Les Paraboles #2 (Luc 15): Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ?

Prédication : Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ?

Prédication de Patrice Berger, 2022_03_20, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #2 (Luc 15): Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ? , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : La grâce, d’accord mais je le vaux bien, voire même je le « Vaud » bien (sous tous rapports : je travaille, je paie mes impôts, pas de dettes, je paie la dîme et je suis au culte tous les dimanches)… – « Je ne suis quand même pas comme ceux qui sont aux services sociaux, au crochet de la société après avoir fait n’importe quoi de leur vie. – « Y a pas de risque qu’ils viennent polluer l’éternité, ceux-là ! » En es-tu si sûr ? Leur détermination à chercher Dieu peut être étonnante. En tout cas Dieu la remarque et aimerait la voir dans ta vie, que tu puisses, comme eux, connaître la repentance et la joie qui y est liée.

 

Excitation
Aujourd’hui, je suis trop excité !!!

Enchaînement de 4 paraboles


Parce qu’en lisant la dernière fois les deux premières paraboles de Luc 15 , nous pouvons remarquer qu’il y en a deux autres à la suite !

Et si le Saint-Esprit a inspiré Luc à les écrire à la suite, c’est qu’elles sont liées l’une à l’autre.

Alors j’ai hâte de les découvrir avec vous…

Surtout que la dernière fois, nous avons vu que c’était hyper-facile de comprendre une parabole.

Proposition
Donc, je vous propose de profiter de ce moment :
• pour faire des révisions ;
• pour vous poser une question ;
• pour vous raconter une histoire vraie qui s’est déroulée dernièrement dans notre beau canton.

Le tout, en lisant deux paraboles ; et, évidemment, en essayant avec l’aide de Dieu de profiter de ce qu’Il a voulu nous dire.

1) Révisons

Deux choses essentielles avec les paraboles

Une idée, pas 36…
Comprendre une parabole, c’est très simple mais, souvent, on complique…
Une parabole est une illustration, un dessin de presse, un tableau, pour mettre en relief une vérité, pas 36…

Les paraboles ne sont pas une allégorie où chaque détail a une signification, mais l’idée générale de l’histoire est comparée à une vérité spirituelle que Jésus veut souligner.
Pour la détecter, c’est très simple.

6 étapes essentielles

Compréhension


1) À qui est adressé l’enseignement ?
Nous avons vu que principalement c’est aux…
Luc 15.2
Mais les pharisiens et les spécialistes de la loi

2) Quel est l’évènement déclencheur, le starter, qui suscite la parabole ?
Luc 15.2
murmuraient, disant:
«Cet homme accueille des pécheurs et mange avec eux.»

3) Quel est la comparaison entre l’histoire fictive (la parabole) et la vérité spirituelle que Jésus veut souligner ?
Joie dans le ciel pour la repentance du pire, vis-à-vis de 99 « justes »,
comparée
à la joie du village pour la 100ème brebis retrouvée au regard des 99 en sécurité dans le troupeau. (On a la même idée avec les pièces).

4) Jésus apporte souvent une précision supplémentaire à la suite de la parabole
Aux versets 7 et 10, Jésus souligne la nécessité de la repentance

Vérité biblique
5) Tout cela permet de dégager facilement la vérité générale que Jésus veut souligner
Joie totale sur terre comme au ciel pour celui (considéré comme le pire) qui se repent face au regard de ceux qui sont habituellement considérés comme justes.

Application à ta vie
6) Et toi concrètement comment vas-tu vivre aujourd’hui cette vérité ?

Pédagogie progressive de Jésus


Nous avions remarqué quelques subtilités pédagogiques :

Jésus force le trait, ce qui est perdu est de plus en plus important (1 brebis 1%, puis une pièce 10%).

Jésus force le trait et les déstabilise, Il passe à une image pastorale lointaine de la réalité des notables religieux, à une réalité de la vie. Oui mais c’est une femme (pour l’époque c’était la honte d’être comparé à une dame).

Jésus joue sur les mots. Ce qui est traduit par « pièce », « drachme » (araméen du mot zuz, zuzim au pluriel) avait un double sens et voulait aussi dire : « ceux qui se sont éloignés, ceux qui sont partis ».
Il insinue que ceux qui se sont éloignés seront forcément retrouvés (intéressant pour la prochaine parabole).

Jésus insiste sur le retour à la maison de celui qui est perdu (il se pourrait bien que Jésus insiste encore dans la prochaine parabole).

Que nous apportera de plus la prochaine parabole ?
Oui, OK, ces deux premières paraboles insistent sur la repentance, mais comment ça se passe en vrai ?

Et finalement, quand je me repens, Dieu ne me prend pas sur les épaules comme un berger le fait pour une brebis. Concrètement, comment Dieu réagit-Il ?

La joie ( aussi dans le ciel) s’exprime comment ? Un sourire, un check !

Comment sont les 99 justes qui n’ont pas besoin de repentance ?

Encore plus concret


Dans la 3ème parabole que nous allons lire, le trait est forcé, encore plus choquant, le rapport n’est plus de 1% ou de 10%, mais va passer à du 50-50%…

Ce ne sont plus des brebis ou des pièces, mais des personnes comme vous et moi.

Encore plus scandaleux (pour réveiller les consciences)
Scandale, un héritage est distribué du vivant du père de famille (affront à l’époque).
Scandale, cet argent est dilapidé avec les gens de mauvaise vie (tiens, comme dans les reproches faits au début du chapitre).
Scandale, il y a des cochons (pour les notables religieux, c’est impensable, rien de plus dégradant – les Juifs ne mangent pas de porc !).
Scandale, le père court et certainement, on lui voit ses… cuisses (et d’un, c’est normalement au fils d’aller vers son père et de faire profil bas, de plus on ne montrait pas ses cuisses à l’époque, mais pour courir il faut lever la tunique !).

La maison du père ou la maison du Père ?


Tiens, il est question de retour à la maison, là où on est attendu.
C’est en fait sa maison. Là où il aurait dû toujours être !

Une vraie fête
Ah, si la joie et la fête c’est comme ça ici bas, qu’est-ce que ça doit être au ciel…

Il y en a un qui fait la tête
Il semble que l’aîné qui n’a pas besoin de repentance (comme les 99 dans la première parabole) est peut-être celui qui a le plus besoin de cheminer avec Dieu.

Tiens, peut-être comme moi !

Alors, on la lit cette super parabole ?
Mais juste avant, j’ai promis une question.

2) La question


Cette parabole est souvent dite celle du fils prodigue ?
Est-ce juste ?
Indice : à qui est-elle adressée ?

Luc 15.11 – 16.17
11 Il dit encore:
«Un homme avait deux fils.
12 Le plus jeune dit à son père:
‘Mon père, donne-moi la part de l’héritage qui doit me revenir.’
Le père leur partagea alors ses biens.

13 Peu de jours après, le plus jeune fils ramassa tout et partit pour un pays éloigné, où il gaspilla sa fortune en vivant dans la débauche.
14 Alors qu’il avait tout dépensé, une importante famine survint dans ce pays et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se nourrir des caroubes que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait.
17 Il se mit à réfléchir et se dit:
‘Combien d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance et moi, ici, je meurs de faim! 18 Je vais retourner vers mon père et je lui dirai:
Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils, traite-moi comme l’un de tes ouvriers.’

20 Il se leva et alla vers son père.
Alors qu’il était encore loin,
son père le vit
et fut rempli de compassion,
il courut se jeter à son cou et l’embrassa.

21 Le fils lui dit:
‘Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.’
22 Mais le père dit à ses serviteurs:
‘Apportez [vite] le plus beau vêtement et mettez-le-lui; passez-lui un anneau au doigt et mettez-lui des sandales aux pieds.
23 Amenez le veau qu’on a engraissé et tuez-le!
Mangeons et réjouissons-nous, 24 car mon fils que voici
était mort et il est revenu à la vie,
il était perdu et il est retrouvé.’
Et ils commencèrent à faire la fête.

25 Or le fils aîné était dans les champs.
Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses.
26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le serviteur lui dit:
‘Ton frère est de retour et ton père a tué le veau engraissé parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé.’
28 Le fils aîné se mit en colère et il ne voulait pas entrer.

Son père sortit le supplier d’entrer, 29 mais il répondit à son père:
‘Voilà tant d’années que je suis à ton service sans jamais désobéir à tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis.
30 Mais quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé tes biens avec des prostituées, pour lui tu as tué le veau engraissé!’

31 ‘Mon enfant, lui dit le père,
tu es toujours avec moi et tout ce que j’ai est à toi, 32 mais il fallait bien faire la fête et nous réjouir,
parce que ton frère que voici
était mort et il est revenu à la vie,
il était perdu et il est retrouvé.’»

Réponse à la question


Quel titre pour cette parabole : est-elle celle du fils prodigue ?

Oui bien sûr, on ne peut pas passer à côté du cheminement du fils cadet, qui nous montre comment il en est venu à se repentir.

Oui bien sûr, on ne peut pas passer à côté de l’attitude du père
• qui attend,
• qui aime,
• qui va au devant et
• organise une fête mémorable.

Nous avions un ami à Porrentruy qui illustrait à merveille cet accueil quand nous arrivions chez lui. Et je n’ai pas manqué de lire cette parabole à ses obsèques.

Mais ces trois paraboles sont adressées à nos chers notables religieux qui se sentaient
• « clean »,
• sans besoin de repentance,
• parce qu’ils ont toujours fait tout juste depuis toujours.

• Il semble que le défaut de joie, la propre justice soit mise en exergue par l’attitude du fils aîné.

Il semble que le meilleure titre pour cette parabole serait celle
de la parabole du fils repentant et de son frère,
il y a bien sûr ces deux attitudes à souligner, sans oublier celle du père.

Le frère aîné et les notables religieux


Mais notons que le frère ainé illustre très bien :

  • Le sentiment que les notables religieux avaient d’eux-mêmes. Ils s’évertuaient à faire tout juste et certainement, qu’ils le faisaient avec sérieux et application.
  • En se disciplinant à aucun écart, ils pensaient avoir gagné plus de mérite et qu’ils n’étaient plus sur le même plan que ceux qui faisaient l’inverse.
  • Alors, pas question de se réjouir avec ceux qui reviennent « juste »  à Dieu, par la repentance. C’est trop facile.
  • Pourtant c’est « ton frère » (notons ici que Jésus souligne que « les pécheurs » Luc 15. 2 sont les frères de la même nation que les notables religieux)
  • Pourtant, il revient à la maison. C’est leur maison (aux deux frères, aux deux types de population – notables religieux et gens de mauvaise vie).
  • Il était en « mort cérébrale spirituelle » et le voilà revenu à la vie !

Vérité de cette 3ème parabole avec l’appui des deux premières
La vérité que nous souligne cette 3ème parabole :

Joie du ciel pour un pécheur qui se repent et défaut de joie incompréhensible de celui qui se croit juste.

Nous n’avons rien d’acquis par notre mérite


Que notre parcours de vie chrétienne ne nous fasse jamais croire, comme le fils aîné, qu’avec le temps, nous nous sommes acquis un mérite d’être dans la maison du Seigneur.

Si nous avons cette place assurée, c’est uniquement grâce à Christ qui nous a acquis cette place au prix fort, aussi fort pour n’importe quelle autre personne qui se repent !

Le cheminement qui conduit à Christ peut être surprenant
Et le chemin de celui qui revient à Dieu et qui cherche Dieu peut être surprenant…
Là aussi, nous pouvons avoir, au fur et à mesure de notre vie avec Christ, le portrait type que celui qui doit venir à Lui, qui devrait avoir déjà les manières de faire d’un croyant, propre sur lui.

Priorité sur celui qui cherche réellement Dieu


Mais Dieu regarde au coeur.
Dieu regarde la priorité qui est mise sur Lui, malgré tous les défauts, les fausses attitudes, les roublardises pour y arriver.

Dieu regarde vraiment ceux qui Le recherchent
Dieu n’a-t-il pas préféré Jacob, menteur, faussaire, roublard, qui désirait avoir à tout prix la bénédiction de son Père Isaac ?
Romains 9.13
J’ai aimé Jacob et j’ai détesté Esaü.

Alors que son frère s’attendait à recevoir les bénédictions comme si c’était un dû, un droit parce que lui, c’était l’ainé !

  • « J’ai droit » !

Genèse 25. 31-34
Jacob répondit: «Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse.» 32 Esaü répondit: «Je vais mourir. A quoi me sert ce droit d’aînesse?» 33 Jacob dit: «Jure-le-moi d’abord.» Il le lui jura, il vendit son droit d’aînesse à Jacob. 34 Alors Jacob donna du pain et du potage de lentilles à Esaü. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse.
Genèse 27

De nos jours
OK, ça c’est la Bible, mais de nos jours ?
Eh bien, comme promis, j’ai une histoire vraie qui est arrivée dans notre canton.

3) Une histoire vraie qui est arrivée dans notre canton.

Dans le canton de Vaud
Notre libraire préférée m’a raconté une histoire vraie qui est arrivée ces derniers temps avec l’une des librairies chrétiennes de notre canton :

La dite-librairie a eu l’excellente idée de proposer des livres et des Bibles sur une étale disposée sur le trottoir.

La journée se passe et se termine : les desservants rentrent ce qui était proposé sur le trottoir et constatent qu’il manque un ouvrage qui visiblement n’est pas passé à la caisse pour être acheté. Il faut s’y résoudre, une Bible a été volée dans la journée…

Bigre ! C’est gonflé de voler une Bible !
Bon, ça peut arriver.

Quelques temps plus tard une personne se présente à la librairie.
Eh non, ce n’était pas le voleur ou la voleuse, mais quelqu’un qui vient de sa part avec l’argent pour payer cet « emprunt par anticipation ».
Visiblement touché par sa lecture de la Bible, il avait à coeur de rembourser l’ouvrage volé.

C’est quand même fort, dans notre beau canton, qu’une personne touchée par le Bible le soit par celui ou celle qui l’a volée !

Alors qu’il y a 1000 moyens de pouvoir l’acquérir, voire même de la recevoir gratuitement…

Luc – Chapitre 16

1 Jésus dit aussi à ses disciples:
«Un homme riche avait un intendant. On vint lui rapporter qu’il gaspillait ses biens.
2 Il l’appela et lui dit:
‘Qu’est-ce que j’entends dire à ton sujet?
Rends compte de ta gestion, car tu ne pourras plus gérer mes biens.’

3 L’intendant se dit en lui-même:
‘Que vais-je faire, puisque mon maître m’enlève la gestion de ses biens?
Travailler la terre? Je n’en ai pas la force.
Mendier? J’en ai honte.
4 Je sais ce que je ferai pour qu’il y ait des gens qui m’accueillent chez eux quand je serai renvoyé de mon emploi.’

5 Il fit venir chacun des débiteurs de son maître et dit au premier:
‘Combien dois-tu à mon maître?’ 6 ‘Je dois 100 tonneaux d’huile d’olive’, répondit-il. Il lui dit:
‘Voici ton reçu, assieds-toi vite et écris 50.’

7 Il dit ensuite à un autre: ‘Et toi, combien dois-tu?’
‘Je dois 100 mesures de blé’, répondit-il. Et il lui dit: ‘Voici ton reçu, écris 80.’

8 Le maître fit l’éloge de l’intendant malhonnête à cause de l’habileté dont il avait fait preuve.
En effet, les enfants de ce monde sont plus habiles vis-à-vis de leur génération que ne le sont les enfants de la lumière.

9 Et moi, je vous dis:
Faites-vous des amis avec les richesses injustes, afin qu’ils vous accueillent dans les habitations éternelles lorsqu’elles viendront à vous manquer.
10 Celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes,
et celui qui est malhonnête dans les petites choses l’est aussi dans les grandes.

11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les biens véritables?
12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous?

13 Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent.»

14 En entendant tout cela, les pharisiens qui aimaient l’argent se moquaient de lui.
15 Jésus leur dit:
«Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît votre cœur.
De fait, ce qui est très estimé parmi les hommes est abominable devant Dieu.
16 La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean; depuis lors, la bonne nouvelle du royaume de Dieu est annoncée et chacun cherche avec force à y entrer.

17 Le ciel et la terre disparaîtront plus facilement que ne tombera un seul trait de lettre de la loi..

Renversement de valeur


Contrepied parfait : Jésus interpelle ses auditeurs en faisait du malhonnête le héros,
parce que les notables religieux avaient besoin d’être secoués,
parce que nous sommes aussi des « super religieux » qui ont besoin d’être secoués.

Pour la comprendre n’oublions pas les trois autres paraboles
Pourtant, restons dans la même dynamique que les trois autres paraboles et, si on prend un peu de distance, sur les trois paraboles :
Jésus souligne la repentance du perdu et la joie qui devrait en découler.
Jésus, forcément, rajoute quelque chose à ces thèmes dans cette 4ème parabole car nous avons au verset 1 du chapitre 16 « aussi ».

Contexte et intentions après la parabole


Jésus donne aussi des indices de compréhension à la suite de la parabole de Luc 16 :
• Verset 9, la cible est d’être accueilli dans l’éternité.
• Verset 13, bien choisir sur qui on s’appuie, l’argent ou Dieu mais on ne peut pas miser sur les deux tableaux.
• Les versets 10 à 12 rendent plutôt compte
• de la priorité,
• de l’énergie que l’on démontre dans nos priorités, objectifs, petits ou grands.

Bien comprendre l’histoire racontée dans la parabole

L’homme riche est bon


Un homme riche congédie son intendant pour mauvaise gestion (normalement il aurait pu le faire condamner et certainement emprisonner, ne pouvant rembourser), donc l’homme riche est plutôt bienveillant en cette situation.

L’intendant fait « son préavis de licenciement »
Visiblement, l’intendant n’est pas démis tout de suite de ses fonctions, puisqu’il a encore la main sur ce qu’il gérait.

Face à lui, il a deux types de solutions :
• Soit, s’en sortir lui-même avec ses petits bras musclés en dehors de la maison de l’homme riche (verset 3 Travailler la terre? Je n’en ai pas la force. Mendier? J’en ai honte.), on peut noter la notion de force et de honte.
• Soit, s’en remettre à nouveau à son maître en lui démontrant sa capacité à s’en sortir dans les moments critiques (c’est le sens original en grec de « l’habilité » qui est soulignée par le maître – un peu la même attitude que David quand il joue au fou pour sauver sa peau) pour rester dans la maison.

L’intendant sait rebondir
L’intendant choisit la deuxième option et son aptitude à rebondir pour saisir positivement l’attention de l’homme riche est réussie.

Attitude remarquée
On note que l’homme riche valide l’attitude de l’intendant plus que ce qu’il fait réellement.

Le trait est forcé
L’idée est renforcée au verset 8b : visiblement,
• les pécheurs (chapitre 15. 2),
• les enfants de ce monde (16. 8)
sont plus déterminés que
• les pharisiens et les spécialistes de la loi (chapitre 15. 2),
• « les enfants de lumière » (16. 8).

Comparaison de la parabole avec l’enseignement de Jésus


Nous pourrions dire que la détermination et la promptitude à rebondir immédiatement de l’intendant douteux et à tout faire (par n’importe quels moyens) pour être toujours dans la maison de l’homme bon et riche
est comparée
à la détermination et la priorité que tout homme qui se sait perdu démontre pour saisir l’éternité de Dieu qui est bon.

Vérité appuyée des paroles rajoutée par Jésus
Dieu se réjouit
• de la détermination,
• de l’urgence,
• et de la priorité
que met quelqu’un qui se sait perdu pour saisir l’éternité pendant qu’il en est encore temps.

Ceux qui se croient « clean » devraient s’en inspirer, ceux qui croient que cela leur est dû, parce qu’ils n’ont pas péché ou en tout cas pas commis de « gros péchés »…

La suite de Luc 16 se comprend mieux :
9 Et moi, je vous dis:
Faites-vous des amis avec les richesses injustes
(comme l’intendant, les perdus, ceux de mauvaise vie, à contrario des pharisiens qui se croient juste ! Ici, il y a de l’ironie pour réveiller les auditeurs religieux),
afin qu’ils vous accueillent dans les habitations éternelles lorsqu’elles viendront à vous manquer.

10 Celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est malhonnête dans les petites choses l’est aussi dans les grandes.
(Jésus souligne que les petites choses que l’on fait ici-bas ont des conséquences pour celles qui sont essentielles, éternelles)

11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes (comme l’intendant douteux), qui vous confiera les biens véritables (essentiels, éternelles) ?
12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui (Messieurs les pharisiens et spécialistes de la loi), qui vous donnera ce qui est à vous (ou vous qui pensez que tout vous est acquis au niveau de l’Eternité) ?

13 Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent.» (Messieurs les pharisiens, vous ne pouvez pas jouer sur deux tableaux : le spirituel et les affaires…
Prenez exemple sur l’intendant douteux qui a mis toute sa priorité et son urgence sur ce qui est essentiel, éternel et surtout sur son Bon Maître Riche comme notre Seigneur).

Réveil
Cette parabole est volontairement dérangeante et ironique car
• c’est celui qui gère mal,
• qui est malhonnête vis-à-vis de la loi
qui est loué par Jésus !

Pour réveiller tout le monde, nous y compris…

Mise en exergue des travers religieux
Jésus prend certainement le contrepied des codes attendus par le monde religieux (qui aimait le commerce, l’argent et les biens d’ici bas) pour expliciter encore davantage
• l’autosuffisance,
• l’attitude du propre juste qu’a démontrée le second fils dans la parabole d’avant,
• la priorité mise sur leurs affaires, pensant que leurs postes religieux étaient largement suffisants pour l’éternité.

Il y a donc bien une montée en puissance, une progression avec ces quatre paraboles qui sont liées.

Et nous ?

La grâce d’accord mais je le vaux bien, voire même je le « Vaud » bien (sous tous rapports : je travaille, je paie mes impôts, pas de dettes, je paie la dîme et suis au culte tout les dimanches)…

  • « Je ne suis quand même pas comme ceux qui sont aux services sociaux, au crochet de la société après avoir fait n’importe quoi de leur vie.
  • « Y a pas de risque qu’ils viennent polluer l’éternité, ceux-là ! »

En es-tu si sûr ?
Leur détermination à chercher Dieu peut être étonnante.
En tous cas, Dieu la remarque et aimerait la voir dans ta vie. Que tu puisses comme eux connaître la repentance et la joie qui y est liée.

Urgence
Y a t-il cette urgence de Dieu en nous ?

Sommes-nous des personnes qui recherchons réellement Christ ?
Ou sommes nous des notables religieux évangéliques qui jouons sur les deux tableaux :
• religieux
• mais beaucoup sur le plan financier ?

La foi s’essouffle dans les mouvements religieux
Si on prend un peu de recul,
• de l’empereur Constantin à la Réforme, la foi officielle est arrivée à bout de souffle, en grosso modo 1200 ans,
• la vraie foi de la réforme s’est délitée en 400 ans,
• la vrai foi de la vague évangélique risque bien de n’être qu’une vaguelette de même pas 200 ans…

Problème de priorité
Pour les mêmes raisons que les notables religieux de l’époque de Jésus.
La foi est parfaite en théorie, en théologie mais morte dans les intentions.
Notre feu, notre « niaque », notre priorité est plus visible dans les affaires quotidienne que pour Dieu.

Après les obligations, si je peux …
Comment notre programme de vie est-il orienté ? Je ne parle pas en terme de temps, mais de priorité.
Est-ce que quand toutes les obligations, les loisirs, les vidéos, les enfants, mon mari, mes études, les devoirs, les affaires, les séries sont terminés, il y a une place pour Dieu ?

Peu importe les obligations, ma personne est orientée sur ma passion
Ou est-ce que les obligations, les loisirs, les vidéos, les enfants, mon mari, mes études, les devoirs, les affaires, les séries sont secondaires et que mon objectif profond, même si beaucoup de choses me bouffent du temps, c’est Dieu et ce qu’Il apprécie ?

Un peu comme quand on vit une passion.
L’école, le travail, les obligations prennent certes du temps mais toute notre personne est tournée, orientée vers notre passion.
Est-ce notre cas avec Dieu ?

Nous pourrions être surpris par ceux qui sont passionnés de Dieu
Parce que nous, petits notables religieux évangéliques, nous pourrions être choqués par ceux qui recherchent réellement et prioritairement le Seigneur et qui ne le font pas selon le « code de la route » biblique.

Que nous puissions retrouver la bonne priorité dans le cap de la vie, pour que nous puissions saisir les opportunités éternelles, pour que nous puissions nous réjouir, faire la fête avec
le dealer qui se repent et vient à Christ, celui qui a scrupuleusement dilapidé les fonds de pension pour faire la fête dans des boîtes glauques mais qui, avec énergie, a finalement recherché Dieu et l’a trouvé, en se tournant sincèrement à Christ et avec qui on devrait faire la fête maintenant !

Dieu dans l’attente
Dieu ne change pas :
Il nous attend, nous guette, va à notre rencontre, depuis la maison, depuis notre maison éternelle, celle que nous n’aurions jamais dû quitter.

Mais comment vais-je être ?
Mais deux types de réactions opposés nous ont été montré par ces paraboles:

  • Priorité éternelle de repentance, de Joie et fête.
  • Suffisance religieuse, « droit acquis » par sa conduite, revendications au regard de sa « parfaite conduite ».

Qui sait, celui que tu rejettes te précédera peut-être dans l’éternité ?

Versets clefs

Luc 15. 23-24
Amenez le veau qu’on a engraissé et tuez-le!
Mangeons et réjouissons-nous, car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent à faire la fête.

Luc 15. 31-32
‘Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi et tout ce que j’ai est à toi, mais il fallait bien faire la fête et nous réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’»

Genèse 25. 31-34
Jacob répondit: «Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse.» 32 Esaü répondit: «Je vais mourir. A quoi me sert ce droit d’aînesse?» 33 Jacob dit: «Jure-le-moi d’abord.» Il le lui jura, il vendit son droit d’aînesse à Jacob. 34 Alors Jacob donna du pain et du potage de lentilles à Esaü. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse.

Mots clefs


Parabole
Joie
Repentance
Rechercher
Accueil
Perdu
Parias
Affront
Mauvaise vie
Pécheur
Héritage
Frère
Pharisiens
Spécialistes
Jésus

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Série Paraboles

Prédicateur: Patrice Berger (biographie)

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify