  alors qu’elles cherchent en fait une absolution mais qu’il n’est absolument pas question pour elles que Jésus ait son mot à dire dans leurs vies. Conséquence : ces personnes ou ces croyants (ça c’est Dieu qui sait) végètent parce que Christ ne règne pas dans leur vie  et parce qu’ils n’ont aucune conception de Sa Seigneurie.

L’apôtre Jean

Regarder la grandeur de Jésus : Jean, le disciple le plus proche de Jésus pendant Son ministère ici-bas, est pétrifié dans le début du livre de l’Apocalypse, chapitre 1:

12 Je me retournai pour savoir quelle était la voix qui me parlait. M’étant donc retourné, je vis sept chandeliers d’or, 13 et au milieu des [sept] chandeliers quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme. Il était habillé d’une longue robe et portait une écharpe en or sur la poitrine. 14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige. Ses yeux étaient comme une flamme de feu, 15 ses pieds étaient semblables à du bronze ardent, comme s’ils avaient été embrasés dans une fournaise, et sa voix ressemblait au bruit de grandes eaux. 16 Il tenait dans sa main droite sept étoiles, de sa bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans toute sa force.

17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa alors sa main droite sur moi en disant: «N’aie pas peur. Je suis le premier et le dernier, 18 le vivant. J’étais mort et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts.

Saul

Ici, dans le texte de d’aujourd’hui, Saul est désarçonné, terrassé : il a peur et il en perd même la vue.

Jésus ne lui fait pas un « Fil Rouge de la Bible » 

pendant toute une année scolaire pour qu’il comprenne :

Actes 9 : 4-6

«Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?»

5 Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

Toucher aux croyants, c’est toucher Jésus

Persécuter les croyants en Christ,  c’est persécuter Jésus. C’est normal, Il est la tête de l’Église qui dans la Bible n’est jamais un bâtiment mais l’ensemble des disciples de Jésus.

Colossiens 1: 18

Il est la tête du corps qu’est l’Eglise.

Le zèle n’est pas une vertu à lui seul

Tous les tortionnaires de l’histoire de l’humanité sont animés d’un zèle sincère. C’était le cas de Saul mais le zèle n’est pas une qualité, le zèle peut l’être quand il est mis à bon escient.

Sa croyance mal calibrée et son zèle ont conduit Saul au meurtre.

Jésus + zèle conduit à la vie !

Romains 10

1Frères et sœurs, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour les Israélites, c’est qu’ils soient sauvés. 2 En effet, je leur rends ce témoignage: ils ont du zèle pour Dieu, mais pas conformément à la vraie connaissance. 3 Ils ignorent la justice de Dieu et cherchent à établir la leur propre; ils ne se sont donc pas soumis à la justice de Dieu, 4 car Christ est la fin de la loi pour que tous ceux qui croient reçoivent la justice.

Ça c’était le sujet de Saul et du mauvais placement de son zèle…

Mais nous ? Nous sommes zélés pour quelle cause ou pour quelle personne, devrais-je dire?

Soyons des porteurs zélés de Jésus

Ne pas limiter Dieu à notre compréhension

Pour autant, c’est à ce « gaillard-là » que Jésus fait grâce.

Nous

Donc pour nous, ne limitons jamais la grâce de Dieu.

Tout comme sa justice, son amour, sa souveraineté et ses capacités créatrices nous dépassent.

Nous ne les percevons que partiellement mais toutes dépassent notre entendement et tous les aspects de Dieu s’expriment avec la même grandeur. Ici nous avons un vague écho de la justice avec Actes 9 : 16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

Dans le note (juste ci-dessous en italique), je développe un peu ce sujet de méditation et d’encouragement à être conséquents dans nos vies.

La Grâce n’enlève pas la justice de Dieu

La Grâce n’enlève pas la justice de Dieu, c’est un sujet un peu plus difficile.

Les disciples de Jésus, au moment de son arrestation et de sa parodie de procès, ont tous lâché Jésus. Sauf un, Jean, qui reste discret et suit au plus près Jésus au moment de son procès. (Jean 18 : 15-16 )

C’est lui qui fait rentrer Pierre dans la cour où il reniera trois fois Jésus.

Tous seront des apôtres exceptionnels de Christ et finiront martyrs sauf un, Jean.

Saul persécute Jésus, c’est à dire ses enfants, le croyant en Christ.

Il sera un merveilleux apôtre mais connaîtra des souffrances et une fin de martyr.

Actes 9 : 15-16

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

aux non-Juifs,

aux rois

et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

C’est un sujet de méditation personnel qui n’est pas là pour mettre la pression mais qui est un encouragement à être conséquents dans nos actes avec Dieu car il en tient compte. D’autre part aucun des traits de la personnalité de Dieu ne s’efface au détriment d’un autre. Sa grâce s’exprime autant que Sa justice, que Son amour et que Sa souveraineté, Dieu nous dépasse vraiment !

Quel impact pour nous ?

Quel impact a pour nous cette démonstration de grâce de la part de Jésus ?

Concrètement dans nos vies, ne mettons jamais de limites à ce que Dieu peut faire

avec qui Il veut !

Là où la grâce est souvent en panne

En théorie nous dirions évidemment « oui ».

Loin de nous l’idée de limiter la grâce de Dieu !

Pourtant, la grâce a un grand ennemi, l’Eglise des croyants en Christ !

Regardons le texte d’aujourd’hui : l’Eglise à Jérusalem se méfiait de Saul et se demandait si Saul n’était pas un agent infiltré.

La peur se réfugie derrière les règles

Assez fréquemment, les églises ont de la peine avec la grâce. La peur et les craintes se réfugient souvent derrière les règles et les principes bibliques, face à la grâce qui étonne, mais la grâce est un principe biblique.

La jurisprudence

Le problème n’est pas dans les règles bibliques ou les principes bibliques, ni souvent de faire grâce mais on a peur que l’expression de la grâce devienne la norme et fasse jurisprudence.

Alors que faire ? Faire grâce est un devoir biblique, un standard mais la manière de faire grâce à quelqu’un est du « sur-mesure ».

Quelque chose d’unique à chaque fois qui n’implique pas nécessairement que dans la même situation, nous fassions à chaque fois pareil pour exprimer la grâce en Jésus.

Par exemple, Jésus fait grâce à la femme adultère mais la manière de faire n’est pas forcément identique pour tous les adultères  !

  • Faisons grâce, ne faisons pas de son expression un dogme figé mais quelque chose d’adapté qui montre Christ !

Pas de sélection

Concrètement dans nos vies, ne mettons jamais de limites à ce que Dieu veut faire par grâce même si à nos yeux nous avons déjà trié ceux qui sont éligibles à la grâce de Dieu et ceux qui ne le seront jamais !

Je peux vous dire que pour tous les croyants de l’époque, celui qui était bien en fin de liste, c’était Saul : impensable !!!

Et nous

J’ai souvenir d’une situation professionnelle avec du mobbing qui avait mis une soeur en Christ sous traitement antidépresseur, finalement cette personne est devenue une amie avec qui l’évangile avait été partagé, qui devait être touchée par la grâce de Jésus et était toute triste au moment où elle changeait d’endroit : « qu’est-ce qu’on va faire sans toi ? ».

Ou encore cette situation familiale bloquée avec avec un frère qui ne veut rien entendre de l’évangile pendant 40 ans et qui se débloquait à salut 40 ans après.

Ne limitons jamais la grâce de Dieu !

Tiens, pour vous, j’ai une belle histoire :

A un jeune âge, John Newton s’est fait marin. Comme la plupart des marins de l’époque, il a vécu une vie de rébellion et de débauche. Pendant plusieurs années, il a travaillé sur des vaisseaux négriers, capturant des esclaves pour les vendre aux propriétaires de plantations du Nouveau Monde. Il est tombé tellement bas qu’à un moment donné il est devenu esclave, captif d’un autre marchand d’esclaves. Finalement, il est devenu capitaine de son propre vaisseau négrier. Une tempête effrayante en mer et la lecture du classique de Thomas A. Kempis, « l’imitation de Jésus-Christ », sont les semences qui ont donné lieu à sa conversion. Il est ensuite devenu une tête de file du mouvement évangélique du 18ème siècle en Angleterre avec des hommes comme John et Charles Wesley, George Whitfield et William Wilberforce.

Sur sa pierre tombale, on peut lire l’épitaphe suivante, écrite par Newton lui-même :

« John Newton, ecclésiastique, autrefois infidèle et libertin, serviteur de négriers en Afrique, a été, par la riche miséricorde de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, préservé, rétabli, pardonné et mandaté pour prêcher la foi qu’il avait longtemps cherché à détruire »

(Kenneth W. Osbeck, 101 Hymn Stories, Grand Rapids Kreget, 1982, p. 28)

Quand il a composé le célèbre cantique « Amazing Grace » (Grâce infinie), il connaissait de première main les vérités qu’il proclamait.

illustration tirées du commentaire biblique de

John MacArthur, Actes Tome 1 , Impact editions, p.339

La Grâce ?

Qu’est-ce que la grâce ?

Dieu donne et redonne les capacités de vivre pour la vie naturelle et normale, c’est à dire à dire réconcilié avec Lui par Christ.

Grâce qui touchent tout le monde.

Pour la vie naturelle de tout humain sur terre :

Matthieu 5 : 45

En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

Dieu déverse Ses grâces abondantes autant sur ceux qui n’ont rien à faire de Lui « les injustes » et sur les personnes qui s’attachent à Lui par Christ « les justes ».

Panneau indicateur de la présence et action de Dieu

Cette grâce qui touche tous le monde est un panneau indicateur qui pointe vers Dieu et qui devrait nous faire nous poser les bonnes questions vis-à-vis de Lui.

Grâce personnelle

Dieu redonne les capacités de vivre la vie normale, c’est à dire réconcilié avec Lui par Christ. En effet, d’une manière plus personnelle, Dieu fait grâce par Christ pour être gracié de notre juste condamnation de pécheur.

Ephésiens 2 : 8

En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

Plus que cela, Il nous donne un but dans la vie Ephésiens 2 : 10 , Il nous adopte dans sa famille éternellement Ephésiens 1. 5 , nous fait co-héritier Romains 8 : 17 , etc.

Nous vivons bien au-dessus de ce que nous méritons

Personne ne vit la vie qu’il mérite, nous vivons au-dessus de nos mérites, par Dieu et par Christ. Si ce n’était pas le cas, nous devrions être confrontés aux souffrances de Christ en croix d’une manière perpétuelle pour ce que valent réellement nos vies et nos actes.

La grâce par Christ pour montrer Christ

La grâce par Christ n’est pas juste une deuxième chance pour continuer un peu comme avant,  style une extra balle de flipper ou une deuxième vie dans les jeux vidéos !

La grâce de Dieu a un but : l’auteur de la grâce, c’est à dire Jésus-Christ lui même.

On le voit hyper bien ici dans le texte d’aujourd’hui avec Saul et Jésus : Jésus n’arrête pas Saul en disant « Maintenant tu arrêtes, tu es méchant et désormais il faut que tu sois gentil !!! »

Jésus dit : « Stop, voilà maintenant ce qui est devant toi ! »

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

Un peu plus loin il dit à Ananias

15 Mais le Seigneur lui dit:

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

  • aux non-Juifs,
  • aux rois
  • et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

En somme

La grâce de Dieu à un but, Jésus.  La grâce redonne sens à nos vies et ce sens, c’est Jésus. Notre objectif est de montrer la grâce de Jésus, donc Jésus Lui-même !

La grâce s’appuie sur la vérité divine.

La grâce n’enlève pas la vérité

Problème occidental

L’attitude de vie occidentale mondiale est d’accueillir et de laisser s’exprimer toutes les vérités et attitudes et de ne surtout pas être confronté à une vérité qui remettrait en cause l’hédonisme égoïste.

Problème d’Eglise

Forcément, ça déteint dans l’Eglise de Christ :  sous prétexte d’amour, on va au delà de l’accueil pour laisser s’exprimer des aspects qui sont clairement condamnés par Dieu dans la Bible. On tait la vérité et sans vérité, il ne peut y avoir de grâce. Ça devient une tolérance mièvre qui par faiblesse éteint la vérité biblique.

La femme adultère

Dans l’évangile de Jean, il y a le célèbre passage de la femme adultère au chapitre 8 (versets 1-11) : en la circonstance, à cette époque, l’adultère était condamné à mort par lapidation.

  • Jésus ne conteste pas le fait : l’adultère,
  • Jésus ne conteste pas la sanction : la lapidation.

«Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» verset 7

Jésus fait grâce : « Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y »  verset 11

Jésus a fait grâce, alors qu’il était le seul a pouvoir appliquer la sentence !

Pour autant, Jésus n’a pas légitimé l’adultère ni légitimé l’attitude de la femme (et de l’homme qui étrangement n’est pas là !) parce que la vérité, c’est que l’adultère est en horreur à Dieu !

Une mauvaise compréhension de la grâce serait de trouver plein de circonstances atténuantes qui ont conduit à cet adultère pour finalement le minimiser et plus ou moins l’accepter sous prétexte d’accueil d’une personne qui en est plus ou moins victime. Au final, il n’y aurait plus de vérité ni de cadre, tout est acceptable pourvu que ça ne me dérange pas trop ! Ça, ce n’est pas la grâce, c’est de la permissivité indifférente pour ne pas confronter la réalité et montrer de l’amour et de la grâce.

Saul

Ici dans le texte des Actes avec Saul, la vérité dite à Saul, c’est  « tu me persécutes », mais pas « tu es une belle personne incomprise dans ton parcours difficile, etc ».

Un condamné

Il ne peut y avoir de grâce pour un condamné que s’il a été confronté à la réalité et à la sentence pour ces méfaits.

N’essayons pas d’arranger la vérité biblique pour être inclusif. Soyons accueillants, vrais  et débordants de grâce !

La réponse immédiate à la possibilité d’exprimer cette grâce

Le dernier point qu’il est possible d’aborder avec un peu d’attention de la part de chacun

s’appuie sur ce que Stefan Schmid nous a fait remarquer dans le texte précédent

 Actes chapitre 8 : 26-40 (Bible S21)

Que vous pouvez retrouver sur le site internet de l’Eglise locale.

En effet, Stefan a relevé quelques points importants pour  « se laisser guider par Dieu », être obéissants à ce qu’Il nous dit et être attentifs à la situation que Dieu a si bien préparée pour aller droit au but. Saisir la balle de Dieu au rebond parce que parfois le temps est limité (Pour Philippe, la fenêtre était moins qu’une journée. Alors ne gâchons pas les opportunités de Dieu !) et il y a la même idée, ici !

Philippe

Si Philippe a répondu tout de suite à la sollicitation de Dieu pour exposer l’Évangile à l’eunuque éthiopien,

Ananias et Barnabas

Ananias et Barnabas répondent, eux aussi, immédiatement à la part que Dieu les conduit à prendre.

Saul

De même Saul rentre tout de suite dans l’objectif de sa nouvelle vie en Christ, en témoignant de Jésus à Damas et auprès des Juifs hellénistes de Jérusalem.

Ils saisissent la balle au rebond

Ils saisissent tout de suite l’opportunité que Dieu leur soumet.

J’aime bien faire du bodysurf, je peux passer de longues minutes dans l’eau à attendre la bonne vague, puis me jeter dans le rouleau en formation pour me faire pousser par la puissance de la vague jusque sur le bords de la plage, c’est trop bon quand on a pris la bonne vague ! Par contre, si on est en retard, elle nous glisse sous le ventre ou elle nous explose en se refermant !

Dieu nous invite souvent à saisir la bonne  vague, la bonne occasion pour être le reflet de Son amour et de Sa grâce, soyons-y attentifs !

Evidemment, parfois on la loupe, mais rassurez-vous c’est comme dans la mer, Dieu permet, dans Sa grâce, qu’il y ait d’autres vagues à prendre ou pas !

Interventions décisives d’Ananias et de Barnabas

Ici les vagues de Dieu à prendre n’étaient pas au bord d’un océan, sur une plage,

mais les interventions d’Ananias et de Barnabas ont été décisives pour l’intégration d’un jeune croyant, Saul…

Sans Saul …

Que serait devenu à vue humaine le Nouveau Testament, s’il n’y avait pas eu des personnes pour intégrer Saul qui deviendra par la suite l’apôtre Paul ? Il manquerait à peu près la moitié des livres !

Intervenir au juste moment

D’Ananias, la Bible n’en parle que pour son intervention auprès de Saul mais dans le bon timing !

Idem pour nous

Prions que le Seigneur nous rende attentifs aux situations qu’Il nous présente pour répondre avec spontanéité à ses sollicitations.
J’aime beaucoup les mentions comme « aussitôt » dans la Bible, que l’on puisse dire de nous la même chose pour l’oeuvre de Dieu !

Plus loin que Jérusalem, la Judée, la Samarie

Ici cette oeuvre touche l’annonce de l’Evangile vers ceux qui sont au-delà de Jérusalem, de la Judée, de la Samarie… Regardez, Philippe parle de l’accomplissement des promesses d’Esaïe en Jésus à un Ethiopien.  A Damas, Ananias intervient pour intégrer

Saul qui deviendra l’apôtre dont le verset 15 du texte du jour nous dit: « un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom aux non-Juifs. »

A Jérusalem, Saul parle aux Juifs hellénistes, c’est à dire d’origines grecques. Tout cet en avant de l’évangile plus loin que la Judée et la Samarie prépare le texte qui suit.

Et dans le prochain épisode, l’apôtre Pierre va être confronté à une action qui dépasse ses habitudes, inaugurer l’arrivée de l’évangile aux non-Juifs. Y répondra-t-il promptement et saisira-t-il la vague ?