Actes #13: Le même Evangile pour tous, par l (Actes 9)

Actes #13: Le même Evangile pour tous, par l'unique Sauveur Christ (Actes 9) ; Patrice Berger

prédication Actes 9 : Patrice Berger, 2021-07-04, église AB Lausanne

titre : Actes #13: Le même Evangile pour tous, par l'unique Sauveur Christ

Résumé :

L’Evangile n’est plus seulement une histoire juive; Actes 10 marque l’officialisation de sa réalité chez les païens. Dieu montre sa providence (fait concourir les évènements pour mettre en lumière Sa volonté) et Il montre aussi comment Il prépare les coeurs à salut ou pour Son oeuvre. Ce texte éclaire la compréhension de la réception du Saint-Esprit, parler en langue dans le livre des Actes et aussi sur l’attention de Dieu face aux dons d’argent (sont-ils méritoires à salut ?).

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Actes 9 ou la Bible NEG 1979 Actes 9 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Saul touché par la Grâce de Dieu

Dans l’épisode précédent, nous avons quitté le livre des Actes sur un fait hallucinant : le bourreau des chrétiens devient disciple actif de Christ. Actes chapitre 9 : 1-30.

Mêmes choses qu’à Jérusalem : Puis quand on prend sa Bible entre les mains et qu’on poursuit la lecture, le chapitre 9 nous montre Pierre quitter Jérusalem pour démontrer dans deux villes que l’Evangile est le même avec la même puissance qu’à Jérusalem.

Plan du livre des Actes

Soit dit en passant, pour vous qui êtes des lecteurs assidus de la Bible,

nous avons à la suite deux textes dans ce chapitre 9 des Actes qui nous parlent de personnes qui partent de Jérusalem :

  • le premier, Saul confronté à la puissance de Christ devient un messager de l’Evangile;
  • le second, Pierre, messager de l’Evangile, montre des aspects de la puissance de l’Evangile.

Actes 9

31 L’Eglise était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie; elle s’édifiait, marchait dans la crainte du Seigneur et grandissait grâce à l’aide du Saint-Esprit.

32 Comme Pierre parcourait tout le pays, il descendit aussi rendre visite aux saints qui habitaient à Lydde. 33 Il y trouva un homme appelé Enée, qui était couché sur un lit depuis 8 ans parce qu’il était paralysé.

34 Pierre lui dit:

«Enée, Jésus-Christ te guérit. Lève-toi et fais toi-même ton lit!»

Aussitôt il se leva.

35 Tous les habitants de Lydde et du Saron le virent et se convertirent au Seigneur.

36 Il y avait à Jaffa,

parmi les disciples, une femme appelée Tabitha, ce qui signifie «gazelle».

Elle faisait beaucoup de bien et donnait de son argent aux autres.

37 Elle tomba malade à cette époque-là et mourut. Après l’avoir lavée, on la déposa dans une chambre à l’étage.

38 Or Lydde est près de Jaffa et les disciples avaient appris que Pierre s’y trouvait; ils envoyèrent donc [deux hommes] vers lui pour le supplier de venir jusque chez eux sans tarder.

39 Pierre se leva et partit avec eux. A son arrivée, on le conduisit dans la chambre à l’étage. Toutes les veuves l’entourèrent en pleurant et lui montrèrent toutes les robes et les manteaux que faisait Tabitha quand elle était avec elles.

40 Pierre fit sortir tout le monde, se mit à genoux et pria. 

Puis il se tourna vers le corps et dit:

«Tabitha, lève-toi!»

Elle ouvrit les yeux et, quand elle vit Pierre, elle s’assit.

41 Il lui donna la main et la fit lever. Il appela ensuite les saints et les veuves et la leur présenta vivante.

42 Cela fut connu de tout Jaffa et beaucoup crurent au Seigneur.

43 Pierre resta quelque temps à Jaffa, chez un tanneur qui s’appelait Simon.

Même Evangile partout. Christ n’a pas de limites géographiques, c’est le même évangile qu’à Jérusalem, la même puissance :

Christ n’est pas un esprit territorial qui n’aurait une puissance que dans un secteur géographique, Christ est Dieu créateur et Il a la main sur Sa création où que cela se passe !

But des évènements spectaculaires

Il se passe, le même type d’évènements : des miracles pour appuyer l’Evangile. Le fruit : de nombreuses personnes sont touchées par l’Evangile.

Noeuds routiers

Les deux villes de Lydde et de Jaffa ne sont pas des villes anodines. En effet, ces villes se trouvent à un noeud routier entre toutes les civilisations, nord, sud  et  de Jérusalem : ainsi Grecs, Romains, Egyptiens, Juifs et bien d’autres cultures transitaient dans ce secteur.

Pierre s’arrête à un lieu qui est « un rond point » où les cultures se mélangent.

Mais pourquoi ?

Actes 10

1 Il y avait à Césarée un homme appelé Corneille qui était officier dans la troupe romaine appelée «cohorte italienne».

2 Il était pieux et craignait Dieu avec toute sa maison;

il donnait beaucoup d’argent au peuple et ne cessait de prier Dieu.

3 Vers trois heures de l’après-midi,

il vit clairement dans une vision un ange de Dieu entrer chez lui et lui dire:

«Corneille!»

4 Il fixa les regards sur lui et, rempli de crainte, répondit:

«Qu’y a-t-il, Seigneur?»

L’ange lui dit:

«Tes prières et les dons que tu as faits sont montés devant Dieu et il s’en est souvenu.

5 Maintenant, envoie des hommes à Jaffa et fais venir Simon, surnommé Pierre;

6 il est logé chez un certain Simon, un tanneur dont la maison se trouve près de la mer.»

7Dès que l’ange qui lui avait parlé fut parti,

Corneille appela deux de ses serviteurs et un soldat pieux parmi ceux qui étaient attachés à son service;

8 il leur raconta tout ce qui s’était passé et les envoya à Jaffa.

9 Le lendemain, alors que ces hommes étaient en route et qu’ils approchaient de la ville,

Pierre monta sur le toit vers midi pour prier.

10 Il eut faim et voulut manger.

Pendant qu’on préparait le repas,

il tomba en extase.

11 Il vit le ciel ouvert et un objet ressemblant à une grande nappe attachée aux quatre coins qui descendait et s’abaissait vers la terre.

12 A l’intérieur se trouvaient tous les quadrupèdes et reptiles de la terre ainsi que les oiseaux du ciel.

13 Une voix lui dit:

«Lève-toi, Pierre, tue et mange!»

14Mais Pierre dit:

«Certainement pas, Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé ni d’impur.»

15 A nouveau, pour la deuxième fois, la voix lui parla:

«Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le considère pas comme impur!»

16 Cela se produisit trois fois et, aussitôt après, l’objet disparut dans le ciel.

17 Pierre restait perplexe sur le sens de la vision qu’il avait eue.

Pendant ce temps, les hommes envoyés par Corneille avaient demandé où était la maison de Simon.

Ils se présentèrent à la porte 18 et appelèrent pour savoir si c’était bien là que logeait Simon, surnommé Pierre.

19 Pierre réfléchissait encore à la vision quand l’Esprit lui dit:

«Il y a trois hommes qui te cherchent. 20 Lève-toi, descends et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés.»

21 Pierre descendit et dit à ces hommes:

«Me voici, je suis celui que vous cherchez.

Quelle est la raison qui vous amène ici?»

22 Ils répondirent:

«L’officier romain Corneille est un homme juste et craint Dieu.

Toute la nation des Juifs lui rend un bon témoignage.

Or, il a été divinement averti par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d’écouter tes paroles.»

23 Alors Pierre les fit entrer et les logea. Le lendemain, il [se leva et] partit avec eux.

Quelques-uns des frères de Jaffa l’accompagnèrent.

24 Ils arrivèrent à Césarée le jour suivant.

Corneille les attendait.

Il avait invité sa parenté et ses amis intimes.

25 Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était venu à sa rencontre, se jeta à ses pieds et se prosterna.

26 Mais Pierre le releva en disant:

«Lève-toi! Moi aussi, je suis un être humain.»

27 Tout en conversant avec lui, il entra et trouva beaucoup de personnes réunies.

28 «Vous savez, leur dit-il, qu’il est interdit à un Juif de se lier à un étranger ou d’entrer chez lui, mais Dieu m’a montré qu’il ne faut déclarer aucun être humain souillé ou impur.

29 C’est pourquoi je n’ai pas eu d’objection à venir quand vous m’avez appelé.

Je vous demande donc pour quelle raison vous m’avez fait venir.»

30 Corneille répondit:

«Il y a trois jours, [je jeûnais] jusqu’à cette heure-ci [et] je priais dans ma maison à trois heures de l’après-midi;

un homme aux vêtements resplendissants s’est alors présenté devant moi et a dit:

31‘Corneille, ta prière a été exaucée et Dieu s’est souvenu des dons que tu as faits. 32 Envoie donc quelqu’un à Jaffa et fais venir Simon, surnommé Pierre. Il est logé dans la maison de Simon le tanneur, près de la mer. [Lorsqu’il sera venu, il te parlera.]’

33 J’ai alors tout de suite envoyé quelqu’un vers toi et tu as bien fait de venir.

Maintenant donc nous sommes tous devant Dieu pour écouter tout ce que le Seigneur t’a ordonné de nous dire.»

34 Alors Pierre prit la parole et dit:

«En vérité, je reconnais que Dieu ne fait pas de favoritisme 35 et que dans toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.

36 Il a envoyé sa parole aux Israélites en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous.

37 Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée suite au baptême que Jean a prêché.

38 Vous savez comment Dieu a déversé une onction de Saint-Esprit et de puissance sur Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient sous la domination du diable, parce que Dieu était avec lui.

39 Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.

Lui qu’ils ont tué en le clouant sur la croix,

40 Dieu l’a ressuscité le troisième jour et a permis qu’il apparaisse, 41 non à tout le peuple,

mais aux témoins choisis d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection.

42 Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui que Dieu a désigné juge des vivants et des morts.

43 Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que toute personne qui croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.»

44 Pierre parlait encore quand le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.

45 Tous les croyants circoncis qui étaient venus avec Pierre furent stupéfaits de ce que le don du Saint-Esprit était déversé même sur les non-Juifs.

46 En effet, ils les entendaient parler en langues et célébrer la grandeur de Dieu. Alors Pierre dit:

47 «Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit tout comme nous?»

48 et il ordonna de les baptiser au nom du Seigneur.

Ils lui demandèrent alors de rester quelques jours avec eux.

Officialisation de l’Evangile chez les païens :

Ce texte décrit un moment capital de l’histoire de la révélation car il marque l’officialisation de l’Evangile pour les non-Juifs. Sans Actes 10,

nous ne serions pas là en ce moment car nous sommes majoritairement des non-Juifs !

Pour profiter de ce moment, j’aimerais bien que nous nous arrêtions sur certains aspects :

La providence divine

C’est merveilleux de voir comment Dieu conduit les évènements pour mettre en lumière cette réalité. C’est assurément un texte qui montre la providence de Dieu, Il fait concourir les circonstances pour que Sa volonté puisse être manifestée.

Dieu laboure les coeurs

C’est merveilleux de voir le travail du coeur que Dieu fait pour préparer Corneille et Pierre à ce qu’Il voulait leur montrer.

Et c’est tout aussi spectaculaire de constater la belle réponse qu’en donnent l’un et l’autre.

L’exposition de l’Evangile et sa réceptivité

Evidement, il faut s’arrêter sur :

  • le discours de Pierre;
  • la conversion opérée dans les coeurs;
  • le Saint-Esprit accordé par Dieu
  • et la démonstration visible de l’acceptation de l’Evangile par le baptême.

Ces points sont importants pour que nous comprenions bien la réalité de l’Evangile chez les non-Juifs.

Versets à bien comprendre

Ce texte pourrait aussi être exploité pour penser :

  • que j’attire le salut de Dieu si je donne de l’argent pour Lui ou pour des oeuvres Actes 9. 36, 39 et Actes 10. 2, 31, 35;
  • que le don du Saint-Esprit est toujours lié à du parler en langues extatiques. Actes 10. 46.

La providence divine

Et c’est une rencontre impossible que Dieu va magistralement conduire  entre Corneille – un centurion romain (donc plus qu’un occupant, il représente la force de contrainte) – et Pierre – un responsable juif attaché à une hygiène de vie diamétralement différente !

Un fossé énorme entre les deux origines

Les Juifs n’ont aucune relation avec les non-Juifs (Actes 10 : 28) (Souvenons-nous du prophète Jonas vis-à-vis des non juifs Jonas 3 : 10- 4. 4) :

  • on ne mange pas avec eux;
  • les Juifs ne mangent pas les mêmes choses que les Romains;
  • les Romains sont polythéistes alors que les Juifs sont monothéistes;
  • les Romains ne viennent pas dans les maisons des Juifs et les Juifs ne vont jamais dans celles des Romains (Actes 10 : 28).

La poussière d’un pays voisin est considérée comme souillée. C’est pour cela qu’il y avait la pratique de se secouer la poussière de ses sandales avant de rentrer en Israël

(Matthieu 10 : 14, Marc 6 : 11, Luc 9 : 5, Actes 13 : 51)

A priori, tout les sépare !

Même si Pierre était bien au fait que le message de l’Evangile pour tous était un fait annoncé par les prophètes !

(Actes 9 : 43 « Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que toute personne qui croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. »)

Nous avons vu des annonces préparatoires dans l’Ancien Testament

avec le Fil Rouge de la Bible

Jean 10 : 16 de la bouche de Jésus lui même :

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos; celles-là aussi, il faut que je les amène; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Ça restait encore vague et théorique, la réalité n’était pas concrète : impossible à imaginer !

Alors Dieu agit

Quand c’est impossible aux hommes, Dieu agit :

  • Dieu avertit Corneille par un ange
  • et Pierre par une révélation répétée trois fois,
  • puis par l’oeuvre du Saint Esprit quand les messagers de Corneille arrivent et au moment du don du Saint Esprit chez Corneille.

Dieu conduit tout dans Sa providence pour que Sa volonté puisse être comprise  par les protagonistes.

Exemple de la providence divine

Ce texte est vraiment un bel exemple de la providence divine.

Dieu n’a pas « téléporté » l’un et l’autre pour qu’ils se rencontrent.

Mais a mis en place les conditions parfaites et compréhensibles  pour qu’ils se rencontrent.

Manière de faire courante chez Dieu

  • Dieu agit souvent comme cela avec nous et dans Sa grâce, avec ceux qui n’ont aucun souci de Lui qui parfois reconnaissent un enchaînement de circonstances hors du commun. Ils parleront de chance, d’alignement des planètes et/ou d’un heureux hasard !

Et pourquoi ne pas leur faire remarquer que nous, nous voyons la marque de la providence de Dieu qui dans Sa souveraineté peut conduire même ce qui nous paraît impossible à nos yeux ?

Dieu laboure les coeurs

C’est merveilleux de voir le travail du coeur que Dieu fait pour préparer Corneille et Pierre à ce qu’Il voulait leur montrer !

Dieu laboure-t-Il nos coeurs de la même manière ?

Ça pourrait être aussi une bonne illustration de voir comment Dieu travaille nos coeurs pour qu’on puisse comprendre l’invitation au salut ou quelque chose qu’Il aimerait voir dans nos vies (et nous la voir faire).

Pierre

Pour Pierre par exemple : relevons tous les faits préparatoires à cette compréhension de l’Evangile identique pour les païens.

  • Expérience avec les Samaritains Actes 8 : 4-25
  • A-t-il eu vent de ce que Philippe a vécu avec l’eunuque éthiopien ? Actes 8 : 26-40
  • Il est dans une ville où les différentes cultures transitent. Actes 9 : 31-43 Et Dieu permet une résurrection (ce qui veut dire que Dieu est d’accord).
  • Il loge chez un tanneur. Peau de cadavre. exp. pour les prêtres Lévitique 6. 19-23 (ce n’est pas concevable pour un vrai Juif pieux).
  • Il est contraint (vu l’heure tardive)  d’accueillir comme des invités ces païens dans la maison où il se trouve (alors que ce n’est pas possible pour un Juif pratiquant de l’époque).
  • Il va voyager avec des païens. Voyage avec une étape, (ce qui veut dire certainement qu’ils ont dû dormir dans la même auberge).
  • Il entre dans une maison d’un païen, ce qui ne se fait jamais pour un vrai Juif de l’époque !

La vision de Pierre

Mais l’aspect le plus marquant, dans cette convergence d’éléments,

c’est assurément la vision divine dont il est l’objet.

Dieu lui dit de manger ce qui est en horreur à un Juif.

Parce que Dieu, jusque là, l’avait défendu avant (Lévitique 11 et 20 : 25-26) et parce le regard sur ces aliments était perçu clairement comme des aliments horribles !

Je sais que pour plusieurs d’entre vous, si je vous invite à un repas

  • andouillette, cervelle, rognon, tripes, boudin avec quelques huîtres et escargots en entrée, le tout saupoudré de blattes grillées,

rien que l’évocation n’aura pas besoin d’un motif religieux pour en répugner certains … (pourtant c’est bon:-))).

Il y a de cela dans la vision que Dieu soumet à Pierre, c’est impossible spirituellement et pratiquement pour lui !

Vision répétée trois fois

C’est pour cela que Dieu est obligé de répéter trois fois le même vision !

Pourquoi trois fois ?

  • Pour être sûr que ce n’est pas une hallucination, trois fois, c’est en général une symbolique divine et culturellement parlant pour les Orientaux, il faut toujours proposer trois fois la chose avant d’avoir la vraie réponse !
  • Quand il s’interroge sur ce qu’il vient de voir (Pierre est dans la perplexité), la providence de Dieu lui amène à la porte des invités uniques et le Saint-Esprit lui en donne l’explication.

Comprenons que face à toute cette préparation, Pierre va reconnaître l’évidente main de Dieu dans tout ce qui se passe, qu’il n’y a aucun « hasard » et encore moins de lubie de Sa part.

Corneille

De son côté, Corneille est aussi dans des conditions favorables.

  • Cette personne d’origine polythéiste comprend qu’il y a quelque chose de différent chez l’Eternel;
  • il manifeste sa dévotion par une vie de prière (le moment où il prie démontre qu’il s’est basé sur les habitudes juives);
  • sa piété est pratique, car il donne de l’argent au peuple, alors que l’habitude de l’occupant romain était d’abuser de sa force pour extorquer au peuple plus que les ordres qu’il recevait ! (Luc 3 : 14 (contexte Jean-Baptiste) Des soldats aussi lui demandèrent: «Et nous, que devons-nous faire?» Il leur répondit: «Ne commettez ni extorsion ni tort envers personne et contentez-vous de votre solde.»);
  • vous comprenez pourquoi les Juifs de l’époque devaient halluciner de voir un officier romain être généreux avec eux !

Intervention spéciale d’un ange

Dieu prépare Corneille à la suite avec l’intervention d’un ange.

Ce type d’intervention n’est absolument pas dans les paradigmes romains (dans les codes des habitudes de l’histoire romaine).

La réponse de Corneille montre un coeur qui est prêt. Tout de suite, il envoie des messagers vers Pierre.

Coeurs habitués à être disposés

Pour les deux, Pierre et Corneille, on voit une préparation des coeurs bien disposés et aussi une révélation extraordinaire. Ce qu’il y a de beau, c’est que l’un et l’autre sont prêts dans leur coeur à aller à l’étape suivante parce que ce qu’il s’est fait en amont a montré une acceptation de Dieu à un certain niveau.

Dieu répond aux coeurs qui Le cherchent

(Esaïe 55 : 6-7, Jérémie 29 : 13, Jean 7 : 17)

D’ailleurs, face à l’évidence, les deux vont de l’avant et prennent la même initiative.

Ils vont même faire des choses que l’ange et la vision ne leur avaient pas demandé !

C’est d’ailleurs assez identique :

  • Pierre part avec d’autres disciples (qui seront des témoins de ce qui s’est passé avec Corneille – utiles plus tard à Jérusalem – pour être des témoins supplémentaires);
  • Corneille, lui, va inviter ses proches. Visiblement, ils ont eux aussi la même préparation intérieure (la présence de ce groupe sera une attestation que la conversion de Corneille n’est pas une exception mais que, vu que c’est tout le groupe qui reçoit le Saint-Esprit, l’Evangile a bien atteint des non-Juifs).

Dans une bonne attitude de coeur avec Dieu, les décisions sont souvent dans le même flot et le même mouvement (et non à contre courant).

Dieu fait-Il ainsi avec nous ?

Dieu agit-Il de la même manière avec nous par son Saint-Esprit, pour que nous soyons mûr au jour du Salut ?

Fait-il de même avec nous pour l’un ou l’autre aspect de nos vies de disciples ?

Coeur malléables

Toujours est-il que ça nous montre clairement qu’un coeur réceptif et  positif à Dieu reste un terrain hyper-favorable pour que Dieu y fasse Son oeuvre (Parabole des terrains, Luc 8. 4-21).

Coeur imperméable

Malheureusement, nous avons des personnes qui sont des contre-exemples et qui ont fermé visiblement leurs coeurs dans cette période de maturation :

  • Pharaon (endurcissement du coeur de Pharaon Exode chapitres 7-12);
  • Simon (Actes 8);
  • Ananas et Saphira (Actes 5 : 1-11).

Inspiration pour nos prières

Nous ne pouvons convertir personne à l’Évangile mais nous pouvons prier pour que les coeurs soient disposés et ouverts à cette préparation intérieur en vue du jour du salut.

Prions pour que nous aussi, nous soyons toujours malléables et  réceptifs  à l’action de Dieu dans nos vies.

L’exposition de l’Evangile et sa réceptivité

Le discours de Pierre qui fait plusieurs fois l’exposé de l’Evangile dans le livre des Actes. (Actes chapitres 2, 3, …) : c’est intéressant de voir comment il le rend accessible et compréhensible en fonction de l’arrière plan culturel et spirituel de son auditoire (s’il est juif, si ce sont des religieux ou des païens, …).

C’est ce que nous montre clairement ce texte des versets 36 à 43 d’Actes chapitre 10 :

1) Jésus est un personnage historique qui a vécu, parlé et agi sous les yeux de milliers de personnes (ce n’est pas une fable ou des histoires inventées par les hommes) : Actes 9 : 37 Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée suite au baptême que Jean a prêché.

2) Jésus a prouvé Sa divinité par Sa conduite irréprochable, Ses miracles publics sur la nature, la maladie, le monde spirituel, la mort, …

  • Dieu lui-même atteste qu’Il est Son Fils. (Jésus est Fils de Dieu, saint,  parfait et Il l’a prouvé) :

Actes 9 : 38 Vous savez comment Dieu a déversé une onction de Saint-Esprit et de puissance sur Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient sous la domination du diable, parce que Dieu était avec lui.

39 Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.

3) Jésus ne vient pas pour faire des adeptes mais pour résoudre le problème central de l’humanité, le péché (Jésus s’attaque au coeur, il n’est pas là pour une autre tradition ou religion), pour cela, Il subit toute la portée du péché, Sa mort réelle le démontre, alors qu’étant complètement juste, Il n’aurait jamais dû subir cela (Jésus saint se substitut à la place de l’humanité déchu) : Actes 9 : 39b Lui qu’ils ont tué en le clouant sur la croix… Sa réelle résurrection, attestée par des centaines de personnes, prouve qu’Il a vaincu la mort et donc le péché !  (Jésus remporte la victoire sur le problème central de l’humanité) : Actes 9 : 40 Dieu l’a ressuscité le troisième jour et a permis qu’il apparaisse, 41 non à tout le peuple, mais aux témoins choisis d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection.

Cette réalité unique place Christ en position idéale (Il connait la vie humaine, la mort humaine et la résurrection et Il est vivant maintenant) pour juger ceux qui sont vraiment de Dieu et ceux qui refusent l’oeuvre de Christ,.

Malheureusement tous les hommes sont de naissance attachés au péché (Christ jugera tous le hommes par rapport à leur péché et à ce qu’ils ont fait de Lui) : Actes 9 : 42 Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui que Dieu a désigné juge des vivants et des morts.

Christ désire faire bénéficier de Sa victoire sur le péché à tous les hommes,  s’ils le veulent. (L’oeuvre de Christ est exclusive Rien en plus ni en moins. Ni religion, Ni autre divinité ou personnes.

mais s’adresse à tous) Actes 9 : 43 Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que toute personne qui croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.»

Personne dans l’histoire de l’humanité n’a accompli et n’accomplira

l’oeuvre de Christ !

Le but de ce discours était de montrer que l’Evangile était accessible à tous ceux qui font appel à Christ et qu’il n’y a pas de différences :

1) Pierre reconnaît qu’il n’y pas de différences :

34 Alors Pierre prit la parole et dit:

«En vérité, je reconnais que Dieu ne fait pas de favoritisme 35 et que dans toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.

36 Il a envoyé sa parole aux Israélites en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous.

2) Tous les prophètes avaient annoncé la main tendue de Dieu à tous :

43 Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que toute personne qui croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.»

  • Actes 1 : 8.             «jusqu’aux extrémités de la terre».
  • Matthieu 28            «faîtes de toutes les nations des disciples»
  • Jean 3 :16              «tant aimé le monde»

Mais Abraham, bien avant l’arrivée d’Ismaël et d’Isaac mais aussi celle d’Israël :

Genèse 12 : 3 et 22 : 18 «Toutes les nations seront bénies dans ta postérité».

Avant le judaïsme, avant la chrétienté et avant l’islam, Dieu avait déclaré que toutes les nations seraient bénies dans Sa solution : cette solution est clairement Christ !

Un discours dans des coeurs réceptifs

Le discours de Pierre est le point d’orgue de cette rencontre entre Juifs et païens pour l’Evangile : ces paroles trouvent des coeurs ouverts et réceptifs et l’Evangile y fait sa place.

La venue du Saint-Esprit est une attestation

Ce qui nous le prouve, c’est que le Saint-Esprit vient d’une manière identique qu’au moment de la Pentecôte sur les disciples de Jésus. Actes 2 : 1-4, 11 : 15-17 (Il ne peut y habitation du Saint-Esprit sans acceptation de l’évangile Jude 1:19, Romains 8 : 9 et 1 Corinthiens 12. 13).

Pas de « formule » de conversion

Ce qu’il y a aussi d’intéressant, c’est qu’il n’y a aucune confession exprimée ni de prières exprimées, cela ce passe dans les coeurs et le texte nous montre en même temps que c’est clairement une réelle conversion (venue du Saint-Esprit).

Ce passage est très encourageant pour de nombreux croyants qui ne peuvent exprimer un jour particulier du moment où ils ont accepté Christ dans leur vie.

La décision pour Christ s’est faite dans un processus et une dynamique

d’un coeur ouvert à Dieu et à Christ.

Le baptême exprime ce qui est intérieur

Notons que pour exprimer clairement cette réalité intérieure, ces croyants se font baptiser.

Mêmes marqueurs qu’à la Pentecôte devant des témoins

Mais ce qui est fort, c’est devant des témoins, des disciples juifs, qu’un

groupe de non-Juifs reçoit et vit les mêmes choses que les premiers disciples de la Pentecôte (Actes 2 : 1-4).

Il faut comprendre la venue de ces signes visibles et tangibles (certainement la descente du Saint-Esprit comme des flammèches

et le parler en langues) pour authentifier que c’est la même chose pour les païens que pour les Juifs. Cela veut dire que toutes les nations sont officiellement concernées par l’Evangile !

Aucune barrière

Tous le monde est concerné, il n’y a plus de barrières :

  • raciales,
  • de provenances,
  • de préférences,
  • d’être une femme ou un homme,
  • d’être érudit ou sans instruction,
  • d’habitudes nationales, régionales, …,
  • d’être célibataire, handicapé, bien portant, malade, riche, pauvre, enfant,  d’un grand âge, etc.

Mais Christ seul

Mais un seul moyen de salut: Christ

Actes 4 :12

Car il est le seul à avoir fait ce qu’aucun autre homme ne pourra jamais faire : il faut toujours regarder dans les épîtres :

Galates 3 : 28 : Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous vous êtes revêtus de Christ. 28 Il n’y a plus ni Juif ni non-Juif, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ.

Romains 3 : 29-30 :

29 Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs? N’est-il pas aussi celui des non-Juifs? Oui, il est aussi le Dieu des non-Juifs, 30 puisqu’il y a un seul Dieu, qui déclarera les circoncis justes sur la base de la foi et qui déclarera aussi les incirconcis justes au moyen de la foi.

Ephésiens 2 : 14 :

14 En effet, il est notre paix, lui qui des deux groupes n’en a fait qu’un et qui a renversé le mur qui les séparait, la haine.

Versets à bien comprendre

Les textes d’aujourd’hui pourraient aussi être mal compris et utilisés pour penser des choses que la Bible n’enseigne pas.

La piété sauve-t-elle ?

Actes 10 :

34 Alors Pierre prit la parole et dit:

«En vérité, je reconnais que Dieu ne fait pas de favoritisme 35 et que dans toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.

36 Il a envoyé sa parole aux Israélites en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous.

Pas sauvé par une pratique vertueuse

Cela ne veut pas dire que si nous faisons du bien, nous serons sauvés.

Nous en avons la preuve dans ce texte car Corneille a fait du bien (prière et générosité) et pourtant il n’était pas sauvé.

En effet, son salut est constaté suite à l’acceptation du salut marqué par la venue évidente de l’Esprit, suite au discours de Pierre.

Ce ne sont pas nos actions ou nos pratiques vertueuses qui sauvent, mais notre acception de Christ comme Sauveur face à nos vies rebelles  et perdues.

La générosité de Corneille le sauve-t-il ?

Remarque du même type pour Corneille : ce n’est pas sa générosité financière qui l’a sauvé.

Actes 10 : 4 :

4 Il fixa les regards sur lui et, rempli de crainte, répondit: «Qu’y a-t-il, Seigneur?» L’ange lui dit: «Tes prières et les dons que tu as faits sont montés devant Dieu et il s’en est souvenu.

Sinon Pierre n’aurait pas eu besoin de venir.

Actes 10 : 31 :

31‘Corneille, ta prière a été exaucée et Dieu s’est souvenu des dons que tu as faits.

La générosité de Corneille était une attitude inverse des pratiques des soldats romains de l’époque. En revanche, on voit que ce geste a bien été noté par Dieu, qui révèle l’attitude du coeur de Corneille (qui l’a conduit à la générosité) et cela a bien été noté par Dieu !

Oeuvres qui comptent pour Dieu par Christ

Pour ces deux sujets, le verset à retenir est Ephésiens 2 : 8-10 :

8 En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter. 10 En réalité, c’est lui qui nous a faits; nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions.

Ce verset est magnifique parce qu’il nous montre que, en étant réconciliés avec Dieu, nous commençons à faire des oeuvres et des actions utiles pour Lui et à rentrer dans Sa main.

Parler en langue et conversion

Est-ce que ce qui se passe au chapitre 10 des Actes est la preuve que la conversion implique de parler en langue ?

Deux types de parler en langue

La Bible nous montre deux types de parler en langue.

De vraies langues (comme les langues étrangères)

Actes chapitre 2 montre clairement que c’étaient des langues connues,

qui étaient comprises par les personnes venant des régions où elles étaient parlées.

Le don de parler en langues pour parler des merveilles de Dieu à des personnes de langues diverses (Actes 2 : 6,8,11) est accordée à un groupe, tous en même temps.

1 Corinthiens

La première épître aux Corinthiens évoque un autre type de parler en langue  extatique, une langue inconnue exprimée que par une personne qui doit être interprétée et tournée vers la piété et l’adoration.

C’est un phénomène personnel différent de l’effet de groupe d’Actes 2

Ici, en Actes 10, de vraies langues

Pour comprendre le texte d’aujourd’hui, nous avons des précisions importantes dans le texte du jour et au chapitre suivant.

Texte du jour :

Pierre parlait encore quand le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. 45 Tous les croyants circoncis qui étaient venus avec Pierre furent stupéfaits de ce que le don du Saint-Esprit était déversé même sur les non-Juifs. 46En effet, ils les entendaient parler en langues et célébrer la grandeur de Dieu. Alors Pierre dit: 47«Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit tout comme nous?»

chapitre suivant

Mêmes marqueurs qu’Actes 2

Idée de groupe, célébrer les merveilles de Dieu : même idée qu’eux en Actes 2 : 1-4.

Texte de Actes chapitre 11 (Pierre explique à l’église de Jérusalem ce qui s’est passé chez Corneille) : 15 Lorsque j’ai commencé à parler, le Saint-Esprit est descendu sur eux, comme sur nous au début.

Ça fait clairement référence à ce qui s’est passé en Actes chapitre 2,  au moment de la Pentecôte. C’est c’est qu’est en train de dire Pierre aux disciples de Jérusalem.

On peut même supposer que la manière visible dont le Saint-Esprit est descendu sur les croyants non-Juifs était la même qu’en Actes 2.

Le but: constater la même chose chez les Juifs et chez les païens

Tout cela pour nous montrer que ce qui se passe en Actes chapitre 2  (chez les croyants juifs) est exactement la même chose qu’en Actes chapitre 10 (chez les croyants païens), le but est de montrer que c’est exactement la même chose, le même évangile, l’accomplissement d’Actes 1. 8.

Le parler en langues dans les Actes

Je dirais même que le livre des Actes n’est pas le bon livre à utiliser pour évoquer le parler en langues extatiques, c’est un livre :

  • narratif,
    • introductif à l’Eglise,
    • avec nombres de faits uniques, donc on ne peut pas en tirer une norme ! Pour ce faire, il faut toujours s’appuyer sur les épîtres qui parlent du même sujet d’une manière précise.
    • (par exemple, au sujet du Saint-Esprit, on se focalise sur le parler en langues, mais si nous voulions être littéralistes, la vraie réception du Saint-Esprit devrait se faire avec une descente de flammèches au dessus des têtes ! Nous comprenons bien qu’il y a eu des choses spécifiques uniques dans les Actes, à ce moment particulier de l’histoire).
  • Et les langues parlées dans le livre des Actes sont des langues connues et parlées à l’époque, Actes 2 nous le montre clairement et les deux autres uniques fois (Actes 10. 46 & Actes 19. 6), sur des milliers de conversions, où il est mention de parler en langues, c’est pour un groupe dans le but de montrer que c’est bien la même chose qu’au début car c’est une situation particulière. Donc si c’est pour montrer que c’est la même chose, ce sont des langues compréhensibles !

A nouveau, on voit que les choses sont simples et claires avec Dieu !

Et si on lit la Bible avec du bon sens et l’éclairage du Saint-Esprit, la majorité de ce que Dieu veut nous communiquer est hyper-claire !

Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d (Actes 9)

Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d'en être porteur (Actes 9) ; Patrice Berger

prédication Actes 9 : Patrice Berger, 2021-07-08, église AB Lausanne

titre : Actes #12 : Immensité de la Grâce de Dieu. A nous d'en être porteur

Résumé :

Ne mettons jamais une limite à la grâce de Dieu. Saul était aussi fanatique et intégriste que quelqu’un de la Gestapo ou de l’Etat Islamique et pourtant Jésus l’arrête, lui offre sa grâce pour qu’il soit lui-même porteur de cette grâce en Christ. Mais finalement qu’est-ce que la grâce divine ? Certainement pas une deuxième chance pour continuer sa vie, mais pour une orientation de vie tournée vers l’auteur de toute grâce : Christ. En cela, à l’image de Saul, Ananias et Barnabas, soyons des croyants en Christ qui saisissent la balle au rebond quand Dieu nous l’envoie pour être les reflets de Sa grâce.

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Actes 9 ou la Bible NEG 1979 Actes 9 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Intro

Résistant à Nice

J’ai rencontré l’été dernier un ami écrivain qui s’est penché sur une partie de la vie d’un résistant de la guerre 1939-45 qui résidait à Nice.

Première partie tranquille

Autant dire que la première partie de la guerre était assez tranquille quand Nice était dans la zone libre ou sous la présence des Italiens.

Deuxième temps difficile

En revanche, à partir du 10 septembre 1943, à la suite de l’armistice signé entre l’Italie et les Alliés, la Gestapo entre à Nice et y organise la traque des Juifs selon un plan préétabli entre autre par Aloïs Brunner qui parviendra à déporter 1820 personnes en 28 convois.

Même ambiance dans le texte du jour

Le passage de ce matin dans le livre des Actes nous confronte à un membre de la « Gestapo religieuse » de l’époque du livre des Actes, bien sûr autres croyances mais même intention et méthodologie vis-à-vis des personnes visées.

Actes chapitre 9

1 Quant à Saul,

il respirait toujours la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur.

Il se rendit chez le grand-prêtre 2 et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas afin de pouvoir

arrêter

et amener

à Jérusalem les partisans de cet enseignement qu’il trouverait, hommes ou femmes.

3 Comme il était en chemin et qu’il approchait de Damas,

tout à coup,

une lumière qui venait du ciel resplendit autour de lui.

4 Il tomba par terre

et entendit une voix lui dire:

«Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?»

5 Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

7 Les hommes qui l’accompagnaient s’arrêtèrent, muets de stupeur; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne.

8 Saul se releva de terre.

Malgré ses yeux ouverts, il ne voyait rien;

on le prit par la main pour le conduire à Damas.

9 Il resta trois jours sans voir et il ne mangea ni ne but rien.

10 Or, il y avait à Damas un disciple du nom d’Ananias.

Le Seigneur lui dit dans une vision:

«Ananias!»

Il répondit:

«Me voici, Seigneur!»

11 Le Seigneur lui dit alors:

«Lève-toi, va dans la rue qu’on appelle la droite et, dans la maison de Judas, demande un dénommé Saul de Tarse.

En effet, il prie 12 et il a vu en vision un homme appelé Ananias entrer et poser les mains sur lui afin qu’il retrouve la vue.»

13 Ananias répondit:

«Seigneur, j’ai appris de beaucoup tout le mal que cet homme a fait à tes saints à Jérusalem, 14 et ici il a pleins pouvoirs, de la part des chefs des prêtres, pour arrêter tous ceux qui font appel à toi.»

15 Mais le Seigneur lui dit:

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

  • aux non-Juifs,
  • aux rois
  • et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

17 Ananias partit.

Une fois entré dans la maison, il posa les mains sur Saul en disant:

« Saul mon frère, le Seigneur, [le Jésus] qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu retrouves la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit.»

18 Aussitôt il tomba comme des écailles de ses yeux et il retrouva la vue.

Il se leva et fut baptisé;

19 après avoir pris de la nourriture, il retrouva des forces.

Il resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas

20 et se mit aussitôt à proclamer dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu.

21 Tous ceux qui l’entendaient étaient stupéfaits et disaient:

«N’est-ce pas l’homme qui persécutait à Jérusalem ceux qui font appel à ce nom-là et n’est-il pas venu ici pour les arrêter et les conduire devant les chefs des prêtres?»

22 Cependant Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient Damas en démontrant que Jésus est le Messie.

23 Au bout d’un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le supprimer, 24 mais leur complot parvint à la connaissance de Saul.

On gardait les portes jour et nuit afin de pouvoir le tuer.

25 Cependant, une nuit, les disciples le prirent et le descendirent le long de la muraille, assis dans une corbeille.

26 Arrivé à Jérusalem, Saul essaya de se joindre aux disciples, mais tous avaient peur de lui car ils ne croyaient pas qu’il était un disciple.

27 Alors Barnabas le prit avec lui, le conduisit vers les apôtres et leur raconta comment,

sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur qui lui avait parlé

et avec quelle assurance il avait prêché à Damas au nom de Jésus.

28 Saul allait et venait avec eux dans Jérusalem et s’exprimait en toute assurance au nom du Seigneur.

29 Il parlait aussi et discutait avec les Hellénistes, mais ceux-ci cherchaient à le supprimer.

30 L’ayant appris, les frères l’emmenèrent à Césarée et le firent partir pour Tarse.

Ce qu’aborde le texte

Quel texte les amis !!!

J’aimerais qu’on puisse donner du corps à notre émerveillement envers Dieu en considérant la grâce en Jésus qui touche Saul, de nous arrêter sur certains aspects de la grâce divine et la réponse immédiate à cette grâce démontrée par les trois principales personnes de ce texte.

Quel reflet devrait-il avoir dans notre vie

Puisse ce regard sur ce texte nous aider à avoir une plus juste perception de la grâce divine et à être des croyants en Christ qui saisissent la balle au rebond quand Dieu nous l’envoie pour être les reflets de sa grâce.

La grâce en Jésus touche Saul

Ne pas limiter la Grâce de Dieu

La grâce en Jésus peut toucher n’importe qui, même les plus improbables, ceux à qui on penserait en dernier : Saul en est bien l’exemple !

Sa détermination

Il y a une expression qui dit: « il ment comme il respire ».

Ici, il est quand même dit de Saul au verset 1 d’Actes 9 :

Il respirait toujours la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur.

L’épuration religieuse continue

C’est pour ces raisons qu’après avoir « fait le ménage » à Jérusalem et fait fuir la majorité des croyants, Saul poursuit les disciples de Jésus dans les villes où ils ont trouvé refuge.

Accords des religieux

Avec l’accord et les autorisations des institutions religieuses juives de l’époque, ce qui peut nous paraître un peu bizarre alors que la Judée est sous occupation romaine.

Délégation romaine pour les affaires juives

A cette période, les affaires juives se traitaient entre Juifs, l’occupant romain avait sous-traité cet aspect parce qu’il n’y comprenait pas grand chose. Tant que c’était pacifié et que les impôts rentraient,  c’était parfait pour les Romains ! C’est pour ces raisons qu’un grand prêtre pouvait avoir ce pouvoir de justice et de police.

Planification connue

Saul est déterminé à réserver le même sort tant aux disciples qui ont fui Jérusalem et se sont réfugiés à Damas qu’à ceux de Jérusalem. Visiblement les disciples, comme Ananias, étaient au courant. (Actes 9. 13-14)

Saul est arrêté par Jésus glorieux

Mais la funeste planification ne se déroule pas comme prévu : Saul est arrêté par Jésus glorieux. La folie du fanatisme religieux ne tient pas une seconde devant Jésus glorieux !

Jésus glorieux

Petit rappel : Jésus n’est plus dans les limitations de Son incarnation terrestre, Il est auprès de Dieu, glorieux, personne ne peut faire le poids face à Lui, homme qui qu’il soit et quel que soit son statut, tout comme les êtres célestes, même le plus déterminé comme Satan.

Tous devront faire allégeance à Jésus

  • Croyants ou rebelles à Dieu plieront le genou devant la Seigneurie et la Divinité de Jésus.
  • L’exemple de Saul est un exemple préparatoire à une réalité universelle à venir.

Philippiens chapitre 2 (Il y est question de Jésus-Christ)

9 C’est aussi pourquoi Dieu l’a élevé à la plus haute place et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom 10 afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre 11 et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Jésus est Dieu

Jésus est Dieu, Saul qui combattait cette idée a fait une mise à jour instantanée, il dit de Jésus : qui es-tu « Seigneur » ?

Verset 5

Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

« Seigneur » : pour un Juif religieux de l’époque, dans cette situation là, cela équivaut à saisir que c’est Dieu ! Comme quoi les idées humaines s’envolent face à la réalité. L’aspect glorieux de Jésus a des conséquences pour les non croyants comme pour les croyants.

Idem pour toutes croyances contre la divinité de Jésus

Le texte nous montre la mise à jour de Saul sur ce fait mais c’est aussi solennel pour toutes les croyances qui nient la divinité de Jésus et qui seront pulvérisées face à la réalité.

Idem pour les chrétiens qui instrumentalisent Jésus pour leurs délires

Si Jésus est notre Sauveur, Il n’est plus dans la condition de l’enfant dans la crèche :

  • Il est glorieux,
  • Il est Seigneur.

Qu’on ne nous raconte pas des salades avec de pseudo-visions puériles et égocentriques de personnes qui prétendent avoir vu Jésus et en parlent avec une légèreté banale.

Jésus est Seigneur et Sauveur

D’ailleurs vous qui êtes des lecteurs habitués de la Bible, il est question de Jésus comme « Seigneur et Sauveur » (2ème épitre de Pierre) mais pas de Jésus comme « Sauveur et Seigneur » !

Impact déterminant pour la conversion

C’est parce que nous comprenons qu’Il est Seigneur de toutes choses que nous comprenons l’horreur de notre rébellion de pécheur et que nous nous jetons dans Ses bras salvateurs.

Une mauvaise compréhension de Jésus engendre des troubles dans la vie spirituelle

L’inversion (« Sauveur et Seigneur ») fait croire à des personnes qu’elles sont sauvées,  alors qu’elles cherchent en fait une absolution mais qu’il n’est absolument pas question pour elles que Jésus ait son mot à dire dans leurs vies. Conséquence : ces personnes ou ces croyants (ça c’est Dieu qui sait) végètent parce que Christ ne règne pas dans leur vie  et parce qu’ils n’ont aucune conception de Sa Seigneurie.

L’apôtre Jean

Regarder la grandeur de Jésus : Jean, le disciple le plus proche de Jésus pendant Son ministère ici-bas, est pétrifié dans le début du livre de l’Apocalypse, chapitre 1:

12 Je me retournai pour savoir quelle était la voix qui me parlait. M’étant donc retourné, je vis sept chandeliers d’or, 13 et au milieu des [sept] chandeliers quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme. Il était habillé d’une longue robe et portait une écharpe en or sur la poitrine. 14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige. Ses yeux étaient comme une flamme de feu, 15 ses pieds étaient semblables à du bronze ardent, comme s’ils avaient été embrasés dans une fournaise, et sa voix ressemblait au bruit de grandes eaux. 16 Il tenait dans sa main droite sept étoiles, de sa bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans toute sa force.

17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa alors sa main droite sur moi en disant: «N’aie pas peur. Je suis le premier et le dernier, 18 le vivant. J’étais mort et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts.

Saul

Ici, dans le texte de d’aujourd’hui, Saul est désarçonné, terrassé : il a peur et il en perd même la vue.

Jésus ne lui fait pas un « Fil Rouge de la Bible » 

pendant toute une année scolaire pour qu’il comprenne :

Actes 9 : 4-6

«Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?»

5 Il répondit:

«Qui es-tu, Seigneur?»

Et le Seigneur dit:

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

Toucher aux croyants, c’est toucher Jésus

Persécuter les croyants en Christ,  c’est persécuter Jésus. C’est normal, Il est la tête de l’Église qui dans la Bible n’est jamais un bâtiment mais l’ensemble des disciples de Jésus.

Colossiens 1: 18

Il est la tête du corps qu’est l’Eglise.

Le zèle n’est pas une vertu à lui seul

Tous les tortionnaires de l’histoire de l’humanité sont animés d’un zèle sincère. C’était le cas de Saul mais le zèle n’est pas une qualité, le zèle peut l’être quand il est mis à bon escient.

Sa croyance mal calibrée et son zèle ont conduit Saul au meurtre.

Jésus + zèle conduit à la vie !

Romains 10

1Frères et sœurs, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour les Israélites, c’est qu’ils soient sauvés. 2 En effet, je leur rends ce témoignage: ils ont du zèle pour Dieu, mais pas conformément à la vraie connaissance. 3 Ils ignorent la justice de Dieu et cherchent à établir la leur propre; ils ne se sont donc pas soumis à la justice de Dieu, 4 car Christ est la fin de la loi pour que tous ceux qui croient reçoivent la justice.

Ça c’était le sujet de Saul et du mauvais placement de son zèle…

Mais nous ? Nous sommes zélés pour quelle cause ou pour quelle personne, devrais-je dire?

Soyons des porteurs zélés de Jésus

Ne pas limiter Dieu à notre compréhension

Pour autant, c’est à ce « gaillard-là » que Jésus fait grâce.

Nous

Donc pour nous, ne limitons jamais la grâce de Dieu.

Tout comme sa justice, son amour, sa souveraineté et ses capacités créatrices nous dépassent.

Nous ne les percevons que partiellement mais toutes dépassent notre entendement et tous les aspects de Dieu s’expriment avec la même grandeur. Ici nous avons un vague écho de la justice avec Actes 9 : 16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

Dans le note (juste ci-dessous en italique), je développe un peu ce sujet de méditation et d’encouragement à être conséquents dans nos vies.

La Grâce n’enlève pas la justice de Dieu

La Grâce n’enlève pas la justice de Dieu, c’est un sujet un peu plus difficile.

Les disciples de Jésus, au moment de son arrestation et de sa parodie de procès, ont tous lâché Jésus. Sauf un, Jean, qui reste discret et suit au plus près Jésus au moment de son procès. (Jean 18 : 15-16)

C’est lui qui fait rentrer Pierre dans la cour où il reniera trois fois Jésus.

Tous seront des apôtres exceptionnels de Christ et finiront martyrs sauf un, Jean.

Saul persécute Jésus, c’est à dire ses enfants, le croyant en Christ.

Il sera un merveilleux apôtre mais connaîtra des souffrances et une fin de martyr.

Actes 9 : 15-16

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

aux non-Juifs,

aux rois

et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

C’est un sujet de méditation personnel qui n’est pas là pour mettre la pression mais qui est un encouragement à être conséquents dans nos actes avec Dieu car il en tient compte. D’autre part aucun des traits de la personnalité de Dieu ne s’efface au détriment d’un autre. Sa grâce s’exprime autant que Sa justice, que Son amour et que Sa souveraineté, Dieu nous dépasse vraiment !

Quel impact pour nous ?

Quel impact a pour nous cette démonstration de grâce de la part de Jésus ?

Concrètement dans nos vies, ne mettons jamais de limites à ce que Dieu peut faire

avec qui Il veut !

Là où la grâce est souvent en panne

En théorie nous dirions évidemment « oui ».

Loin de nous l’idée de limiter la grâce de Dieu !

Pourtant, la grâce a un grand ennemi, l’Eglise des croyants en Christ !

Regardons le texte d’aujourd’hui : l’Eglise à Jérusalem se méfiait de Saul et se demandait si Saul n’était pas un agent infiltré.

La peur se réfugie derrière les règles

Assez fréquemment, les églises ont de la peine avec la grâce. La peur et les craintes se réfugient souvent derrière les règles et les principes bibliques, face à la grâce qui étonne, mais la grâce est un principe biblique.

La jurisprudence

Le problème n’est pas dans les règles bibliques ou les principes bibliques, ni souvent de faire grâce mais on a peur que l’expression de la grâce devienne la norme et fasse jurisprudence.

Alors que faire ? Faire grâce est un devoir biblique, un standard mais la manière de faire grâce à quelqu’un est du « sur-mesure ».

Quelque chose d’unique à chaque fois qui n’implique pas nécessairement que dans la même situation, nous fassions à chaque fois pareil pour exprimer la grâce en Jésus.

Par exemple, Jésus fait grâce à la femme adultère mais la manière de faire n’est pas forcément identique pour tous les adultères  !

  • Faisons grâce, ne faisons pas de son expression un dogme figé mais quelque chose d’adapté qui montre Christ !

Pas de sélection

Concrètement dans nos vies, ne mettons jamais de limites à ce que Dieu veut faire par grâce même si à nos yeux nous avons déjà trié ceux qui sont éligibles à la grâce de Dieu et ceux qui ne le seront jamais !

Je peux vous dire que pour tous les croyants de l’époque, celui qui était bien en fin de liste, c’était Saul : impensable !!!

Et nous

J’ai souvenir d’une situation professionnelle avec du mobbing qui avait mis une soeur en Christ sous traitement antidépresseur, finalement cette personne est devenue une amie avec qui l’évangile avait été partagé, qui devait être touchée par la grâce de Jésus et était toute triste au moment où elle changeait d’endroit : « qu’est-ce qu’on va faire sans toi ? ».

Ou encore cette situation familiale bloquée avec avec un frère qui ne veut rien entendre de l’évangile pendant 40 ans et qui se débloquait à salut 40 ans après.

Ne limitons jamais la grâce de Dieu !

Tiens, pour vous, j’ai une belle histoire :

A un jeune âge, John Newton s’est fait marin. Comme la plupart des marins de l’époque, il a vécu une vie de rébellion et de débauche. Pendant plusieurs années, il a travaillé sur des vaisseaux négriers, capturant des esclaves pour les vendre aux propriétaires de plantations du Nouveau Monde. Il est tombé tellement bas qu’à un moment donné il est devenu esclave, captif d’un autre marchand d’esclaves. Finalement, il est devenu capitaine de son propre vaisseau négrier. Une tempête effrayante en mer et la lecture du classique de Thomas A. Kempis, « l’imitation de Jésus-Christ », sont les semences qui ont donné lieu à sa conversion. Il est ensuite devenu une tête de file du mouvement évangélique du 18ème siècle en Angleterre avec des hommes comme John et Charles Wesley, George Whitfield et William Wilberforce.

Sur sa pierre tombale, on peut lire l’épitaphe suivante, écrite par Newton lui-même :

« John Newton, ecclésiastique, autrefois infidèle et libertin, serviteur de négriers en Afrique, a été, par la riche miséricorde de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, préservé, rétabli, pardonné et mandaté pour prêcher la foi qu’il avait longtemps cherché à détruire »

(Kenneth W. Osbeck, 101 Hymn Stories, Grand Rapids Kreget, 1982, p. 28)

Quand il a composé le célèbre cantique « Amazing Grace » (Grâce infinie), il connaissait de première main les vérités qu’il proclamait.

illustration tirées du commentaire biblique de

John MacArthur, Actes Tome 1, Impact editions, p.339

La Grâce ?

Qu’est-ce que la grâce ?

Dieu donne et redonne les capacités de vivre pour la vie naturelle et normale, c’est à dire à dire réconcilié avec Lui par Christ.

Grâce qui touchent tout le monde.

Pour la vie naturelle de tout humain sur terre :

Matthieu 5 : 45

En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

Dieu déverse Ses grâces abondantes autant sur ceux qui n’ont rien à faire de Lui « les injustes » et sur les personnes qui s’attachent à Lui par Christ « les justes ».

Panneau indicateur de la présence et action de Dieu

Cette grâce qui touche tous le monde est un panneau indicateur qui pointe vers Dieu et qui devrait nous faire nous poser les bonnes questions vis-à-vis de Lui.

Grâce personnelle

Dieu redonne les capacités de vivre la vie normale, c’est à dire réconcilié avec Lui par Christ. En effet, d’une manière plus personnelle, Dieu fait grâce par Christ pour être gracié de notre juste condamnation de pécheur.

Ephésiens 2 : 8

En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

Plus que cela, Il nous donne un but dans la vie Ephésiens 2 : 10, Il nous adopte dans sa famille éternellement Ephésiens 1. 5, nous fait co-héritier Romains 8 : 17, etc.

Nous vivons bien au-dessus de ce que nous méritons

Personne ne vit la vie qu’il mérite, nous vivons au-dessus de nos mérites, par Dieu et par Christ. Si ce n’était pas le cas, nous devrions être confrontés aux souffrances de Christ en croix d’une manière perpétuelle pour ce que valent réellement nos vies et nos actes.

La grâce par Christ pour montrer Christ

La grâce par Christ n’est pas juste une deuxième chance pour continuer un peu comme avant,  style une extra balle de flipper ou une deuxième vie dans les jeux vidéos !

La grâce de Dieu a un but : l’auteur de la grâce, c’est à dire Jésus-Christ lui même.

On le voit hyper bien ici dans le texte d’aujourd’hui avec Saul et Jésus : Jésus n’arrête pas Saul en disant « Maintenant tu arrêtes, tu es méchant et désormais il faut que tu sois gentil !!! »

Jésus dit : « Stop, voilà maintenant ce qui est devant toi ! »

«Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

6 Lève-toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire.»

Un peu plus loin il dit à Ananias

15 Mais le Seigneur lui dit:

«Vas-y, car cet homme est un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom

  • aux non-Juifs,
  • aux rois
  • et aux Israélites.

16 Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi.»

En somme

La grâce de Dieu à un but, Jésus.  La grâce redonne sens à nos vies et ce sens, c’est Jésus. Notre objectif est de montrer la grâce de Jésus, donc Jésus Lui-même !

La grâce s’appuie sur la vérité divine.

La grâce n’enlève pas la vérité

Problème occidental

L’attitude de vie occidentale mondiale est d’accueillir et de laisser s’exprimer toutes les vérités et attitudes et de ne surtout pas être confronté à une vérité qui remettrait en cause l’hédonisme égoïste.

Problème d’Eglise

Forcément, ça déteint dans l’Eglise de Christ :  sous prétexte d’amour, on va au delà de l’accueil pour laisser s’exprimer des aspects qui sont clairement condamnés par Dieu dans la Bible. On tait la vérité et sans vérité, il ne peut y avoir de grâce. Ça devient une tolérance mièvre qui par faiblesse éteint la vérité biblique.

La femme adultère

Dans l’évangile de Jean, il y a le célèbre passage de la femme adultère au chapitre 8 (versets 1-11) : en la circonstance, à cette époque, l’adultère était condamné à mort par lapidation.

  • Jésus ne conteste pas le fait : l’adultère,
  • Jésus ne conteste pas la sanction : la lapidation.

«Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» verset 7

Jésus fait grâce : « Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y »  verset 11

Jésus a fait grâce, alors qu’il était le seul a pouvoir appliquer la sentence !

Pour autant, Jésus n’a pas légitimé l’adultère ni légitimé l’attitude de la femme (et de l’homme qui étrangement n’est pas là !) parce que la vérité, c’est que l’adultère est en horreur à Dieu !

Une mauvaise compréhension de la grâce serait de trouver plein de circonstances atténuantes qui ont conduit à cet adultère pour finalement le minimiser et plus ou moins l’accepter sous prétexte d’accueil d’une personne qui en est plus ou moins victime. Au final, il n’y aurait plus de vérité ni de cadre, tout est acceptable pourvu que ça ne me dérange pas trop ! Ça, ce n’est pas la grâce, c’est de la permissivité indifférente pour ne pas confronter la réalité et montrer de l’amour et de la grâce.

Saul

Ici dans le texte des Actes avec Saul, la vérité dite à Saul, c’est  « tu me persécutes », mais pas « tu es une belle personne incomprise dans ton parcours difficile, etc ».

Un condamné

Il ne peut y avoir de grâce pour un condamné que s’il a été confronté à la réalité et à la sentence pour ces méfaits.

N’essayons pas d’arranger la vérité biblique pour être inclusif. Soyons accueillants, vrais  et débordants de grâce !

La réponse immédiate à la possibilité d’exprimer cette grâce

Le dernier point qu’il est possible d’aborder avec un peu d’attention de la part de chacun

s’appuie sur ce que Stefan Schmid nous a fait remarquer dans le texte précédent

 Actes chapitre 8 : 26-40 (Bible S21)

Que vous pouvez retrouver sur le site internet de l’Eglise locale.

En effet, Stefan a relevé quelques points importants pour  « se laisser guider par Dieu », être obéissants à ce qu’Il nous dit et être attentifs à la situation que Dieu a si bien préparée pour aller droit au but. Saisir la balle de Dieu au rebond parce que parfois le temps est limité (Pour Philippe, la fenêtre était moins qu’une journée. Alors ne gâchons pas les opportunités de Dieu !) et il y a la même idée, ici !

Philippe

Si Philippe a répondu tout de suite à la sollicitation de Dieu pour exposer l’Évangile à l’eunuque éthiopien,

Ananias et Barnabas

Ananias et Barnabas répondent, eux aussi, immédiatement à la part que Dieu les conduit à prendre.

Saul

De même Saul rentre tout de suite dans l’objectif de sa nouvelle vie en Christ, en témoignant de Jésus à Damas et auprès des Juifs hellénistes de Jérusalem.

Ils saisissent la balle au rebond

Ils saisissent tout de suite l’opportunité que Dieu leur soumet.

J’aime bien faire du bodysurf, je peux passer de longues minutes dans l’eau à attendre la bonne vague, puis me jeter dans le rouleau en formation pour me faire pousser par la puissance de la vague jusque sur le bords de la plage, c’est trop bon quand on a pris la bonne vague ! Par contre, si on est en retard, elle nous glisse sous le ventre ou elle nous explose en se refermant !

Dieu nous invite souvent à saisir la bonne  vague, la bonne occasion pour être le reflet de Son amour et de Sa grâce, soyons-y attentifs !

Evidemment, parfois on la loupe, mais rassurez-vous c’est comme dans la mer, Dieu permet, dans Sa grâce, qu’il y ait d’autres vagues à prendre ou pas !

Interventions décisives d’Ananias et de Barnabas

Ici les vagues de Dieu à prendre n’étaient pas au bord d’un océan, sur une plage,

mais les interventions d’Ananias et de Barnabas ont été décisives pour l’intégration d’un jeune croyant, Saul…

Sans Saul …

Que serait devenu à vue humaine le Nouveau Testament, s’il n’y avait pas eu des personnes pour intégrer Saul qui deviendra par la suite l’apôtre Paul ? Il manquerait à peu près la moitié des livres !

Intervenir au juste moment

D’Ananias, la Bible n’en parle que pour son intervention auprès de Saul mais dans le bon timing !

Idem pour nous

Prions que le Seigneur nous rende attentifs aux situations qu’Il nous présente pour répondre avec spontanéité à ses sollicitations.
J’aime beaucoup les mentions comme « aussitôt » dans la Bible, que l’on puisse dire de nous la même chose pour l’oeuvre de Dieu !

Plus loin que Jérusalem, la Judée, la Samarie

Ici cette oeuvre touche l’annonce de l’Evangile vers ceux qui sont au-delà de Jérusalem, de la Judée, de la Samarie… Regardez, Philippe parle de l’accomplissement des promesses d’Esaïe en Jésus à un Ethiopien.  A Damas, Ananias intervient pour intégrer

Saul qui deviendra l’apôtre dont le verset 15 du texte du jour nous dit: « un instrument que j’ai choisi pour faire connaître mon nom aux non-Juifs. »

A Jérusalem, Saul parle aux Juifs hellénistes, c’est à dire d’origines grecques. Tout cet en avant de l’évangile plus loin que la Judée et la Samarie prépare le texte qui suit.

Et dans le prochain épisode, l’apôtre Pierre va être confronté à une action qui dépasse ses habitudes, inaugurer l’arrivée de l’évangile aux non-Juifs. Y répondra-t-il promptement et saisira-t-il la vague ?