Les Paraboles #6: Mon prochain m’est proche – Luc 10:25-37

Les Paraboles #6: Mon prochain m’est proche – Luc 10:25-37

Prédication de Patrice Berger, 2022_07_21, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #6: Mon prochain m’est proche – Luc 10:25-37 , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Nous sommes tous un jour ou l’autre travaillés par les besoins qui sont autour de nous. Difficile de trouver la réponse juste. Soit on est écrasé par l’ampleur des besoins ou à l’inverse, on se blinde et on ferme son coeur. Pour autant, aimer son prochain d’une manière concrète demeure un commandement biblique et humain. Mais comment détecter son prochain ? Jésus y répond par une courte parabole.

Prédication: Mon prochain m’est proche!

Intro

Aujourd’hui, nous allons regarder la parabole « du bon bâtard »   

Jésus la donne à un professeur de l’Institut Biblique de Genève, à l’occasion d’une discussion que nous trouvons dans l’évangile de Luc au chapitre 10.

Nous avons ce chapitre plus ou moins en tête parce que c’est le fameux moment où Jésus envoie les 70 disciples dans les villes alentours avec la mission d’annoncer la venue du royaume de Dieu.

Dans ces moments particuliers, les disciples ont même le pouvoir de guérir et de chasser les démons.

À leur retour, ils sont marqués parce qu’ils ont vécu en ces termes :

Réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel

Luc 10

17 Les 70 revinrent tout joyeux et dirent:

«Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom.»

18 Jésus leur dit:

«Je regardais Satan tomber du ciel comme un éclair. 19 Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire.

20 Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel.»

Entendant ce qui vient de se passer, un professeur de l’Institut Biblique de Genève,

  • travaillé intérieurement pour savoir ce qu’il en est de son éternité
    • ou que l’affirmation de Jésus ne colle pas avec le canevas de la loi
      • et par défi face à ce que Jésus affirme,

se lève pose cette question à Jésus :

Luc 10

25 Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l’épreuve:

«Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle?»

Pour continuer la discussion sur un terrain où le professeur est très à l’aise, Jésus répond de la manière suivante :

Luc 10

26 Jésus lui dit:

«Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu?»

27 Il répondit:

«Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.»

C’est en fait une compilation de Deutéronome 6. 5 et de Lévitique 19. 18.

28 «Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.»

ET effectivement, si nous faisions cela nous vivrions, dans le sens de l’Éternité.

Mais c’est impossible :

  • Notre état de pécheur nous rend impropre à le vivre.
  • Le corps de résurrection, lui, sera adapté à cela (clin d’oeil à nos discussions de lundi soir).

La loi révélateur de l’état de pécher et non un chemin de Salut

L’épître aux Romains est super précieuse pour nous parce qu’elle nous rappelle à nous, les humaines pécheurs,

  • que la loi parfaite de Dieu n’est pas un chemin de Salut,
    • mais le révélateur de notre état de pécheur…
  • En effet, si je transgresse ne serait-ce qu’une foi la loi, je suis déclaré coupable devant Dieu.
    • Pensez-vous que nous aimons vraiment Dieu de toute notre pensée ?
    • Et que dire de notre prochain ???

Mais notre professeur était encore plein d’illusions,

  • car pensant qu’il était au diapason de Dieu qu’il ne voit pas,
  • il avait peut-être des doutes vis-à-vis de ses compatriotes qu’il voit !

C’est pour cela qu’il ajoute :

Luc 10

29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: «Et qui est mon prochain?»

Et c’est une excellente question.

Pour nous aider, Jésus, va raconter une histoire sous forme de comparaison.

La situation de l’histoire qu’Il raconte va nous forcer à la comparer à notre situation.

Et en excellent pédagogue, pour que nous la retenions, Jésus va nous piquer pour nous réveiller en mettant en scène des personnages emblématiques…

Je vous la lis :

Luc 10

30 Jésus reprit la parole et dit:

«Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s’en allèrent en le laissant à moitié mort.

31 Un « pasteur de l’Action Biblique de Renens » qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance.

32 De même aussi « quelqu’un du groupe de louange de l’Action Biblique de Renens » arriva à cet endroit; il le vit et passa à distance.

33 Mais un « sale bâtard de sa race de » Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu’il le vit.

34 Il s’approcha et banda ses plaies en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit dans sa propre voiture, le conduisit à la clinique la plus proche.

35 Le lendemain, [à son départ,] il pris à sa charge les soins en chambre privée, et dit: ‘Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour.’

36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?»

37 «C’est celui qui a agi avec bonté envers lui», répondit le professeur de la loi.

Jésus lui dit [donc]: «Va agir de la même manière, toi aussi.»

Adaptation pour réaliser le contexte

Vous l’aurez remarqué, j’ai un peu adapté à notre contexte cette parabole !

Mais c’était hyper-choquant, que ce soit le Samaritain qui ait fait juste !

D’ailleurs, ils étaient tellement haïs que vous aurez remarqué que le professeur trouve une formulation pour ne pas dire

  • c’est le Samaritain qui a été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands
    • mais il va dire : «C’est celui qui a agi avec bonté envers lui.»

Première impression

Malgré cela, cette parabole est simple et nous pousse à faire la même chose que le Samaritain envers l’homme blessé qui, confronté à sa situation dramatique, agit avec coeur.

Pour répondre à la question du professeur

Pour le Samaritain, l’homme blessé était son prochain.

À nous de faire la même chose avec une situation du même type qui se présentera sur notre route.

Comparaison

La situation qu’a vécue le Samaritain est comparée à celle que nous pourrions rencontrer

Le prochain, c’est la personne dans le besoin dont le Samaritain c’est occupé,

est comparé 

à la personne qui a besoin d’aide que nous rencontrerons

Vérité

Notre prochain, c’est la personne qui a besoin d’aide que nous rencontrerons. C’est la situation qui nous est proche :

Prochain -> Proche

Application

À nous d’y répondre avec coeur.

Bon dimanche et à la semaine prochaine…

Et là, nous allons rester conceptuels, idéalistes, un peu fleur rose, c’est beau. Aimons notre prochain…

Super

Aimons, agissons pour notre prochain, ce proche qui a un besoin criant

  • qui qu’il soit, qui qu’elle soit,
  • même si cela chamboule ma petite vie,
  • même si ce dernier n’est pas sympathique (se pourrait-il qu’il soit pécheur comme moi ?) ;
  • est-ce que répondre à ses besoins c’est répondre à ce qu’il demande ?
  • Mon prochain, c’est la situation qui m’est proche sur ma route, que faire avec tout ce que nous voyons par les infos ou les demandes dans les boites aux lettres ?

C’est ce à quoi je propose de réfléchir.

Qui qu’il soit, qui qu’elle soit

Cette parabole ne restreint pas l’éventail du prochain :

  • Ce ne sont pas uniquement les personnes de ma famille et c’est important d’y prêter particulièrement attention : 1 Timothée 5. 8 Si quelqu’un ne prend pas soin des siens, et en particulier des membres de sa famille proche, il a renié la foi et il est pire qu’un non-croyant.
    • Ce ne sont pas uniquement les croyants (bien que nous devions avoir une attention renouvelée à leur endroit : Galates 6:10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.).
    • Ce ne sont pas uniquement les personnes que je connais.
    • Ce ne sont pas uniquement les personnes qui pensent comme moi.
    • Ce ne sont pas uniquement les personnes du canton, voire, si je suis progressiste, de la Confédération…

Jésus, ici, montre que c’est une personne rejetée, c’est «le sale bâtard», qui a considéré «le pur», qui l’insulte, le méprise, habituellement comme son prochain.

Notre prochain peut être n’importe qui sur notre route de la vie.

Dans une église, au débarquement, un infirmier américain soignait aussi bien des soldats américains ou allemand et des civile français :

Le 6 juin 1944, les combats font rage sur les plages du débarquement. Bob Wright et Ken Moore, deux infirmiers parachutistes de la 101ème aéroportée de l’US army transforment l’église d’un petit village normand en poste de secours improvisés. Pendant toute la bataille, ils soignent et sauvent plus de 80 vies (Français, Américains, Allemands).

Une implication qui engage

Dans cette parabole, le Samaritain s’est sali les mains, a changé son planning, son programme et son voyage ; son intervention lui a coûté de l’argent et il a même assuré le «SAV» (Service Après Intervention), puisqu’à son retour, il repassera payer la pension.

S’occuper de son prochain est concret et engage à le faire avec coeur, ce n’est pas de la sensiblerie…

Récemment, un ami d’une église soeur a ramené des réfugiés ukrainiens que des familles attendaient.

Après les avoir confiés aux dites familles, il a eu un coup de téléphone, quelques jours après, d’une famille pour reprendre les réfugies accueillis quelques jours plus tôt, parce que ça prenait du temps… et donc il a fallu trouver un autre lieu pour ces réfugiés.

Je ne sais pas si ces personnes auraient apprécié qu’on leur fasse la même chose si c’était elles qui avaient été les réfugiés…

Matthieu 7. 12

Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux,

Le prochain est pécheur comme toi et moi

Pour le cas présenté dans la parabole, la situation était simple : quelqu’un de blessé, à moitié mort, a besoin de secours et de soins et donc c’est le Samaritain qui en prend réellement soin.

L’histoire ne dit pas si l’homme détroussé et blessé était une belle personne. Peut-être était-elle une personne pourrie, une personne qui battait sa femme et ses enfants ? (voire même le prêtre et le Lévite l’ont reconnue comme telle.)

On peut émettre des hypothèses : peu importe, il avait besoin de soins !

Tous les réfugiés ukrainiens ne sont pas forcément des belles personnes, mais ils ont besoin d’être accueillis.

Quand nous accueillons des personnes dans nos maisons, parce qu’elles recherchent un toit pour les études, pour démarrer dans la vie, ça n’est pas forcément la fête tous les jours mais peu importe, elles ont besoin d’être accueillies.

Ce que je veux dire par là, c’est que s’occuper de son prochain, ça coûte forcément, pas uniquement financièrement, pas uniquement parce que ça bouscule notre confort et nos petites habitudes, mais aussi parce qu’il est pécheur comme vous et moi. Peu importe, si le prochain a besoin d’aide, aidons-le…

Aimer à un prix ; d’ailleurs si aimer ne coûte pas, c’est de l’égoïsme…

Christ n’a-t-Il pas donné Sa vie uniquement pour des pourris qui méritent à juste titre l’enfer et dont la majorité s’en fiche éperdument ? Mais Il l’a fait !

Répondre d’un manière juste

Est-ce que répondre aux besoins que mon prochain exprime, c’est répondre de la meilleure des manières ?

Est-ce que donner de l’argent à quelqu’un qui nous en demande dans la rue est le meilleur pour lui ? (Problème de nourrir les dépendances qui l’on mis dans cette précarité, entretenir les bandes organisées de mendicité).

Est-ce que Jésus a donné l’aumône au paralytique, à l’aveugle, etc. ? Il faisait souvent mieux, Il les guérissait et leur ouvrait une nouvelle perspective.

Il n’y a pas de réponses toutes faites.

Merci Seigneur, Il donne au racheté par Christ Son Esprit pour nous aider aussi dans ces situations.

Au minimum, quand la situation est très claire, allons-y !

Réflexions sur les prochains qui sont au loin.

Ce que nous montre la parabole de Jésus, c’est que le prochain est proche. Nous le croisons sur la route de notre vie.

Nous avons un problème, c’est que les médiats nous inondent, nous saturent de situations dramatiques. Pas qu’ils en soient émus, mais que c’est vendeur et que ça trouve un écho fasciné chez nombre de téléspectateurs. Si le journal télé ne présentait que des choses positives,  il y a fort à parier que l’audimat baisserait…

Donc, dans cette bousculade de faits dramatiques, nous sommes constamment confrontés à de multiples besoins dans le monde.

Mais est-ce que ce sont nos prochains ?

En effet, Jésus montre que notre prochain n’est pas à l’autre bout de la Judée, mais c’est celui qui nous est proche.

Pour autant, allons-nous fermer notre coeur par une pirouette biblique : comme ce n’est pas proche, ce n’est pas mon prochain. Loin des yeux, loin du coeur…

Ce que nous voyons dans les épîtres et dans le livre des Actes, c’est que des églises ont subvenu aux besoins des chrétiens de Jérusalem parce qu’ils étaient dans le dénuement, famine et persécution (par exemple chassés de leur travail quand ils acceptaient Christ comme Seigneur et Sauveur) :

Ac 24.17
Après une absence de plusieurs années, je suis venu pour apporter des dons à ma nation et présenter des offrandes.

Rm 15.26
En effet, les Eglises de la Macédoine et l’Achaïe ont bien voulu organiser une collecte en faveur de ceux qui sont pauvres parmi les saints de Jérusalem.

1Co 16.1
En ce qui concerne la collecte en faveur des saints, faites, vous aussi, comme je l’ai prescrit aux Eglises de la Galatie:

1Co 16.3
Quand je serai chez vous, j’enverrai avec des lettres ceux que vous aurez choisis pour porter vos dons à Jérusalem.

OK, c’était de croyants à croyants en Christ.

Galates 6:10

Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.

Que là encore Dieu, par Son Esprit, nous aide à avoir la sagesse (réfléchir et agir en fonction de Dieu avec Lui).

Que nos coeurs soient disponibles et s’il arrive que nous ayons été bons à mauvais escient, c’est finalement pas très grave et surtout que ça ne nous bloque pas pour toutes les autres situations auxquelles nous serons confrontées.

Conclusion :

Soyons

  • attentifs,
    • attentionnés et
    • actifs

aux besoins de notre prochain, celui auquel nous allons être confrontés.

Soyons-le d’une manière renouvelée, s’il s’agit

  • de quelqu’un de notre famille,
  • d’un frère ou d’une soeur dans la foi en Christ.

Versets clefs

Luc 10

20 Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel.

Luc 10

25 «Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle?»

26 Jésus lui dit:

«Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu?»

27 Il répondit:

«Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.»

28 «Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.»

Luc 10

29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: «Et qui est mon prochain?»

Luc 10

36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?»

37 «C’est celui qui a agi avec bonté envers lui», répondit le professeur de la loi.

Jésus lui dit [donc]: «Va agir de la même manière, toi aussi.»

Matthieu 7. 12

Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux,

1 Timothée 5. 8

Si quelqu’un ne prend pas soin des siens, et en particulier des membres de sa famille proche, il a renié la foi et il est pire qu’un non-croyant.

Galates 6. 10

Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.

Passage Biblique

Luc 10 / Bible Segond21

1. Après cela, le Seigneur désigna encore 70 autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller.
2. Il leur dit: «La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson.
3. Allez-y! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
4. Ne prenez ni bourse, ni sac, ni sandales et ne saluez personne en chemin.
5. Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord: 'Que la paix soit sur cette maison!'
6. Et s'il se trouve là un homme de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra sur vous.
7. Restez dans cette maison, mangez et buvez ce qu'on vous donnera, car *l'ouvrier mérite son salaire. N'allez pas de maison en maison.
8. Dans toute ville où vous entrerez et où l'on vous accueillera, mangez ce que l'on vous offrira,
9. guérissez les malades qui s'y trouveront et dites-leur: 'Le royaume de Dieu s'est approché de vous.'
10. Mais dans toute ville où vous entrerez et où l'on ne vous accueillera pas, allez dans les rues et dites:
11. 'Nous secouons contre vous même la poussière de votre ville qui s'est attachée à nos pieds. Sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché [de vous].'
12. Je vous dis que, ce jour-là, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville-là.
13. »Malheur à toi, Chorazin, malheur à toi, Bethsaïda, car si les miracles accomplis au milieu de vous l'avaient été dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps que leurs habitants se seraient repentis, habillés d'un sac et assis dans la cendre.
14. C'est pourquoi, lors du jugement Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous.
15. Et toi, Capernaüm, qui as été élevée jusqu'au ciel, tu seras abaissée jusqu'au séjour des morts.
16. Celui qui vous écoute m'écoute, celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé.»
17. Les 70 revinrent tout joyeux et dirent: «Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom.»
18. Jésus leur dit: «Je regardais Satan tomber du ciel comme un éclair.
19. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire.
20. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel.»
21. A ce moment même, Jésus fut rempli de joie par le Saint-Esprit et il dit: «Je te suis reconnaissant, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te suis reconnaissant car c'est ce que tu as voulu.
22. Mon Père m'a tout donné et personne ne sait qui est le Fils, si ce n'est le Père, ni qui est le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.»
23. Puis il se tourna vers les disciples et leur dit en privé: «Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez!
24. En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l'ont pas entendu.»
25. Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l'épreuve: «Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle?»
26. Jésus lui dit: «Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu?»
27. Il répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.»
28. «Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.»
29. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: «Et qui est mon prochain?»
30. Jésus reprit la parole et dit: «Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent en le laissant à moitié mort.
31. Un prêtre qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance.
32. De même aussi un Lévite arriva à cet endroit; il le vit et passa à distance.
33. Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu'il le vit.
34. Il s'approcha et banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
35. Le lendemain, [à son départ,] il sortit deux pièces d'argent, les donna à l'aubergiste et dit: 'Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour.'
36. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?»
37. «C'est celui qui a agi avec bonté envers lui», répondit le professeur de la loi. Jésus lui dit [donc]: «Va agir de la même manière, toi aussi.»
38. Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme du nom de Marthe l'accueillit dans sa maison.
39. Elle avait une soeur appelée Marie, qui s'assit aux pieds de Jésus et écoutait ce qu'il disait.
40. Marthe était affairée aux nombreuses tâches du service. Elle survint et dit: «Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de venir m'aider.»
41. Jésus lui répondit: «Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses,
42. mais une seule est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, elle ne lui sera pas enlevée.»

Mots clefs

  • Prochain
  • Jésus
  • Parabole
  • Samaritain
  • Proche
  • Frère dans la foi
  • Pratique
  • attentif
  • attentionné actif

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Thème Paraboles

Prédication: Patrice Berger

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify

Les Paraboles #5: Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-suffisance! – Luc 19

 Les Paraboles #5: Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-suffisance! – Luc 19

Prédication de Paul Yersin, 2022_05_29, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #5: Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-suffisance! – Luc 19 , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Est-ce qu’il y a des gens qui nous irritent parce qu’ils ne vivent pas la foi comme nous ? Ou qu’ils n’en font pas assez ou pas comme nous ? Si c’est le cas peut-être est-ce un révélateur de notre auto-satisfaction spirituelle voire de notre auto-suffisance. Une parabole de Jésus nous aide à débusquer ce travers religieux.

Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-suffisance!

Intro

Dans une chambre d’une maison de retraite, un vieux pasteur essayait de visualiser et de comptabiliser l’empreinte laissée par son ministère.

Il était finalement désabusé et attristé.

L’une des églises où il avait passé plus de dix ans avait totalement fermé, même le bâtiment avait été rasé pour des places de parking.

Il s’était pourtant usé la santé à servir de son mieux Dieu qui l’avait appelé.

Il avait mis de côté des rêves d’adolescent et imposé à sa famille des chemins que tous les membres n’avaient pas suivis.

Alors qu’il priait, fatigué et abattu, il se souvint de l’expérience de l’apôtre Paul et il l’imagina en prison, à la fin de sa vie.

Machinalement, il reprit sa Bible et l’ouvrit. Ses yeux tombèrent sur quelques versets soulignés depuis longtemps :

Je ne dis pas que nous soyons capables, par nous-mêmes, de concevoir quelque chose comme si cela venait de nous.

Notre capacité, au contraire, vient de Dieu.

Il nous a aussi rendus capables d’être serviteurs d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre.

2 Corinthiens 3. 5 – 6

Ces paroles lui apportèrent un baume au cœur.

Une heure plus tard, on frappa à sa porte.

Un jeune homme se présenta :

Vous souvenez-vous de moi ? Léo ! Le petit chenapan qui perturbait vos études bibliques !”

Il s’agissait justement d’un enfant de la fameuse communauté désormais dissoute et à laquelle le vieux serviteur venait de penser.

Léo raconta :

J’ai gardé votre enseignement, même si je n’étais pas le plus attentif. Je vous dois ce que je suis. Je viens de terminer ma théologie et avant de commencer bientôt mon ministère de pasteur, je tenais à vous revoir et vous demander votre bénédiction.

Le vieux pasteur écrasa une larme, et remercia Dieu, lequel avait vu son désespoir et tenu à le rassurer. 

Les auditeurs modèles ne sont pas forcément les plus profondément touchés

Et ce n’est pas forcément ceux qui, apparemment paraissaient les moins concernés, sont forcément les plus éloignés d’une relation forte avec Dieu.

Un peu la même idée, aujourd’hui

C’est ce que nous retrouvons un peu dans la parabole que je propose de lire aujourd’hui en

Luc 18. 9-14

Une parabole

Une parabole une illustration spirituelle

Petit rappel, une parabole est une histoire fictive que Jésus raconte  pour illustrer et pour nous faire comprendre une vérité spirituelle.

Une parabole réveille

En général, pour nous réveiller, il y a souvent un contrepied des habitudes.

Une parabole fonctionne par comparaison

Une parabole fonctionne par comparaison : la situation de l’histoire racontée par Jésus est comparée à la situation de nos vies.

Une parabole pour avoir un impact dans nos vies

Et donc l’aspect spirituel mis en évidence dans l’histoire fictive de Jésus doit ou devrait apparaître dans nos vies.

La raison et le contexte de la parabole

Pour bien profiter de la parabole, c’est toujours précieux de bien relever la raison pour laquelle Jésus la raconte, ça nous aidera à préciser dans quel domaine, elle s’applique.

Indices à la fin de la parabole

Petite astuce, souvent à la fin de la parabole, Jésus apporte soit la conclusion, soit une indication utile.

Donc 3 temps pour la compréhension :

  • la raison et le contexte,
    • la comparaison,
    • la vérité qui s’en dégage aidée des indications de Jésus.

Une parabole pour nos vies

Évidemment cela ne sert à rien d’avoir compris, si cela n’a pas un impact dans nos vies.

Luc 18. 9-14

Contexte

9 Il dit encore cette parabole,

à l’intention de certaines personnes qui étaient convaincues d’être justes et qui méprisaient les autres:

La parabole

10 «Deux hommes montèrent au temple pour prier;

l’un était un pharisien,

l’autre un collecteur d’impôts.

11 Le pharisien, debout, faisait cette prière en lui-même:

‘O Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ou même comme ce collecteur d’impôts.

12 Je jeûne deux fois par semaine et je donne la dîme de tous mes revenus.’

13 Le collecteur d’impôts, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant:

‘O Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur.’

Précision finale

14 Je vous le dis, lorsque ce dernier descendit chez lui, il était considéré comme juste, mais pas le pharisien.

En effet, toute personne qui s’élève sera abaissée,

et celle qui s’abaisse sera élevée.»

Contexte

Luc 18. 9

à l’intention de certaines personnes qui étaient convaincues d’être justes et qui méprisaient les autres

Ce texte est finalement assez général, nous l’avons compris : s’il cible les pharisiens, il cible en fait l’attitude, l’esprit religieux qui se cachent en chacun de nous et à un de ses effets pervers d’auto-satisfaction et d’auto-suffisance.

Auto-satisfaction

Le religion fonctionne par « je fais », donc je crédite des choses spirituelles :

  • ça me rassure,
    • ça me valorise,
    • ça m’élève au dessus des autres qui n’ont pas autant de crédit…

Auto-suffisance

Je me conforte moi-même à tel point que la spiritualité, voire Dieu, passent même au second plan. Il est relégué au rôle de témoin de « ce que je fais bien ». Le plus important c’est que je sois content de moi, c’est tendance, non ?!?

Prévention divine

Jésus fait ici de la prévention pour les personnes de Son époque, comme pour nous aujourd’hui.

Et dans cette prévention, Il aimerait nous alerter et nous aider à détecter ce mécanisme en nous et le transformer en quelque chose de vivant, relationnel avec Lui.

Prévention par une image choc

Pour ce faire, Il raconte une histoire une parabole, un peu choquante pour l’époque.

Un peu comme dans les campagne contre le tabac ou les incivilités sur la route…

Les pharisiens étaient des gens dévoués, considérés comme attachés à Dieu et les collecteurs d’impôts comme des traitres parce qu’ils travaillaient pour l’occupant romain, pour les étrangers. Et, en plus, ils  profitaient de la situation pour s’en mettre plein les poches.

Je ne sais pas comme Jésus l’aurait raconté ce matin, peut-être un peu du style

Le côté « wouahou », choquant

10 «Deux hommes montèrent à l’AB Renens pour prier, l’un était le pasteur, l’autre un frontalier aux services sociaux.

11 Le pasteur, debout, faisait cette prière en lui-même :

‘Ô Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui prennent le travail des vrais Suisses, qui paient peu d’impôts et surtout en France, vivent avec une copine, ou même comme ce « Frouze ».

12 Moi, j’ai donné, ma vie à Christ dans un camp au Roc, je me suis fait baptiser et j’ai fait 4 ans à l’IBG. Je vais au culte et au groupe de maison et je donne presque la dîme dans la boîte (quand je n’oublie pas).’

13 Le « Frouze » aux services sociaux, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant :

‘Ô Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur.’

Interpellation forte

Vous voyez le contrepied que Jésus a apporté dans cette parabole : c’était choquant ! Mais le but était de réveiller les consciences et qu’ils comprennent la comparaison. Et que nous comprenions, nous aussi, la comparaison qu’induit cette histoire.

Comparaison

L’approbation divine pour le traitre repentant face à l’attitude religieuse auto-satisfaite, et méprisante est comparée à notre habitude de se trouver spirituellement bien mieux que les autres, voire se mettre sur un piédestal, parce que je le vaux bien…

Vérité centrale

Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-suffisance méprisante.

Assurance

Effectivement, si nous avons une vie de foi riche en Christ, nous avons beaucoup d’assurances éternelles en Christ, nous sommes saints, Dieu habite en nous par Son Esprit, Dieu nous donne sa sagesse.

Ce que nous faisons pour Lui peut renforcer cette assurance

  • Dieu tient compte de ce que nous faisons pour Lui, même si tous ne voient pas les contraintes et les sacrifices que  je fais pour Dieu, Dieu les voit (sur le plan moral, affaires, ministère, sentimental, etc.).
  • J’ai peut-être résisté à des magouilles juteuses que personne n’aurait vu, à des situations d’adultères ou impudiques, je suis peut-être d’une grande générosité, j’ai renoncé à une carrière grisante,  etc.

 –  Certes, parce que nous savons pour qui nous le faisons.

Auto-évaluation très favorable

Mais ces assurances, ces décisions de vies peuvent nous conduire à  nous auto-évaluer très favorablement ; pour le non-croyant, ça donne :

« J’ai pas tué, j’ai pas volé, j’ai pas violé, donc Dieu va en tenir compte… »

Chez le croyant (et ce n’est plus le sujet d’aujourd’hui) :

« J’ai fait quand même beaucoup pour toi et je me suis refusé beaucoup de choses pour toi… »

Dieu n’a de place que pour valider

Le problème, c’est que je suis l’évaluateur et que Dieu n’a pour place que celle de valider ce que j’ai estimé favorable.

Alors qu’Il est là pour nous pardonner

Dans la situation du collecteur d’impôt, ce dernier a un regard plus juste de sa situation personnelle, Dieu est interpelé pour pardonner.

2 axes de réflexions à retenir

Les 2 axes de réflexions à retenir sont :

Dieu me doit de la reconnaissance problème d’auto-satisfaction / Besoin de Dieu par la repentance.

La première attitude démontre un mauvais regard sur la grandeur de Dieu (le pharisien l’interpelle), la deuxième attitude montre une juste perception de la grandeur de Dieu (le collecteur d’impôt n’ose même pas lever la tête).

2 indices

Comme je le disais au début, Jésus nous donne souvent des indices pour peaufiner notre compréhension.

Intro de la parabole

Et dans son introduction, Jésus dédicace sa parabole à l’intention de certaines personnes qui étaient convaincues d’être justes et qui méprisaient les autres.

Luc 18. 9

Le mépris

Se voir trop beau, reléguer Dieu au rôle de caisse enregistreuse conduit à s’élever au dessus de tout et, finalement, à mépriser ceux qui ne sont pas au niveau ou dans le même délire…

Cette grande satisfaction peut nous radicaliser vis-à-vis de ceux qui ne le sont pas ou qui ne le font pas et ça commence par le mépris ; en fait, si je méprise une personne ou une catégorie de personnes, c’est que forcément je me considère au-dessus d’elles, et il se peut que Dieu n’ait de place que pour valider mes « super-idées ».

Conclusion de la parabole

Luc 18. 14

14 Je vous le dis, lorsque ce dernier descendit chez lui, il était considéré comme juste,

mais pas le pharisien.

L’approbation de Dieu est clairement sur celui qui a mis Dieu à sa juste place et qui a, par conséquent, eu une démarche recevable par Dieu.

Luc 18. 14

En effet, toute personne qui s’élève sera abaissée,

et celle qui s’abaisse sera élevée.»

Et la conclusion de Jésus confirme ce qu’on a pu percevoir dans l’histoire : le problème vient bien du fait de se voir trop beau par rapport à Dieu et par rapport aux autres. Alors qu’une juste perception de la personne de Dieu éclaire notre manière de penser, d’agir et de nous adresser à Dieu.

Que nos assurances, ne deviennent pas de l’auto-satisfaction, de l’auto-suffisance !

Méditer

Cette courte parabole très simple m’a amené à méditer et je vous partage ce cheminement.

Est-ce que je méprise quelqu’un ?

Est-ce qu’il y a quelqu’un que je méprise ?

Si oui, pourquoi ?

Quelles indications ça révèle de ma relation avec Dieu ?

Valeur de nos engagements

Il nous arrive de faire des choses pour Dieu qui sont engagées, elles prennent du temps, on renonce à des choses, ces engagements prennent des force, du temps, des finances, ils orientent le cours de notre vie, de nos familles.

Qu’entraînent nos engagements pour Dieu ?

Quel regard portons-nous sur ces périodes, ces engagements, ces prises de position ?

Dieu me doit-Il quelque chose ?

Dieu nous doit-Il quelque chose par rapport à ça ?

Luc 17. 10

Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: ‘Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.’»

Je l’ai fait

Les regardons-nous comme un « wouahou » ou

– Je l’ai fait ?

ou

– Je l’ai vécu (sous entendu avec Christ), dans le sens où Dieu m’a permis de vivre cette situation engagée.

Transformation du regard

Nous sommes comblés de plein d’assurances en Dieu, par Christ.

Que ces assurances alimentent notre reconnaissance, pas notre auto-satisfaction ou notre auto-suffisance ! Que Dieu transforme nos perspectives…

Les travers de la prière

Quand je prie, j’ai deux tendances : présenter à Dieu ma liste de course ou que Dieu compte mes bons points (et ce n’est plus le sujet de ce matin).

Je lirai quelques versets pour terminer :

  1. Est-ce que je méprise quelqu’un ou un groupe de personnes ? Qu’est-ce que cela cache de Dieu et de mon prochain ?

  • Dieu me doit-il quelque chose au regard de ce que j’ai fait pour Lui ?

  • Est-ce que je considère ces engagements comme des réalisations personnelles ou est-ce que Dieu m’a embarqué avec Lui ?

  • Dans mes prières, Dieu est-il finalement le témoin des choses que je fais bien, avec le secret désir qu’Il en tienne compte comme je l’aimerais ?

Ephésiens 2.8-10

8 En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi.

Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

9 Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter.

10 En réalité, c’est lui qui nous a faits;

nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions.

Philippiens 2. 13

En effet, c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire pour son projet bienveillant.

Matthieu 6. 5- 6

Lorsque tu pries, ne sois pas comme les hypocrites: ils aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. 6Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Versets clefs

2 Corinthiens 3. 5 – 6

Je ne dis pas que nous soyons capables, par nous-mêmes, de concevoir quelque chose comme si cela venait de nous.

Notre capacité, au contraire, vient de Dieu.

Il nous a aussi rendus capables d’être serviteurs d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre.

Ephésiens 2.8-10

8 En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi.

Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

9 Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter.

10 En réalité, c’est lui qui nous a faits;

nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions.

Philippiens 2. 13

En effet, c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire pour son projet bienveillant.

Matthieu 6. 5- 6

Lorsque tu pries, ne sois pas comme les hypocrites: ils aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. 6Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra

Luc 17. 10

Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: ‘Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.’»

Passage Biblique

Luc 19 / Bible Segond21

1. Jésus était entré dans Jéricho et traversait la ville.
2. Or, un homme riche appelé Zachée, chef des collecteurs d'impôts,
3. cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y parvenait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
4. Il courut en avant et monta sur un sycomore pour voir Jésus, parce qu'il devait passer par là.
5. Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux, [le vit] et lui dit: «Zachée, dépêche-toi de descendre, car il faut que je m'arrête aujourd'hui chez toi.»
6. Zachée s'empressa de descendre et l'accueillit avec joie.
7. En voyant cela, tous murmuraient en disant: «Il est allé loger chez un homme pécheur.»
8. Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit: «Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens et, si j'ai causé du tort à quelqu'un, je lui rends le quadruple.»
9. Alors Jésus dit à son propos: «Le salut est entré aujourd'hui dans cette maison, parce que lui aussi est un fils d'Abraham.
10. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.»
11. Comme la foule écoutait cela, Jésus ajouta une parabole. En effet, il était près de Jérusalem et l'on croyait que le royaume de Dieu allait apparaître immédiatement.
12. Il dit donc: «Un homme de haute naissance partait dans un pays lointain pour se faire désigner roi et revenir ensuite.
13. Il appela dix de ses serviteurs, leur remit 10 pièces d'or et leur dit: 'Faites-les fructifier jusqu'à ce que je revienne.'
14. Cependant, ses concitoyens le détestaient et ils envoyèrent une délégation après lui pour dire: 'Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.'
15. Lorsqu'il fut de retour après avoir été désigné roi, il fit venir les serviteurs auxquels il avait donné l'argent afin de savoir quels bénéfices chacun avait faits.
16. Le premier se présenta et dit: 'Seigneur, ta pièce d'or en a rapporté 10.'
17. Il lui dit: 'C'est bien, bon serviteur. Parce que tu as été fidèle dans une petite chose, reçois le gouvernement de 10 villes.'
18. Le deuxième vint et dit: 'Seigneur, ta pièce d'or en a produit 5.'
19. Il lui dit: 'Toi aussi, sois établi responsable de 5 villes.'
20. Un autre vint et dit: 'Seigneur, voici ta pièce d'or que j'ai gardée dans un linge.
21. En effet, j'avais peur de toi parce que tu es un homme sévère; tu prends ce que tu n'as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n'as pas semé.'
22. Il lui dit: 'Je vais te juger sur tes propres paroles, mauvais serviteur; tu savais que je suis un homme sévère, que je prends ce que je n'ai pas déposé et que je moissonne ce que je n'ai pas semé.
23. Pourquoi donc n'as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu'à mon retour je le retire avec un intérêt?'
24. Puis il dit à ceux qui étaient là: 'Enlevez-lui la pièce d'or et donnez-la à celui qui en a 10.'
25. Ils lui dirent: 'Seigneur, il a déjà 10 pièces d'or.'
26. 'Je vous le dis, répondit-il, on donnera à toute personne qui a, mais à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a.
27. Quant à mes ennemis qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi.'»
28. Après avoir dit cela, Jésus marcha devant la foule pour monter à Jérusalem.
29. Lorsqu'il approcha de Bethphagé et de Béthanie, vers la colline appelée mont des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples
30. en leur disant: «Allez au village qui est en face. Quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché sur lequel personne n'est encore jamais monté. Détachez-le et amenez-le.
31. Si quelqu'un vous demande: 'Pourquoi le détachez-vous?' vous [lui] répondrez: 'Le Seigneur en a besoin.'»
32. Ceux qui étaient envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus le leur avait dit.
33. Comme ils détachaient l'ânon, ses maîtres leur dirent: «Pourquoi détachez-vous l'ânon?»
34. Ils répondirent: «Le Seigneur en a besoin»
35. et ils amenèrent l'ânon à Jésus. Après avoir jeté leurs manteaux sur son dos, ils firent monter Jésus.
36. A mesure qu'il avançait, les gens étendaient leurs vêtements sur le chemin.
37. Déjà il approchait de Jérusalem, vers la descente du mont des Oliviers. Alors toute la foule des disciples, remplis de joie, se mirent à adresser à haute voix des louanges à Dieu pour tous les miracles qu'ils avaient vus.
38. Ils disaient: «Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur! Paix dans le ciel et gloire dans les lieux très hauts!»
39. Du milieu de la foule, quelques pharisiens dirent à Jésus: «Maître, reprends tes disciples.»
40. Il répondit: «Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront!»
41. Quand il approcha de la ville et qu'il la vit, Jésus pleura sur elle et dit:
42. «Si seulement tu avais toi aussi reconnu, aujourd'hui, ce qui peut te donner la paix! Mais maintenant, cela est caché à tes yeux.
43. Des jours viendront pour toi où tes ennemis t'entoureront d'ouvrages fortifiés, t'encercleront et te serreront de tous côtés.
44. Ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où tu as été visitée.»
45. Jésus entra dans le temple et se mit à en chasser les marchands.
46. Il leur dit: «Il est écrit: Mon temple sera une maison de prière, mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.»
47. Il enseignait tous les jours dans le temple. Les chefs des prêtres, les spécialistes de la loi et les chefs du peuple cherchaient à le faire mourir;
48. mais ils ne savaient pas comment s'y prendre, car tout le peuple l'écoutait, suspendu à ses lèvres.

Mots clefs

  • Auto-suffisance
  • Auto-satisfaction
  • Mépris
  • Prière
  • Jésus
  • Parabole
  • Pharisien
  • Collecteur d’impôts
  • Repentance
  • Elévation

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Thème Paraboles

Prédication: Patrice Berger

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify

Les Paraboles #4: Une pièce d’or à saisir – Luc 19

 Les Paraboles #4: Une pièce d’or à saisir – Luc 19

Prédication de Paul Yersin, 2022_04_24, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #4: Une pièce d’or à saisir – Luc 19 , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Jésus, suite à la rencontre avec Zachée, comme la foule l’écoute, va ajouter cette parabole. Une parabole est un récit imagé sous lequel se cache un enseignement. Jésus utilise à plusieurs reprises cette méthode pour enseigner.

Prédication: Les Paraboles #4 : Parabole des pièces d’or ou des talents.

Parabole des pièces d’or ou des talents.

Jésus, suite à la rencontre avec Zachée, comme la foule l’écoute, va ajouter cette parabole. Une parabole est un récit imagé sous lequel se cache un enseignement. Jésus utilise à plusieurs reprises cette méthode pour enseigner.

Rappel : la rencontre avec Jésus :

Jésus rencontre Zachée, vient demeurer dans sa maison. Il partira de chez Zachée en déclarant : « Le salut est entré aujourd’hui dans cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Jésus précise par là qu’une vie nouvelle est née chez Zachée. Zachée recherchait avant tout son bien-être, acquérir plus de richesse…même en volant ses concitoyens. Il était loin du plan de Dieu… Mais Jésus l’a visité et sa vie en a été transformée. Son comportement a changé en profondeur. De voleur, il est devenu un homme qui donne, un homme réconcilié avec son entourage et avec Dieu.

A cet enseignement du salut, à ce changement visible, Jésus va y ajouter une parabole, une parabole qui illustre ce qui se passera après le temps de Pâques et dans les temps à venir… donc cette parabole est toujours d’actualité.

Jésus à travers cette parabole montrera plusieurs séquences du plan de Dieu et plusieurs comportements face à la personne même de Dieu.

Lecture Luc 19 : 11 -28

Face à tout ce que Jésus a accompli, certains croient que Jésus allait établir immédiatement le royaume de Dieu. Jésus explique par cette parabole plusieurs étapes du plan de Dieu.

Il met en lumière :

  • Plusieurs comportements face à Dieu ou face au Don de Dieu.
  • Plusieurs regards très différents sur la personne même de Dieu
  • Les conséquences des comportements ou des visions que l’on peut avoir de Dieu.

L’on peut ensuite se poser la question : comment est-ce que je reçois aujourd’hui le don de Dieu … ?

Etapes du plan de Dieu :

La croix et la résurrection du Christ ont été les étapes centrales du plan de salut de Dieu. Jean dans son évangile nous présente cette homme de haute naissance : « Au commencement était la Parole (Christ), et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Jean nous précise que cette Parole peut nous transformer, comme cela a été le cas pour Zachée : « Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. »

Mais Jésus dans cette parabole nous montre que cette homme de haute naissance, le Messie désigné comme Roi, à ce moment-là, reviendra et fera les comptes ! Il est Seigneur !

Dieu a fait un don précieux aux hommes … Plusieurs comportements sont présentés face au Messie et au don de Dieu.

  • Ni Dieu, ni maître, c’est la réaction de certains qui contestent l’existence et la légitimité de Jésus-Christ. Ce refus est exprimé de manière claire. Il a été exprimé à maintes reprises dans l’histoire de l’humanité. Quelques exemples bibliques : Manassé 2 Rois 21  Discours de Paul Romains 1 : 20-23

Des exemples dans l’actualités sont légions :  Les guerres, la violence autour de nous, dans les familles, dans la société, … dans nos pays…et parfois jusque dans nos églises : Les hommes et les femmes sont remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité;ils sont rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde.  … c’est la suite de l’épître aux Romains … mais est-ce que cela ne dépeint pas la société dans laquelle nous vivons !

L’éloignement de Dieu n’est pas et ne sera pas sans conséquence !

  • Notre comportement face au Don de Dieu :
    • Une prise en compte et une appropriation du don de Dieu. Les deux premiers ont saisi le don que Dieu leur faisait et ce don a porté du fruit dans leurs mains… Remarque du maître : C’est bien, bon serviteur; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois …

Un encouragement, ce qu’ils ont déjà reçu ne leur est pas enlevé. On leur confie davantage … Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » Ephésiens 2 :8-10

  • Face au don de Dieu, y peut y avoir un enterrement en règle, la mise dans un linge…  une indifférence irresponsable …

Dans la même parabole des talents dans l’évangile de Matthieu au chapitre 25, on dit que le serviteur a enterré le talent. Ici, il est mis dans un linge … c’est une peu la même image, rappelez-vous, dans le tombeau, on avait mis un linge sur le visage de Jésus. Pour ce 3ème serviteur, ce don est lettre morte, n’a pas de valeur réelle … ne donne ni joie, ni vie !

Pour nous, la grâce de Dieu est-elle lettre morte ? est-elle restée enterrée ?

Cet enterrement ou cette indifférence peut provenir de notre manière de voir Dieu. En premier lieu, il n’existe aucune vraie relation de ce serviteur avec Dieu, donc Dieu est un parfait inconnu que l’on va peut-être mettre à l’échelle humaine… Le regard de Dieu devient celui des Grecs ou des Romains. Un dieu très humain : voleurs, méchants, cupides, médisants, querelleurs, vengeurs, … dépourvus de bonté, de miséricorde et d’amour … Finalement un dieu à l’image de l’homme.

Et pour nous qui est notre Dieu ? comment le connaissons nous ? Quels sont les attributs que nous lui connaissons ?

Est-il réellement Dieu, un Dieu souverain, digne de confiance, en qui j’ai foi ? Un Dieu de la bénédiction, un Dieu de la vie et non de la mort ? Un Dieu de la lumière et non du vol ou des ténèbres ? Un Dieu qui prend. Un Dieu sévère, de règlement ? Un Dieu de la peur ?

Ou un Dieu fidèle, juste, miséricordieux, plein de bonté et d’amour … lent à la colère et riche en bonté … Un Dieu qui donne la paix … « Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore; Il annoncera la justice selon la vérité. » Esaïe 42 :3

Effectivement si nous sommes dans la peur, si nous ne croyons pas à son œuvre de salut. À son don gratuit, alors nous pouvons faire nôtre, les paroles de ce 3ème serviteur … « car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. »

Remarque : Dans la parabole du semeur, Dieu sème sur tous les terrains … même les plus improbables à porter du fruit …Dieu est généreux et juste …

Un mot encore de Jésus en Matthieu 7 : 9-11 « Lequel de vous donnera une pierre à son fils, … »

Jésus souligne encore l’importance de s’approprier le don de Dieu… le déposer à la banque … peut-être peu d’intérêt… mais vraiment s’approprier le don de Dieu, ne pas tomber dans l’indifférence … ou l’apparence d’être enfants de Dieu …

Jésus conclue : « Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. » Potentiellement, ce 3ème serviteur avait quelque chose …N’oublions pas ces mots du Seigneur qui résonnent : « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Matthieu 7 : 21

Jésus précise ce qu’est faire l’œuvre de Dieu en Jean 6 : «Que devons-nous faire pour accomplir les œuvres de Dieu?» 29 Jésus leur répondit: «L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé.»  et encore « En effet, la volonté de mon Père, c’est que toute personne qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et moi, je la ressusciterai le dernier jour.»

Il ne s’agit pas ici d’une perte du salut, mais du jugement de celui qui n’a jamais réellement connu ni la grâce de Dieu, ni Dieu lui-même, …

Enfin, il y a ceux qui délibérément n’ont pas voulu de Jésus-Christ : « Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18Celui qui croit en lui n’est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. …» Jean 3 :17-20 . Jésus souligne ici la condamnation de ceux qui ne lui appartiennent pas, une condamnation à une mort non seulement physique mais aussi spirituelle : un éloignement de Dieu pour l’éternité. Jésus l’a annoncé : « Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Matthieu 13 : 49-50

Suite à cette parabole, nous pouvons croire où Jésus ou Satan. Satan a dit, vous ne mourrez pas ! Jésus affirme qu’il reviendra …Restons donc attaché à Lui et à sa parole. « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » Matthieu 24 :35

Jésus parle de son retour de manière plus explicite dans l’évangile de Matthieu : En Matthieu 24 : Jésus parle notamment de la vie insouciante des personnes lors que le temps de la fin est là. Lisons Matthieu 24 : 36-39

Cette insouciance et cet oubli de Dieu, nous les connaissons bien aujourd’hui. Dieu est laissé de côté, enterré, comme mis au placard … Mais nous aurons des comptes à rendre à Dieu.

Nous avons tendance à mettre en avant nos droits et non pas, à qui et en quoi nous sommes redevables ? Ne sommes-nous pas redevables à notre conjoint, à notre employeur ? Comme enfants à nos parents ? et enfin nous tous, à Dieu, notre Créateur ?

Cette redevabilité, Jésus la souligne aussi bien dans ce texte de Matthieu que dans la parabole. Ces textes nous laisseront-ils indifférents ou nous amèneront-ils à vivre plus près de Dieu, à apprendre à le connaître toujours mieux, toujours plus.

Comme pour attirer encore plus notre attention sur les vérités que Jésus a annoncées dans cette parabole, il nous est dit que Jésus monte à Jérusalem et envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face; quand vous y serez entrés, … Ceux qui étaient envoyés allèrent, et trouvèrent les choses comme Jésus leur avait dit. … » Nous voyons donc dans la suite du récit que tout est dans les mains de Jésus. Ce qu’Il a dit, s’accomplit … allons-nous douter de Sa parole ? Allons-nous cultiver notre relation avec Lui ? avons-nous le désir de le connaître davantage ?

Allons-nous nous approprier le don (ou les dons) qu’Il nous faits ? Laissons-nous libérer de nos contraintes … le Seigneur nous veut à son service, veut avoir besoin de nous … laissons-nous saisir par sa grâce !

Versets clefs

Ephésiens 2.8-10

Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. 

Jean 1.1-3

Au commencement était la Parole (Christ), et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 

Jean 1.11-13

Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. 

Matthieu 7 : 21

Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 

Jean 6. 28 -29

«Que devons-nous faire pour accomplir les œuvres de Dieu?» Jésus leur répondit: «L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé.»  et encore « En effet, la volonté de mon Père, c’est que toute personne qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et moi, je la ressusciterai le dernier jour.»

Jean 3 :17-20

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18 Celui qui croit en lui n’est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. …»

Matthieu 13 : 49-50

« Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Matthieu 24 :35

« Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas »

Passage Biblique

Luc 19 / Segond21

11. Comme la foule écoutait cela, Jésus ajouta une parabole. En effet, il était près de Jérusalem et l'on croyait que le royaume de Dieu allait apparaître immédiatement.
12. Il dit donc: «Un homme de haute naissance partait dans un pays lointain pour se faire désigner roi et revenir ensuite.
13. Il appela dix de ses serviteurs, leur remit 10 pièces d'or et leur dit: 'Faites-les fructifier jusqu'à ce que je revienne.'
14. Cependant, ses concitoyens le détestaient et ils envoyèrent une délégation après lui pour dire: 'Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.'
15. Lorsqu'il fut de retour après avoir été désigné roi, il fit venir les serviteurs auxquels il avait donné l'argent afin de savoir quels bénéfices chacun avait faits.
16. Le premier se présenta et dit: 'Seigneur, ta pièce d'or en a rapporté 10.'
17. Il lui dit: 'C'est bien, bon serviteur. Parce que tu as été fidèle dans une petite chose, reçois le gouvernement de 10 villes.'
18. Le deuxième vint et dit: 'Seigneur, ta pièce d'or en a produit 5.'
19. Il lui dit: 'Toi aussi, sois établi responsable de 5 villes.'
20. Un autre vint et dit: 'Seigneur, voici ta pièce d'or que j'ai gardée dans un linge.
21. En effet, j'avais peur de toi parce que tu es un homme sévère; tu prends ce que tu n'as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n'as pas semé.'
22. Il lui dit: 'Je vais te juger sur tes propres paroles, mauvais serviteur; tu savais que je suis un homme sévère, que je prends ce que je n'ai pas déposé et que je moissonne ce que je n'ai pas semé.
23. Pourquoi donc n'as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu'à mon retour je le retire avec un intérêt?'
24. Puis il dit à ceux qui étaient là: 'Enlevez-lui la pièce d'or et donnez-la à celui qui en a 10.'
25. Ils lui dirent: 'Seigneur, il a déjà 10 pièces d'or.'
26. 'Je vous le dis, répondit-il, on donnera à toute personne qui a, mais à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a.
27. Quant à mes ennemis qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi.'»
28. Après avoir dit cela, Jésus marcha devant la foule pour monter à Jérusalem.

Mots clefs

  • Zachée

  • Jésus

  • Parabole
  • Voleur
  • Réconcilié
  • Salut
  • Ni Dieu, ni maître
  • Éloignement
  • Conséquence
  • Rendre compte Jugement

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Thème Paraboles

Prédicateur: Paul Yersin

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify

Les Paraboles #3: Offre d’emploi. Ne manque pas le rendez-vous !

 Les Paraboles #3: Offre d’emploi. Ne manque pas le rendez-vous !

Prédication de Patrice Berger, 2022_04_11, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #3: Offre d’emploi. Ne manque pas le rendez-vous ! , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Il est normal que si je travaille plus longtemps, je gagne plus. D’ailleurs, quand on a besoin de renflouer ses comptes, on essaie de faire des heures supplémentaires… C’est tellement ancré en nous, que nous pensons qu’au regard de l’Eternité de Dieu cette logique fonctionne de la même manière. Eh bien non ! Jésus va devoir utiliser une parabole choc, pour que nous nous ôtions tout mérite quant à l’éternité. Le principal, c’est d’y être.

Prédication: Les Paraboles #3 Offre d’emploi. Ne manque pas le rendez-vous !

Excitation

Je suis trop content ce matin !

Je vais enfin pouvoir réaliser un kiff !!!

Celui – en temps d’élections du conseil d’état pour nous, dans le canton de Vaud et présidentielles, en France voisine – de proclamer devant un micro un slogan qui va marquer l’histoire.

Pour la bonne cause, celle de Dieu par la Bible

Bon, je ne le fais pas pour jouer, mais c’est parce que c’est en lien avec le texte que nous allons lire tout soudain dans la Bible. La Parole de Dieu, sur laquelle Il a veillé à l’écriture de chaque mot.

Donc, nous allons nous aussi essayer d’y prêter attention.

Nous connaissons tous un peu de la Bible

Et vous allez voir que peut-être, sans le savoir, vous connaissez des phrases percutantes de la Bible !

À nous d’en tenir compte

Mais tout cela parce que Dieu nous dit que nous avons un rendez-vous pour un emploi : à nous d’être là pour le rendez-vous d’embauche.

Quel est cet emploi et comment en profiter ?

J’espère que je vous ai mis l’eau à la bouche et que, comme moi, vous allez voir comment la Bible est importante et passionnante pour nos vies.

Slogan de campagne présidentielle

– « Travailler plus pour gagner plus »

Travailler plus pour gagner plus est un slogan de la campagne présidentielle française de 2007, utilisé par Nicolas Sarkozy. Il symbolise la volonté du candidat de remettre en cause les 35 heures et de « libérer » le travail des salariés afin d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Wikipédia

Mais pourquoi est-ce je vous dis cela ?

Lisons ensemble dans la Bible.

Le texte nous transporte autour du travail de la vigne, peut-être les vendanges où le raisin est juste comme il faut et c’est le moment de le ramasser.

Je ne sais pas si vous avez déjà fait une journée de vendanges mais je peux vous dire que la fin de la journée, on l’apprécie…

En général, on a plus mal au dos à partir du 4ème jour.

Texte du jour

Dans un évangile (qui raconte la période qui concerne Jésus), celui de Matthieu :

Chapitre 20 dès le début du chapitre

1 « En effet, le royaume des cieux ressemble à un propriétaire qui sortit dès le matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.

2 Il se mit d’accord avec eux pour un salaire d’une pièce d’argent par jour et les envoya dans sa vigne.

3 Il sortit vers neuf heures du matin et en vit d’autres qui étaient sur la place, sans travail. 4Il leur dit:

‘Allez aussi à ma vigne et je vous donnerai ce qui sera juste.’ 5Et ils y allèrent.

Il sortit de nouveau vers midi et vers trois heures de l’après-midi et il fit de même.

6 Il sortit enfin vers cinq heures de l’après-midi et en trouva d’autres qui étaient là, [sans travail].

Il leur dit:

‘Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée sans travailler?’

7 Ils lui répondirent:

‘C’est que personne ne nous a embauchés.’

‘Allez aussi à ma vigne, leur dit-il, [et vous recevrez ce qui sera juste].’

8 Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant:

‘Appelle les ouvriers et paie-leur le salaire,

en allant des derniers aux premiers.’

9 Ceux de cinq heures de l’après-midi vinrent et reçurent chacun une pièce d’argent.

10 Quand les premiers vinrent à leur tour, ils pensèrent recevoir davantage, mais ils reçurent aussi chacun une pièce d’argent.

11 En la recevant, ils murmurèrent contre le propriétaire 12 en disant:

‘Ces derniers arrivés n’ont travaillé qu’une heure et tu les as traités comme nous, qui avons supporté la fatigue du jour et de la chaleur!’

13 Il répondit à l’un d’eux:

‘Mon ami, je ne te fais pas de tort.

N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un salaire d’une pièce d’argent? 14 Prends ce qui te revient et va-t’en.

Je veux donner à ce dernier arrivé autant qu’à toi.

15 Ne m’est-il pas permis de faire ce que je veux de mes biens? Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon?’

16 Ainsi les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers. [Beaucoup sont invités mais peu sont choisis.]»

Tout est à l’opposé de ma campagne présidentielle !

– « Travailler plus pour gagner plus »

C’est même l’inverse que dit Jésus.

Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers. Matthieu 19. 30

Mais pourquoi Jésus fait-il ce contre-pied ?

Une parabole pour qu’on s’en souvienne

Évidemment pour que nous nous en souvenions et c’est le but aussi de

cette histoire fictive,

cette parabole,

cette illustration,

un peu comme un dessin de presse,

pour que nous puissions saisir et retenir la vérité spirituelle qu’elle souligne.

Le mérite n’est pas la condition centrale mais la bonté de ce propriétaire  de les faire entrer dans sa vigne.

Mais pourquoi ?

Mais pourquoi cette parabole ? Lu comme cela, ça paraît un peu « hors sol » !

À savoir, une parabole est toujours liée avec une discussion, un évènement qui a eu lieu juste avant.

Une parabole pour comparer une vérité biblique à l’histoire qu’Il raconte

Et il y a une comparaison entre l’histoire fictive, la parabole et la vérité spirituelle que Jésus veut que nous retenions.

Il y a une comparaison entre l’histoire des ouvriers embauchés à différentes heures de la journée de travail, qui reçoivent le même salaire

et cette vérité que Jésus indique : Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers. Matthieu 19. 30

Pour bien comprendre c’est assez simple, il suffit de regarder :

  1. à qui elles étaient adressées (ça nous aide à comprendre le sens) ;
  2. toujours dans le même but, c’est important de comprendre ce qui a déclenché cette parabole : pourquoi Jésus en est venu à raconter cette parabole et que voulait-il expliquer ?

Ça c’est super simple, il suffit de regarder avant.

Nous allons lire le texte qui précède.

Matthieu 19

13 Alors des gens lui amenèrent des petits enfants afin qu’il pose les mains sur eux et prie pour eux. Mais les disciples leur firent des reproches.

14 Jésus dit: «Laissez les petits enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent.»

15 Il posa les mains sur eux et partit de là.

16 Un homme s’approcha et dit à Jésus:

«[Bon] Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?»

17 Il lui répondit:

«Pourquoi m’appelles-tu bon? Personne n’est bon, si ce n’est Dieu seul. Si tu veux entrer dans la vie, respecte les commandements.»

«Lesquels?» lui dit-il.

18 Et Jésus répondit:

«Tu ne commettras pas de meurtre; tu ne commettras pas d’adultère; tu ne commettras pas de vol; tu ne porteras pas de faux témoignage; 19 honore ton père et ta mère et tu aimeras ton prochain comme toi-même.»

20 Le jeune homme lui dit:

«J’ai respecté tous ces commandements [dès ma jeunesse]. Que me manque-t-il encore?»

21 Jésus lui dit:

«Si tu veux être parfait, va vendre ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi.»

22 Lorsqu’il entendit cette parole, le jeune homme s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.

23 Jésus dit à ses disciples:

«Je vous le dis en vérité, il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume des cieux. 24 Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.»

25 Quand les disciples entendirent cela, ils furent très étonnés et dirent: «Qui peut donc être sauvé?»

26 Jésus les regarda et leur dit:

 «Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.»

27 Pierre prit alors la parole et dit:

«Voici, nous avons tout quitté et nous t’avons suivi. Que se passera-t-il pour nous?»

28 Jésus leur répondit:

«Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes et vous jugerez les douze tribus d’Israël.

29 Et toute personne qui aura quitté à cause de moi ses maisons ou ses frères, ses sœurs, son père, sa mère, sa femme, ses enfants ou ses terres, recevra le centuple et héritera de la vie éternelle.

30 Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers.

Lien réel entre les 2 paragraphes

Ah, on est sûr qu’il y a un lien entre ce qui se passe ici et la parabole qu’on découvre à la suite parce que ces 2 paragraphes se terminent avec la même idée :

Matthieu 19. 30 Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers.

Et

Matthieu 20. 16 Ainsi les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers.

Dans les deux paragraphes, nous avons deux populations bien marquées :

Les enfants

qui ne comptaient pas dans les « affaires spirituelles » des « grands » et pour lesquels Jésus devra souligner le fait de les laisser venir à lui

Et finalement les « grands » devraient imiter leur simplicité et leur côté entier Matthieu 19. 13-14

« Les grands » (jeunes riches et disciples)

Et de l’autre côté celui qui a le profil du « gendre idéal » qui a fait tout juste depuis le début (dès la première heure) mais qui est bloqué dans sa démarche vis-à-vis de Dieu par sa complexité d’adultes, ses calculs, ses attaches. Matthieu 19. 16- 26

Notons que ce sympathique garçon demande

ce qu’il faut faire,

quel travail produire

pour hériter de la vie éternelle.

À contrario, des enfants qui veulent juste s’approcher de Jésus.

On l’a bien compris, ce n’est pas une question d’âge mais d’attitude de coeur.

Dans la parabole, nous avons aussi deux populations :

  • ceux qui dès la première heure travaillent pour une salaire négocié,
    • ceux qui rentrent travailler dans la vigne à la fin de la journée.

Dieu est bon, le maître est bon

Dans les échanges avec le jeune homme riche, il est souligné que seul Dieu est bon ; dans l’histoire de la parabole, le propriétaire est bon.

Dieu seul sauve éternellement et le propriétaire est unique dans sa rémunération

Dans la discussion avec le jeune homme riche, il est question de

  • vie éternelle,
    • d’être sauvé,
    • et que seul Dieu a la possibilité de sauver.

Dans la parabole, le bon propriétaire est le seul qui puisse donner un salaire aux ouvriers, sa manière de faire n’est pas dans les habitudes humaines !

Matthieu 19 25-26

«Qui peut donc être sauvé?»

26 Jésus les regarda et leur dit: «Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.»

Alors à qui sont adressées ces comparaisons ?

A qui ?

Donc tout autant :

aux responsables religieux (le jeune homme riche représente leur manière de penser) ;

à la foule (enfants donc parents, etc.)

aux disciples (en tout cas Pierre est là).

Jésus a un message à faire passer.

Pourquoi ? Le déclencheur.

Le besoin d’une mise au point.

Le besoin d’une parabole pour qu’on comprenne encore mieux.

C’est cette idée de mériter quelque chose par rapport à l’éternité.

Le jeune homme riche demandait ce qu’il fallait faire, lui qui dès la première heure avait fait tout juste.

Pierre fait remarquer qu’en terme de sacrifice, avec les autres disciples, ils ont bien donné donc, ils mériteraient quelque chose en retour…

Et les enfants qui ne valent rien (à l’époque), qui n’ont rien produit sont exclus des affaires spirituelles (et Jésus est obligé de rectifier).

La comparaison des personnages

Et  si je comprends bien, Jésus réveille Son auditoire en comparant le jeune homme qui, dès sa jeunesse, a fait tout juste et les disciples qui, dès le début, ont suivi Jésus avec les ouvriers de la première heure.

Dans la même idée, il y a comparaison entre les ouvriers, tout juste rentrés en fin de journée dans la vigne, et les enfants qui ont peiné à approcher Jésus.

Le bon et généreux propriétaire est comparé à Dieu qui est bon et qui est le seul à pouvoir sauver.

Comparaisons globales

Globalement, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, le mérite n’est pas le critère attendu pour recevoir un denier mais de rentrer dans la vigne du bon propriétaire. Cela se compare à nos mérites vertueux qui ne sont pas un droit pour la vie éternelle mais c’est la bonté de Dieu qui, seule, peut l’accorder.

On pourrait s’attendre à ce que ceux qui en font le plus pour Dieu soient accueilli dans l’éternité. En comparaison, il aurait été logique que ceux qui travaillent le plus, dès le début de la journée, gagnent plus.

Finalement, Dieu regarde plus ceux qui s’approchent de Lui comme les enfants, les « derniers ». En comparaison, à la même générosité du bon maître pour ceux qui n’ont travaillé qu’une heure.

La vérité

Quelle vérité pourrions retirer pour nous ?

Peu importe quand, comment, les antécédents, voire le moment pour venir à Dieu que ce soit tôt ou tard, Dieu peut te sauver et t’accorder l’éternité (et cette éternité est la même pour tous).

Nous n’avons aucun mérite, c’est l’oeuvre de Dieu qui est souverain, bon et juste.

Deux applications

  • Invitation à rentrer dans l’éternité de Dieu.
  • Invitation à ne jamais penser que nous en avons un mérite personnel.

Invitation à entrer dans l’éternité de Dieu

Cet enseignement de Jésus nous invite tous à Son salut, à Son éternité.

« Mieux vaut tard que jamais ! »

Quels que soient notre parcours, nos difficultés, nos prétextes, notre fierté, notre religion, ce qui importe au final, c’est de venir à Dieu, même si j’ai « brûlé ma vie », même si ça semble abuser.

-« Viens à Dieu, il n’est jamais trop tard !».

La même éternité t’attend.

Le même salut t’attend.

Tout comme les autres qui ont déjà fait cette démarche.

Parcours plus long

Je ne sais pas si vous avez noté mais les derniers qui attendent un boulot disent au propriétaire :

‘C’est que personne ne nous a embauchés.’

Le bon propriétaire répond :

‘Allez aussi à ma vigne

Matthieu 20. 7

Nous avons tous des personnes autour de nous que nous aimerions voir entrer dans l’éternité de Dieu

Mais, qui sait, il leur faut peut-être plus de temps pour voir que personne ne s’intéresse réellement à eux et qu’il n’y a personne pour les combler réellement.

Invitation à ne jamais s’accorder le moindre mérite

Rentrer dans l’éternité de Dieu ne marche jamais au mérite

Le contre-pied de Jésus par cette parabole souligne évidemment que nous n’avons aucun mérite à revendiquer pour rentrer dans l’éternité de Dieu, pour le paradis.

Rien – de religieux ou de conduite – n’est méritoire !

Nous sommes totalement perdus.

Nous sommes totalement fautifs.

Nous sommes irrecevables par Dieu.

Nous ne méritons, à juste titre, que sa plus grande colère.

L’image de la personne qui se noie et tend la main pour être sortie de l’eau est fausse pour imager notre perdition, toute l’humanité est au fond de la fosse des Mariannes (11’521 mètres de profondeur), complètement perdue !

Et

«Qui peut donc être sauvé?»

26 Jésus les regarda et leur dit: «Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.»

Matthieu 19. 25-26

Pour le jeune homme riche

Certes, c’est adressé au jeune riche qui avait tout « free ».

Mais aussi aux disciples qui auraient pu entrer dans le même mécanisme méritoire.

Comme pour les disciples

– « Regarde, Seigneur, tous les sacrifices qu’on a fait pour toi ».

Regarde tous les dimanches matins où je me lève pour aller au culte, alors que le reste de ma famille fait la grasse matinée !

Ça vaut bien quelque chose (voire quand on le dit), tu me dois bien quelque chose en retour.

Dieu est juste, ne nous faisons jamais de soucis, mais il n’y a rien de méritoire.

Tout le mérite en revient à Dieu qui, dans Sa grâce, nous permet de cheminer avec Lui et de Le servir.

8 En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter.

Ephésiens 2. 8-9

Mieux faire connaissance avec Dieu

On en apprend beaucoup sur Dieu dans ce passage.

Souverain

Dieu est souverain. Il fait ce qu’Il veut. Et pas ce que nous voulons.

Mais quand nous évoquons, à dimensions humaines, « faire ce qu’il veut », on pense à des caprices (les nôtres ou ceux des autres) ou à du despotisme…

Souverain et bon

Mais ce que nous montre magistralement ce texte, c’est que la totale souveraineté de Dieu est liée avec la même force avec Sa bonté.

Le bon maître peut donner 1 denier à tous,

Dieu offre Son éternité à qui la désire.

Il en a la souveraine possibilité et cette souveraine possibilité est liée, à même hauteur, avec Sa bonté déconcertante.

Souverain, bon et juste

La souveraineté et la bonté de Dieu sont liées à Sa justice qui n’a aucun égal avec nos conceptions.

Jamais notre conception de justice n’aurait donné le même salaire à quelqu’un qui aurait travaillé une heure et à l’autre qui aurait travaillé toute la journée.

Tous les traits de la personnalité de Dieu sont imbriqués

Tous les traits de caractère parfaits de Dieu sont totalement exsangues de péché.

Tous les traits de la personnalité de Dieu sont imbriqués, il n’y en a pas un qui va déborder les autres.

Nos conceptions de créature affectée par le péché sont à des années lumières d’être au niveau de Sa personne, de Lui reprocher quoi que ce soit.

Ne m’est-il pas permis de faire ce que je veux de mes biens? Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon?’

Matthieu 20. 15

Que Dieu nous aide à ne pas nous focaliser sur un aspect de Sa personne mais d’essayer d’en saisir l’entier.

Le prix : celui de Christ

Cette souveraineté, cette bonté, cette justice conduit à accueillir ceux qui le veulent à entrer dans Son éternité, dans la vie éternelle.

On pourrait mettre, en titre de passage dans nos Bibles, pour le texte d’aujourd’hui :

Offre d’emploi.

Ne manque pas le rendez-vous !

Cela a eu un prix fort.

Et nous célébrons le week-end de Pâques.

Et là encore, c’est un contre-pied qui nous ôte tout mérite !

Le Fils de Dieu parfait, Lui le divin juge, a pris notre condamnation à la croix, à notre place, pour nous sauver, parce qu’il n’y a que Dieu qui puisse nous sauver.

Versets clefs

Matthieu 19 / Segond21
30. Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers.

Matthieu 20 / Segond21
16. Ainsi les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers. [Beaucoup sont invités mais peu sont choisis.]»

Matthieu 19 / Segond21

25. Quand les disciples entendirent cela, ils furent très étonnés et dirent: «Qui peut donc être sauvé?»
26. Jésus les regarda et leur dit: «Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.»

Mots clefs

  • Jeune homme riche
  • Parabole
  • Pierre
  • Petits enfants
  • Disciples
  • Jésus
  • Eternité
  • Mérite
  • Dieu
  • Bonté
  • Souveraineté
  • Justice

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Thème Paraboles

Prédicateur: Patrice Berger (biographie)

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify

Les Paraboles #2 (Luc 15): Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ?

Prédication : Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ?

Prédication de Patrice Berger, 2022_03_20, église AB Lausanne-Renens

titre: Les Paraboles #2 (Luc 15): Celui que tu rejettes te précédera-t-il dans l’éternité ? , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : La grâce, d’accord mais je le vaux bien, voire même je le « Vaud » bien (sous tous rapports : je travaille, je paie mes impôts, pas de dettes, je paie la dîme et je suis au culte tous les dimanches)… – « Je ne suis quand même pas comme ceux qui sont aux services sociaux, au crochet de la société après avoir fait n’importe quoi de leur vie. – « Y a pas de risque qu’ils viennent polluer l’éternité, ceux-là ! » En es-tu si sûr ? Leur détermination à chercher Dieu peut être étonnante. En tout cas Dieu la remarque et aimerait la voir dans ta vie, que tu puisses, comme eux, connaître la repentance et la joie qui y est liée.

 

Excitation
Aujourd’hui, je suis trop excité !!!

Enchaînement de 4 paraboles

Parce qu’en lisant la dernière fois les deux premières paraboles de Luc 15 , nous pouvons remarquer qu’il y en a deux autres à la suite !

Et si le Saint-Esprit a inspiré Luc à les écrire à la suite, c’est qu’elles sont liées l’une à l’autre.

Alors j’ai hâte de les découvrir avec vous…

Surtout que la dernière fois, nous avons vu que c’était hyper-facile de comprendre une parabole.

Proposition
Donc, je vous propose de profiter de ce moment :
• pour faire des révisions ;
• pour vous poser une question ;
• pour vous raconter une histoire vraie qui s’est déroulée dernièrement dans notre beau canton.

Le tout, en lisant deux paraboles ; et, évidemment, en essayant avec l’aide de Dieu de profiter de ce qu’Il a voulu nous dire.

1) Révisons

Deux choses essentielles avec les paraboles

Une idée, pas 36…
Comprendre une parabole, c’est très simple mais, souvent, on complique…
Une parabole est une illustration, un dessin de presse, un tableau, pour mettre en relief une vérité, pas 36…

Les paraboles ne sont pas une allégorie où chaque détail a une signification, mais l’idée générale de l’histoire est comparée à une vérité spirituelle que Jésus veut souligner.
Pour la détecter, c’est très simple.

6 étapes essentielles

Compréhension

1) À qui est adressé l’enseignement ?
Nous avons vu que principalement c’est aux…
Luc 15.2
Mais les pharisiens et les spécialistes de la loi

2) Quel est l’évènement déclencheur, le starter, qui suscite la parabole ?
Luc 15.2
murmuraient, disant:
«Cet homme accueille des pécheurs et mange avec eux.»

3) Quel est la comparaison entre l’histoire fictive (la parabole) et la vérité spirituelle que Jésus veut souligner ?
Joie dans le ciel pour la repentance du pire, vis-à-vis de 99 « justes »,
comparée
à la joie du village pour la 100ème brebis retrouvée au regard des 99 en sécurité dans le troupeau. (On a la même idée avec les pièces).

4) Jésus apporte souvent une précision supplémentaire à la suite de la parabole
Aux versets 7 et 10, Jésus souligne la nécessité de la repentance

Vérité biblique
5) Tout cela permet de dégager facilement la vérité générale que Jésus veut souligner
Joie totale sur terre comme au ciel pour celui (considéré comme le pire) qui se repent face au regard de ceux qui sont habituellement considérés comme justes.

Application à ta vie
6) Et toi concrètement comment vas-tu vivre aujourd’hui cette vérité ?

Pédagogie progressive de Jésus

Nous avions remarqué quelques subtilités pédagogiques :

Jésus force le trait, ce qui est perdu est de plus en plus important (1 brebis 1%, puis une pièce 10%).

Jésus force le trait et les déstabilise, Il passe à une image pastorale lointaine de la réalité des notables religieux, à une réalité de la vie. Oui mais c’est une femme (pour l’époque c’était la honte d’être comparé à une dame).

Jésus joue sur les mots. Ce qui est traduit par « pièce », « drachme » (araméen du mot zuz, zuzim au pluriel) avait un double sens et voulait aussi dire : « ceux qui se sont éloignés, ceux qui sont partis ».
Il insinue que ceux qui se sont éloignés seront forcément retrouvés (intéressant pour la prochaine parabole).

Jésus insiste sur le retour à la maison de celui qui est perdu (il se pourrait bien que Jésus insiste encore dans la prochaine parabole).

Que nous apportera de plus la prochaine parabole ?
Oui, OK, ces deux premières paraboles insistent sur la repentance, mais comment ça se passe en vrai ?

Et finalement, quand je me repens, Dieu ne me prend pas sur les épaules comme un berger le fait pour une brebis. Concrètement, comment Dieu réagit-Il ?

La joie ( aussi dans le ciel) s’exprime comment ? Un sourire, un check !

Comment sont les 99 justes qui n’ont pas besoin de repentance ?

Encore plus concret

Dans la 3ème parabole que nous allons lire, le trait est forcé, encore plus choquant, le rapport n’est plus de 1% ou de 10%, mais va passer à du 50-50%…

Ce ne sont plus des brebis ou des pièces, mais des personnes comme vous et moi.

Encore plus scandaleux (pour réveiller les consciences)
Scandale, un héritage est distribué du vivant du père de famille (affront à l’époque).
Scandale, cet argent est dilapidé avec les gens de mauvaise vie (tiens, comme dans les reproches faits au début du chapitre).
Scandale, il y a des cochons (pour les notables religieux, c’est impensable, rien de plus dégradant – les Juifs ne mangent pas de porc !).
Scandale, le père court et certainement, on lui voit ses… cuisses (et d’un, c’est normalement au fils d’aller vers son père et de faire profil bas, de plus on ne montrait pas ses cuisses à l’époque, mais pour courir il faut lever la tunique !).

La maison du père ou la maison du Père ?

Tiens, il est question de retour à la maison, là où on est attendu.
C’est en fait sa maison. Là où il aurait dû toujours être !

Une vraie fête
Ah, si la joie et la fête c’est comme ça ici bas, qu’est-ce que ça doit être au ciel…

Il y en a un qui fait la tête
Il semble que l’aîné qui n’a pas besoin de repentance (comme les 99 dans la première parabole) est peut-être celui qui a le plus besoin de cheminer avec Dieu.

Tiens, peut-être comme moi !

Alors, on la lit cette super parabole ?
Mais juste avant, j’ai promis une question.

2) La question

Cette parabole est souvent dite celle du fils prodigue ?
Est-ce juste ?
Indice : à qui est-elle adressée ?

Luc 15.11 – 16.17
11 Il dit encore:
«Un homme avait deux fils.
12 Le plus jeune dit à son père:
‘Mon père, donne-moi la part de l’héritage qui doit me revenir.’
Le père leur partagea alors ses biens.

13 Peu de jours après, le plus jeune fils ramassa tout et partit pour un pays éloigné, où il gaspilla sa fortune en vivant dans la débauche.
14 Alors qu’il avait tout dépensé, une importante famine survint dans ce pays et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se nourrir des caroubes que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait.
17 Il se mit à réfléchir et se dit:
‘Combien d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance et moi, ici, je meurs de faim! 18 Je vais retourner vers mon père et je lui dirai:
Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils, traite-moi comme l’un de tes ouvriers.’

20 Il se leva et alla vers son père.
Alors qu’il était encore loin,
son père le vit
et fut rempli de compassion,
il courut se jeter à son cou et l’embrassa.

21 Le fils lui dit:
‘Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.’
22 Mais le père dit à ses serviteurs:
‘Apportez [vite] le plus beau vêtement et mettez-le-lui; passez-lui un anneau au doigt et mettez-lui des sandales aux pieds.
23 Amenez le veau qu’on a engraissé et tuez-le!
Mangeons et réjouissons-nous, 24 car mon fils que voici
était mort et il est revenu à la vie,
il était perdu et il est retrouvé.’
Et ils commencèrent à faire la fête.

25 Or le fils aîné était dans les champs.
Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses.
26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le serviteur lui dit:
‘Ton frère est de retour et ton père a tué le veau engraissé parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé.’
28 Le fils aîné se mit en colère et il ne voulait pas entrer.

Son père sortit le supplier d’entrer, 29 mais il répondit à son père:
‘Voilà tant d’années que je suis à ton service sans jamais désobéir à tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis.
30 Mais quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé tes biens avec des prostituées, pour lui tu as tué le veau engraissé!’

31 ‘Mon enfant, lui dit le père,
tu es toujours avec moi et tout ce que j’ai est à toi, 32 mais il fallait bien faire la fête et nous réjouir,
parce que ton frère que voici
était mort et il est revenu à la vie,
il était perdu et il est retrouvé.’»

Réponse à la question

Quel titre pour cette parabole : est-elle celle du fils prodigue ?

Oui bien sûr, on ne peut pas passer à côté du cheminement du fils cadet, qui nous montre comment il en est venu à se repentir.

Oui bien sûr, on ne peut pas passer à côté de l’attitude du père
• qui attend,
• qui aime,
• qui va au devant et
• organise une fête mémorable.

Nous avions un ami à Porrentruy qui illustrait à merveille cet accueil quand nous arrivions chez lui. Et je n’ai pas manqué de lire cette parabole à ses obsèques.

Mais ces trois paraboles sont adressées à nos chers notables religieux qui se sentaient
• « clean »,
• sans besoin de repentance,
• parce qu’ils ont toujours fait tout juste depuis toujours.

• Il semble que le défaut de joie, la propre justice soit mise en exergue par l’attitude du fils aîné.

Il semble que le meilleure titre pour cette parabole serait celle
de la parabole du fils repentant et de son frère,
il y a bien sûr ces deux attitudes à souligner, sans oublier celle du père.

Le frère aîné et les notables religieux

Mais notons que le frère ainé illustre très bien :

  • Le sentiment que les notables religieux avaient d’eux-mêmes. Ils s’évertuaient à faire tout juste et certainement, qu’ils le faisaient avec sérieux et application.
  • En se disciplinant à aucun écart, ils pensaient avoir gagné plus de mérite et qu’ils n’étaient plus sur le même plan que ceux qui faisaient l’inverse.
  • Alors, pas question de se réjouir avec ceux qui reviennent « juste »  à Dieu, par la repentance. C’est trop facile.
  • Pourtant c’est « ton frère » (notons ici que Jésus souligne que « les pécheurs » Luc 15. 2 sont les frères de la même nation que les notables religieux)
  • Pourtant, il revient à la maison. C’est leur maison (aux deux frères, aux deux types de population – notables religieux et gens de mauvaise vie).
  • Il était en « mort cérébrale spirituelle » et le voilà revenu à la vie !

Vérité de cette 3ème parabole avec l’appui des deux premières
La vérité que nous souligne cette 3ème parabole :

Joie du ciel pour un pécheur qui se repent et défaut de joie incompréhensible de celui qui se croit juste.

Nous n’avons rien d’acquis par notre mérite

Que notre parcours de vie chrétienne ne nous fasse jamais croire, comme le fils aîné, qu’avec le temps, nous nous sommes acquis un mérite d’être dans la maison du Seigneur.

Si nous avons cette place assurée, c’est uniquement grâce à Christ qui nous a acquis cette place au prix fort, aussi fort pour n’importe quelle autre personne qui se repent !

Le cheminement qui conduit à Christ peut être surprenant
Et le chemin de celui qui revient à Dieu et qui cherche Dieu peut être surprenant…
Là aussi, nous pouvons avoir, au fur et à mesure de notre vie avec Christ, le portrait type que celui qui doit venir à Lui, qui devrait avoir déjà les manières de faire d’un croyant, propre sur lui.

Priorité sur celui qui cherche réellement Dieu

Mais Dieu regarde au coeur.
Dieu regarde la priorité qui est mise sur Lui, malgré tous les défauts, les fausses attitudes, les roublardises pour y arriver.

Dieu regarde vraiment ceux qui Le recherchent
Dieu n’a-t-il pas préféré Jacob, menteur, faussaire, roublard, qui désirait avoir à tout prix la bénédiction de son Père Isaac ?
Romains 9.13
J’ai aimé Jacob et j’ai détesté Esaü.

Alors que son frère s’attendait à recevoir les bénédictions comme si c’était un dû, un droit parce que lui, c’était l’ainé !

  • « J’ai droit » !

Genèse 25. 31-34
Jacob répondit: «Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse.» 32 Esaü répondit: «Je vais mourir. A quoi me sert ce droit d’aînesse?» 33 Jacob dit: «Jure-le-moi d’abord.» Il le lui jura, il vendit son droit d’aînesse à Jacob. 34 Alors Jacob donna du pain et du potage de lentilles à Esaü. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse.
Genèse 27

De nos jours
OK, ça c’est la Bible, mais de nos jours ?
Eh bien, comme promis, j’ai une histoire vraie qui est arrivée dans notre canton.

3) Une histoire vraie qui est arrivée dans notre canton.

Dans le canton de Vaud
Notre libraire préférée m’a raconté une histoire vraie qui est arrivée ces derniers temps avec l’une des librairies chrétiennes de notre canton :

La dite-librairie a eu l’excellente idée de proposer des livres et des Bibles sur une étale disposée sur le trottoir.

La journée se passe et se termine : les desservants rentrent ce qui était proposé sur le trottoir et constatent qu’il manque un ouvrage qui visiblement n’est pas passé à la caisse pour être acheté. Il faut s’y résoudre, une Bible a été volée dans la journée…

Bigre ! C’est gonflé de voler une Bible !
Bon, ça peut arriver.

Quelques temps plus tard une personne se présente à la librairie.
Eh non, ce n’était pas le voleur ou la voleuse, mais quelqu’un qui vient de sa part avec l’argent pour payer cet « emprunt par anticipation ».
Visiblement touché par sa lecture de la Bible, il avait à coeur de rembourser l’ouvrage volé.

C’est quand même fort, dans notre beau canton, qu’une personne touchée par le Bible le soit par celui ou celle qui l’a volée !

Alors qu’il y a 1000 moyens de pouvoir l’acquérir, voire même de la recevoir gratuitement…

Luc – Chapitre 16

1 Jésus dit aussi à ses disciples:
«Un homme riche avait un intendant. On vint lui rapporter qu’il gaspillait ses biens.
2 Il l’appela et lui dit:
‘Qu’est-ce que j’entends dire à ton sujet?
Rends compte de ta gestion, car tu ne pourras plus gérer mes biens.’

3 L’intendant se dit en lui-même:
‘Que vais-je faire, puisque mon maître m’enlève la gestion de ses biens?
Travailler la terre? Je n’en ai pas la force.
Mendier? J’en ai honte.
4 Je sais ce que je ferai pour qu’il y ait des gens qui m’accueillent chez eux quand je serai renvoyé de mon emploi.’

5 Il fit venir chacun des débiteurs de son maître et dit au premier:
‘Combien dois-tu à mon maître?’ 6 ‘Je dois 100 tonneaux d’huile d’olive’, répondit-il. Il lui dit:
‘Voici ton reçu, assieds-toi vite et écris 50.’

7 Il dit ensuite à un autre: ‘Et toi, combien dois-tu?’
‘Je dois 100 mesures de blé’, répondit-il. Et il lui dit: ‘Voici ton reçu, écris 80.’

8 Le maître fit l’éloge de l’intendant malhonnête à cause de l’habileté dont il avait fait preuve.
En effet, les enfants de ce monde sont plus habiles vis-à-vis de leur génération que ne le sont les enfants de la lumière.

9 Et moi, je vous dis:
Faites-vous des amis avec les richesses injustes, afin qu’ils vous accueillent dans les habitations éternelles lorsqu’elles viendront à vous manquer.
10 Celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes,
et celui qui est malhonnête dans les petites choses l’est aussi dans les grandes.

11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les biens véritables?
12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous?

13 Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent.»

14 En entendant tout cela, les pharisiens qui aimaient l’argent se moquaient de lui.
15 Jésus leur dit:
«Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît votre cœur.
De fait, ce qui est très estimé parmi les hommes est abominable devant Dieu.
16 La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean; depuis lors, la bonne nouvelle du royaume de Dieu est annoncée et chacun cherche avec force à y entrer.

17 Le ciel et la terre disparaîtront plus facilement que ne tombera un seul trait de lettre de la loi..

Renversement de valeur

Contrepied parfait : Jésus interpelle ses auditeurs en faisait du malhonnête le héros,
parce que les notables religieux avaient besoin d’être secoués,
parce que nous sommes aussi des « super religieux » qui ont besoin d’être secoués.

Pour la comprendre n’oublions pas les trois autres paraboles
Pourtant, restons dans la même dynamique que les trois autres paraboles et, si on prend un peu de distance, sur les trois paraboles :
Jésus souligne la repentance du perdu et la joie qui devrait en découler.
Jésus, forcément, rajoute quelque chose à ces thèmes dans cette 4ème parabole car nous avons au verset 1 du chapitre 16 « aussi ».

Contexte et intentions après la parabole

Jésus donne aussi des indices de compréhension à la suite de la parabole de Luc 16 :
• Verset 9, la cible est d’être accueilli dans l’éternité.
• Verset 13, bien choisir sur qui on s’appuie, l’argent ou Dieu mais on ne peut pas miser sur les deux tableaux.
• Les versets 10 à 12 rendent plutôt compte
• de la priorité,
• de l’énergie que l’on démontre dans nos priorités, objectifs, petits ou grands.

Bien comprendre l’histoire racontée dans la parabole

L’homme riche est bon

Un homme riche congédie son intendant pour mauvaise gestion (normalement il aurait pu le faire condamner et certainement emprisonner, ne pouvant rembourser), donc l’homme riche est plutôt bienveillant en cette situation.

L’intendant fait « son préavis de licenciement »
Visiblement, l’intendant n’est pas démis tout de suite de ses fonctions, puisqu’il a encore la main sur ce qu’il gérait.

Face à lui, il a deux types de solutions :
• Soit, s’en sortir lui-même avec ses petits bras musclés en dehors de la maison de l’homme riche (verset 3 Travailler la terre? Je n’en ai pas la force. Mendier? J’en ai honte.), on peut noter la notion de force et de honte.
• Soit, s’en remettre à nouveau à son maître en lui démontrant sa capacité à s’en sortir dans les moments critiques (c’est le sens original en grec de « l’habilité » qui est soulignée par le maître – un peu la même attitude que David quand il joue au fou pour sauver sa peau) pour rester dans la maison.

L’intendant sait rebondir
L’intendant choisit la deuxième option et son aptitude à rebondir pour saisir positivement l’attention de l’homme riche est réussie.

Attitude remarquée
On note que l’homme riche valide l’attitude de l’intendant plus que ce qu’il fait réellement.

Le trait est forcé
L’idée est renforcée au verset 8b : visiblement,
• les pécheurs (chapitre 15. 2),
• les enfants de ce monde (16. 8)
sont plus déterminés que
• les pharisiens et les spécialistes de la loi (chapitre 15. 2),
• « les enfants de lumière » (16. 8).

Comparaison de la parabole avec l’enseignement de Jésus

Nous pourrions dire que la détermination et la promptitude à rebondir immédiatement de l’intendant douteux et à tout faire (par n’importe quels moyens) pour être toujours dans la maison de l’homme bon et riche
est comparée
à la détermination et la priorité que tout homme qui se sait perdu démontre pour saisir l’éternité de Dieu qui est bon.

Vérité appuyée des paroles rajoutée par Jésus
Dieu se réjouit
• de la détermination,
• de l’urgence,
• et de la priorité
que met quelqu’un qui se sait perdu pour saisir l’éternité pendant qu’il en est encore temps.

Ceux qui se croient « clean » devraient s’en inspirer, ceux qui croient que cela leur est dû, parce qu’ils n’ont pas péché ou en tout cas pas commis de « gros péchés »…

La suite de Luc 16 se comprend mieux :
9 Et moi, je vous dis:
Faites-vous des amis avec les richesses injustes
(comme l’intendant, les perdus, ceux de mauvaise vie, à contrario des pharisiens qui se croient juste ! Ici, il y a de l’ironie pour réveiller les auditeurs religieux),
afin qu’ils vous accueillent dans les habitations éternelles lorsqu’elles viendront à vous manquer.

10 Celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est malhonnête dans les petites choses l’est aussi dans les grandes.
(Jésus souligne que les petites choses que l’on fait ici-bas ont des conséquences pour celles qui sont essentielles, éternelles)

11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes (comme l’intendant douteux), qui vous confiera les biens véritables (essentiels, éternelles) ?
12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui (Messieurs les pharisiens et spécialistes de la loi), qui vous donnera ce qui est à vous (ou vous qui pensez que tout vous est acquis au niveau de l’Eternité) ?

13 Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent.» (Messieurs les pharisiens, vous ne pouvez pas jouer sur deux tableaux : le spirituel et les affaires…
Prenez exemple sur l’intendant douteux qui a mis toute sa priorité et son urgence sur ce qui est essentiel, éternel et surtout sur son Bon Maître Riche comme notre Seigneur).

Réveil
Cette parabole est volontairement dérangeante et ironique car
• c’est celui qui gère mal,
• qui est malhonnête vis-à-vis de la loi
qui est loué par Jésus !

Pour réveiller tout le monde, nous y compris…

Mise en exergue des travers religieux
Jésus prend certainement le contrepied des codes attendus par le monde religieux (qui aimait le commerce, l’argent et les biens d’ici bas) pour expliciter encore davantage
• l’autosuffisance,
• l’attitude du propre juste qu’a démontrée le second fils dans la parabole d’avant,
• la priorité mise sur leurs affaires, pensant que leurs postes religieux étaient largement suffisants pour l’éternité.

Il y a donc bien une montée en puissance, une progression avec ces quatre paraboles qui sont liées.

Et nous ?

La grâce d’accord mais je le vaux bien, voire même je le « Vaud » bien (sous tous rapports : je travaille, je paie mes impôts, pas de dettes, je paie la dîme et suis au culte tout les dimanches)…

  • « Je ne suis quand même pas comme ceux qui sont aux services sociaux, au crochet de la société après avoir fait n’importe quoi de leur vie.
  • « Y a pas de risque qu’ils viennent polluer l’éternité, ceux-là ! »

En es-tu si sûr ?
Leur détermination à chercher Dieu peut être étonnante.
En tous cas, Dieu la remarque et aimerait la voir dans ta vie. Que tu puisses comme eux connaître la repentance et la joie qui y est liée.

Urgence
Y a t-il cette urgence de Dieu en nous ?

Sommes-nous des personnes qui recherchons réellement Christ ?
Ou sommes nous des notables religieux évangéliques qui jouons sur les deux tableaux :
• religieux
• mais beaucoup sur le plan financier ?

La foi s’essouffle dans les mouvements religieux
Si on prend un peu de recul,
• de l’empereur Constantin à la Réforme, la foi officielle est arrivée à bout de souffle, en grosso modo 1200 ans,
• la vraie foi de la réforme s’est délitée en 400 ans,
• la vrai foi de la vague évangélique risque bien de n’être qu’une vaguelette de même pas 200 ans…

Problème de priorité
Pour les mêmes raisons que les notables religieux de l’époque de Jésus.
La foi est parfaite en théorie, en théologie mais morte dans les intentions.
Notre feu, notre « niaque », notre priorité est plus visible dans les affaires quotidienne que pour Dieu.

Après les obligations, si je peux …
Comment notre programme de vie est-il orienté ? Je ne parle pas en terme de temps, mais de priorité.
Est-ce que quand toutes les obligations, les loisirs, les vidéos, les enfants, mon mari, mes études, les devoirs, les affaires, les séries sont terminés, il y a une place pour Dieu ?

Peu importe les obligations, ma personne est orientée sur ma passion
Ou est-ce que les obligations, les loisirs, les vidéos, les enfants, mon mari, mes études, les devoirs, les affaires, les séries sont secondaires et que mon objectif profond, même si beaucoup de choses me bouffent du temps, c’est Dieu et ce qu’Il apprécie ?

Un peu comme quand on vit une passion.
L’école, le travail, les obligations prennent certes du temps mais toute notre personne est tournée, orientée vers notre passion.
Est-ce notre cas avec Dieu ?

Nous pourrions être surpris par ceux qui sont passionnés de Dieu
Parce que nous, petits notables religieux évangéliques, nous pourrions être choqués par ceux qui recherchent réellement et prioritairement le Seigneur et qui ne le font pas selon le « code de la route » biblique.

Que nous puissions retrouver la bonne priorité dans le cap de la vie, pour que nous puissions saisir les opportunités éternelles, pour que nous puissions nous réjouir, faire la fête avec
le dealer qui se repent et vient à Christ, celui qui a scrupuleusement dilapidé les fonds de pension pour faire la fête dans des boîtes glauques mais qui, avec énergie, a finalement recherché Dieu et l’a trouvé, en se tournant sincèrement à Christ et avec qui on devrait faire la fête maintenant !

Dieu dans l’attente
Dieu ne change pas :
Il nous attend, nous guette, va à notre rencontre, depuis la maison, depuis notre maison éternelle, celle que nous n’aurions jamais dû quitter.

Mais comment vais-je être ?
Mais deux types de réactions opposés nous ont été montré par ces paraboles:

  • Priorité éternelle de repentance, de Joie et fête.
  • Suffisance religieuse, « droit acquis » par sa conduite, revendications au regard de sa « parfaite conduite ».

Qui sait, celui que tu rejettes te précédera peut-être dans l’éternité ?

Versets clefs

Luc 15. 23-24
Amenez le veau qu’on a engraissé et tuez-le!
Mangeons et réjouissons-nous, car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent à faire la fête.

Luc 15. 31-32
‘Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi et tout ce que j’ai est à toi, mais il fallait bien faire la fête et nous réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’»

Genèse 25. 31-34
Jacob répondit: «Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse.» 32 Esaü répondit: «Je vais mourir. A quoi me sert ce droit d’aînesse?» 33 Jacob dit: «Jure-le-moi d’abord.» Il le lui jura, il vendit son droit d’aînesse à Jacob. 34 Alors Jacob donna du pain et du potage de lentilles à Esaü. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse.

Mots clefs

Parabole
Joie
Repentance
Rechercher
Accueil
Perdu
Parias
Affront
Mauvaise vie
Pécheur
Héritage
Frère
Pharisiens
Spécialistes
Jésus

Liens Connexes

Prédications Archives ;

Série Paraboles

Prédicateur: Patrice Berger (biographie)

Prédication donnée à l’église AB Lausanne-Renens:

Rue du Lac 33B
1020 Renens
(Prilly,Lausanne Ouest)

Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Renens-Lausanne et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify