Actes #10: Croire en Christ ou aux effets de l (Actes 8)

Actes #10: Croire en Christ ou aux effets de l'Evangile (Actes 8) ; Patrice Berger

Prédication de Patrice Berger, 2021-05-30, église AB Lausanne-Renens

titre: Actes #10: Croire en Christ ou aux effets de l'Evangile , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé :

L’évangile arrive et il est accepté chez les Samaritains (détestés à l’époque par les Juifs). L’évangile est pour tout le monde. Un homme fait comme ces nouveaux croyants mais son cœur n’est pas à Christ. Il croit aux effets de l’évangile, miracles, Saint-Esprit qu’il veut acquérir avec de l’argent. L’évangile n’est pas quelque chose en plus, mais une métamorphose de nos vies données à Christ. Texte intéressant pour évoquer le don du Saint-Esprit.

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Actes 8 ou la Bible NEG 1979 Actes 8 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Texte précédent  Actes  6: 8 – 8: 3 (Bible S21)

Au travers des textes qui nous parlent d’Etienne que nous avons parcourus la dernière fois, nous avons vu que par Jésus, l’inutilité des lois religieuses, lieux saints et « personnes saintes » pour être rendu favorable à Dieu. Les contraintes, efforts vertueux, pèlerinages, objets de dévotions, recours ou prières à des personnages religieux emblématiques sont donc inutiles. Dieu n’est pas non plus contenu dans un lieu, un objet ou une matière. Amulette, porte bonheur, idole ou temple domestique ne servent à rien

C’est même l’inverse, ces pratiques appartiennent au monde occulte.

Certes, ces pratiques sont courantes : l’animisme, qui est la matrice de la majorité des systèmes religieux de l’humanité, donne des vertus spirituelles aux objets, comme si Dieu pouvait être contenu dans la matière.

Ça n’est assurément pas le cas.

Si jamais un objet avait un pouvoir, soyez assurés que ce n’est pas de l’Eternel mais un piège satanique.

Dieu ne nous appelle pas à la superstition dans des objets, des lieux ou des personnes qui ont vécu, mais à la foi vivante en Christ qui est vivant, Dieu créateur de la vie, re-créateur de nos vies déchues en vies réconciliées avec l’Eternel.

Episodes précédents

Vous retrouverez les épisodes précédents sur le site de l’Eglise locale https://ab-renens.ch

à la rubrique

  • Prédication
    • Série
      • Livre des Actes

Les prédications sont disponibles :

Merci à toute l’équipe qui oeuvre pour faire cela.

Enseignement du parcours de Joseph

Dans l’histoire de la descendance de Jacob (Genèse chapitres 37 à 50) :

  • Les fils de Jacob qui avaient vendu leur frère Joseph comme esclave.
  • Quelques années après, ils sont à nouveau confrontés à lui en Egypte.
  • Mais Joseph est devenu premier ministre de l’Egypte.
  • Joseph a tous les pouvoirs et de quoi manger en période de famine.
  • Inutile de dire que les frères esclavagistes sont pétrifiés !!!

Mais Joseph fait cette belle observation :

Vous aviez projeté de me faire du mal,

Dieu l’a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui,

pour sauver la vie à un peuple nombreux.

Genèse 50. 20

Idem pour Etienne

C’est le même constat que nous pourrions faire suite au long passage que nous avons médité la dernière fois dans les chapitres qui parlent d’Etienne dans le livre des Actes (Actes 6: 8 – 8: 3 (Bible S21))

Persécution XXL

Une terrible persécution s’abat sur l’Eglise naissante de Jérusalem après l’exécution d’Etienne. De nombreux croyants fuient Jérusalem pour aller en Judée et en Samarie, nous dit le texte de Actes 8 . 1 :

Ce jour-là, une grande persécution éclata contre l’Eglise de Jérusalem

et tous,

à l’exception des apôtres,

se dispersèrent dans les diverses régions

  • de Judée
  • et de Samarie.

Renversement de vapeur

Finalement, les persécuteurs de l’Eglise, Saul en tête, pensaient mettre un coup d’arrêt à la vie de l’Évangile, mais c’est l’inverse qui se produit !

Progression de l’Evangile sous la persécution

Malgré la persécution, l’Évangile atteint clairement les étapes de progression annoncées par Jésus en Actes 1. 8

Mnémotechnique

On pourrait dire que Actes 8 . 1 est une des réponses à Actes 1. 8 !

(Sympa au niveau mnémotechnique :-))

Aspect surligné dans le texte du jour

Le texte de ce matin enfonce le clou : il commence et finit par une mention de la Samarie et par l’annonce positive de l’Évangile dans les villes de cette région. C’est comme si notre texte était encapsulé par la « Samarie » pour qu’on en comprenne bien l’importance.

Les samaritains

Qui étaient ces Samaritains ?

J’ai vu que leurs origines étaient assez débattues :

Il semble que leur origine vient des populations qui avaient pris place sur les terres des Juifs déportés et qui avaient adopté le judaïsme.

Ce qui est certain, c’est qu’à l’époque, les Samaritains étaient considérés comme une population de seconde classe (aux yeux des Juifs de « souche parfaite »), trivialement, on les voyait comme des « bâtards ». « Samaritain » était une insulte juive de l’époque !

Etapes avant les païens

Si Jésus mentionne que l’évangile doit les atteindre, c’est un peu un palier progressif, certes en terme géographique mais aussi identitaire avant que l’évangile n’atteigne les païens.

Lecture

Texte du jour Actes chapitre 8

4 Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu et annonçaient la bonne nouvelle de la parole.

5 Philippe descendit dans la ville de Samarie et y prêcha le Christ.

6 Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe,

lorsqu’elles apprirent et virent les signes miraculeux qu’il accomplissait.

7 En effet, des esprits impurs sortaient de beaucoup de démoniaques en poussant de grands cris et beaucoup de paralysés et de boiteux étaient guéris.

8 Il y eut une grande joie dans cette ville.

9 Un homme du nom de Simon se trouvait déjà dans la ville.

Se présentant comme un personnage important,

il exerçait la magie et provoquait l’étonnement du peuple samaritain.

10 Tous, du plus petit jusqu’au plus grand, l’écoutaient attentivement et disaient:

«Cet homme est la puissance de Dieu, [celle qui s’appelle] la grande.»

11 Ils l’écoutaient attentivement parce qu’il les avait depuis longtemps étonnés par ses actes de magie.

12 Mais, quand ils eurent cru à Philippe qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.

13 Simon lui-même crut aussi et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe; il voyait avec étonnement les [grands] miracles et signes qui s’accomplissaient.

14 Les apôtres qui étaient à Jérusalem apprirent que les habitants de la Samarie avaient fait bon accueil à la parole de Dieu, et ils leur envoyèrent Pierre et Jean.

15 Ceux-ci descendirent et prièrent pour eux afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit. 16 En effet, il n’était encore descendu sur aucun d’eux;

ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.

17 Alors Pierre et Jean posèrent les mains sur eux et ils reçurent le Saint-Esprit.

18 Voyant que l’Esprit [saint] était donné lorsque les apôtres posaient les mains sur les gens, Simon leur offrit de l’argent 19 en disant:

«Accordez-moi aussi ce pouvoir afin que celui sur lequel je poserai les mains reçoive le Saint-Esprit.»

20 Mais Pierre lui dit:

«Que ton argent soit perdu avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’achète à prix d’argent! 21 Tu n’as ni part ni héritage dans cette affaire, car ton cœur n’est pas droit devant Dieu.

22 Renonce donc à ta méchanceté et prie le Seigneur pour que cette pensée de ton cœur te soit pardonnée, si c’est possible.

23 En effet, je vois que tu es rempli d’amertume et prisonnier du mal.»

24Simon répondit:

«Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit.»

25Après avoir rendu témoignage et prêché la parole du Seigneur,

Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, annonçant la bonne nouvelle dans beaucoup de villages des Samaritains.

L’Evangile arrive en Samarie

Comme l’autre assistant d’Etienne

Philippe, assistant de l’église de Jérusalem, sert Christ, aussi bien pratiquement (distribution de l’aide sociale aux croyantes veuves) que par l’annonce de l’Evangile.

Même méthodologie

Ce qui se passe à Samarie est identique à ce que Jésus, les douze apôtres et Etienne ont fait. La prédication est crédibilisée par des signes extraordinaires (miracles) pour montrer que c’est la même inspiration, le même évangile que Jésus et les douze apôtres, il n’y a donc aucune divergence.

Rappels méticuleux

A chaque étape de Actes : 8

  • Jérusalem,
  • la Judée,
  • la Samarie,
  • les extrémités de la terre,

nous allons être confrontés à certains marqueurs qui montrent que c’est le même message et le même évangile.

Mêmes marqueurs mais pas toujours la même méthodologie

Souvent, nous avons les mêmes marqueurs :

  • miracles,
  • prédication de l’Evangile,
  • réception évidente du Saint-Esprit
    • – par exemple:
      • des fois parlent des langues automatiquement,
      • ou langues de feu au dessus des têtes –
  • inauguration de l’arrivée de l’Evangile par un apôtre : Pierre en particulier.

C’est pas toujours les mêmes évènements qui se produisent:

  • parfois des miracles, mais parfois pas (par exemple, Corneille : Actes 10 ),
  • parfois pour inaugurer l’avancée de l’Evangile, demandes
    • par la prière au Saint-Esprit
    • + l’imposition des mains (mais c’est pas le cas toujours avec Corneille : Actes 10 )

Il y a cependant suffisamment d’évènements clairs qui nous montrent que c’est toujours le même évangile.

Inauguration non normative pour nous, mais hyper compréhensible

Cette phase d’inauguration de l’Evangile n’est pas normative mais, en même temps, elle ne laisse jamais dans la confusion.

Nous comprenons bien que c’est le même message depuis Jésus.

Accueil chaleureux de l’Evangile

L’Evangile reçoit un accueil chaleureux en Samarie. En opposition à la fermeture à Jérusalem. Le contraste est bien mis en évidence dans le plan du livre de Actes :

Le refus des Juifs profite aux autres

C’est un peu un camouflet, c’est les Samaritains qui acceptent l’évangile !

C’est aussi la même situation qu’avec Jésus quand on observe les évangiles. Le refus de son peuple, les Juifs, principalement par les autorités politico-religieuses, conduit Jésus à s’adresser aussi à ceux qui n’étaient pas les premiers à être logiquement concernés.

Là, la persécution à Jérusalem est finalement une bénédiction pour la Judée et pour la Samarie.

Pour approfondir le sujet :

Ce qui accompagne cette première proclamation de l’évangile

La proclamation de l’Evangile s’accompagne donc ici aussi de délivrances de la servitude occulte, santés retrouvées pour quelques uns.

But des miracles :

Jean 20

30 Jésus a accompli encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres signes qui ne sont pas décrits dans ce livre.

31 Mais ceux-ci ont été décrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

Cette première proclamation s’accompagne de joie

Et la joie préside, alors que le texte précédent nous parlait de persécution. Actes 8

8 Il y eut une grande joie dans cette ville.

La nouvelle arrivée de l’Evangile, inaugurée par Pierre

Les apôtres et notamment Pierre sont témoins de l’arrivée de l’Evangile.

La présence de Pierre « inaugure officiellement » cette arrivée comme dans les différentes étapes de la progression de l’évangile.

Les missions des premiers apôtres étaient particulières

  • Pierre est l’outil de cette « officialisation » (don du Saint-Esprit, ici notamment par son action de Pierre et Jean). Nous voyons que Philippe n’a pas eu ce rôle.


Mission fondatrice des douze apôtres + Paul

Cet exemple, parmi d’autres, montre que les apôtres, les douze puis Paul, ont eu un ministère totalement unique pour lancer et cadrer le début de l’Eglise.

Tous les autres ministères de croyants seront différents du leur sur ce plan.

Le terme « apôtre » dans le sens des débuts de l’Eglise n’existe plus maintenant.

C’est pour cela que le verset d’Ephésiens 2: 20 appuie sur cette part constitutive, fondatrice de l’Eglise faite par les apôtres :

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

21 C’est en lui que tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

22 C’est en lui que vous aussi, vous êtes édifiés avec eux pour former une habitation de Dieu en Esprit.

Conséquences et importance

L’Eglise n’est pas à réinventer. Les bases solides sont posées. Nous avons notre part dans cette construction et notre part ne sera jamais la même que celle des apôtres. C’était unique.

Imposition des mains et don du Saint-Esprit

Comprenant bien ce rôle particulier des apôtres, il est plus facile de saisir ce qui se passe avec l’imposition des mains et le don du Saint Esprit.

En effet, suite à l’acceptation de l’Evangile par les Samaritains, Pierre et Jean sont conduits à prier en imposant les mains pour que les croyants baptisés reçoivent le Saint-Esprit.

L’imposition des mains n’a rien de magique. C’est un geste officiel d’association, de solidarité et de désignation.

Et je peux vous dire que ce n’était pas un geste anodin pour un Juif de le faire à un Samaritain, l’Evangile avait bien travaillé le coeur des apôtres.

C’est comme si un Juif orthodoxe actuel le faisait avec un Palestinien, à titre d’illustration.

C’est un rôle inaugural : Pierre et Jean n’ont pas « le fluide » du Saint-Esprit en eux qu’ils transmettraient ensuite à leurs initiés.

D’ailleurs, il est question dans le texte du jour, que le Saint-Esprit doit « descendre » (verset 16). Ce n’est donc pas dans les apôtres qu’il y aurait une force qu’ils transmettraient.

Manières de faire uniques dans le livre des Actes

L’arrivée du Saint Esprit s’est faite parfois, mais pas toujours, comme cela dans le livre des Actes.

  • Nous n’avons plus cette mention dans les épîtres.
  • Même dans le livres des Actes, deux chapitres plus loin (donc le 10), l’arrivée du Saint-Esprit ne se fait pas comme cela.


Différent pour nous aujourd’hui

Nous ne pouvons donc pas en retirer que ce qui s’est fait du temps des Actes est une manière de faire pour les croyants d’aujourd’hui.

  • Ce qui correspond aux croyants de maintenant est exposé dans les épîtres.

Dimanche 6 juin 2021, j’ai assisté et été très content de procéder au baptême d’une de mes filleules. Elle n’a pas reçu le Saint-Esprit après, c’était déjà fait, suite à son acceptation de Christ comme Sauveur et Seigneur.

Dieu donne complètement le Saint-Esprit

Tous les disciples de Christ reçoivent le Saint-Esprit suite à leur acceptation de Christ comme Sauveur et Seigneur. Ils le reçoivent généreusement et complètement. Il n’y a pas besoin d’une deuxième couche ou de piqûre de rappel comme pour les vaccins.

Quand l’apôtre Paul écrit à l’église de Corinthe, il a du travail ! C’était une église assez disfonctionnelle. Leur arrière-plan culturel les conduisait à une vie d’Eglise assez choquante.

Pourtant Paul dit d’eux qu’ils ont tous été « immergés » (baptisé) dans la personne du Saint-Esprit.

1 Corinthiens 12: 13

Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul corps et nous avons tous bu à un seul Esprit.

Dieu donne d’une manière pleine et entière même à des croyants qui avaient visiblement beaucoup de choses à régler.

Dieu donne d’une manière pleine et entière pour les personnes qui se tournent réellement à Lui par Jésus.

Simon ?

Le sujet du don de l’Esprit nous amène à considérer l’exemple de Simon qui est l’inverse de la personne que Philippe va rencontrer dans la suite ce texte Actes 26: 40

Contraste (importance du plan d’un livre biblique) :

  • L’eunuque éthiopien reçoit de tout coeur l’évangile, il lit la Parole de Dieu
  • Simon adopte les codes et espère pouvoir tirer profit de cette situation mais n’a visiblement pas accepté Christ. Il absorbe toutes les techniques pour se donner de la puissance.

Qui est Simon ?

Situation de départ, un personnage important, il subjugue les Samaritains.

Ambiguïté sur la perception de la divinité

On lui attribue un pouvoir divin,  verset 10

Tous, du plus petit jusqu’au plus grand, l’écoutaient attentivement et disaient:

«Cet homme est la puissance de Dieu,

En Grec « Dumanis » utilisé plus tard par les théologiens pour parler du Fils et du Saint-Esprit

La suite de sa vie semble aussi cultiver cette ambiguïté. Il semble se prendre pour Dieu (-voir plus loin -)

Il subjugue, c’est certain

Le monde qui entourait les personnages de ce type n’est pas uniquement démoniaque. C’est plutôt un mélange de savoir sérieux et scientifique de l’époque, d’illusion (prestidigitation), de croyances religieuses multiples, idolâtres, initiatiques et de liens et pouvoirs occultes. Pour résumer, on pourrait dire qu’il n’y avait pas trop de frontière entre astronomie et  astrologie !

Certainement les mages qui viennent adorer Jésus avaient une bonne partie de ce pedigree !

Réel pouvoir

Leurs pouvoirs n’étaient pas négligeables. Nous voyons que toute la population des Samaritains est subjuguée par ce qu’arrivait à faire Simon.

La Bible nous mentionne par exemple le pouvoir qu’avaient certaines personnes pour faire un peu des choses semblables à Moïse devant Pharaon au début des fameuses plaies d’Egypte :

  • Le bâton changé en serpent,
  • L’eau changée en sang (plaie n° 1),
  • Les grenouilles (plaie n° 2).

Exode chapitre 7 à chapitre 8, verset 11

Ils ne pourront pas suivre parce que le pouvoir occulte est limité.

Il n’est pas celui du créateur (le monde occulte est la création céleste de Dieu révoltée. Il n’est de loin pas à hauteur de Dieu.)

  • Les moustiques et toutes les autres plaies (plaie n° 3 et suivantes).

Exode chapitre 8 , versets 12 et suivants

Simon lui aussi dépassé par Dieu

C’est un peu le constat de Simon : ce qu’il voit être fait par l’entremise de Philippe dépasse largement ce qu’il a pu faire. D’ailleurs, les Samaritains l’ont bien compris et ils se détournent de lui au profit de Philippe.

Simon rejoint l’évangile ?

Dans un premier temps, il semble que Simon abandonne ce qu’il était pour l’évangile :

  • Simon croit au même titre que les autres Samaritains,
  • Simon se fait baptiser au nom de Jésus comme les autres Samaritains qui croient.

La foi n’était pas en Christ

Cependant on comprend par la bouche de Pierre, éclairé par Dieu et par Son Esprit, que Simon a cru à la force qu’il pourrait tirer de Jésus par le Saint-Esprit et il s’est donc plié au cérémoniel et à l’initiation (dans sa conception), pensant acquérir les mêmes capacités que Philippe qui lui a enlevé son prestige.

Une transaction montre le fond de son coeur

Le fond de son coeur est démasqué quand il a voulu acquérir le pouvoir des apôtres par de l’argent.

D’où lui vient cette idée ?

Pourquoi fait-il cela ?

La prestidigitation

C’est la pratique dans le monde de la prestidigitation, par exemple. Pour t’apprendre un tour, il faut payer celui qui te l’enseigne. Un tour de prestidigitation s’achète

J’ai une connaissance qui fait de la prestidigitation et une fois, je lui ai demandé de m’expliquer un de ses tours mais il m’a dit que ce n’était pas possible car il avait dû acheter l’explication. Il n’allait donc pas la vulgariser gratuitement.

Monde occulte

Mais sur le plan occulte, ceux qui sont les plus forts, les plus puissants, c’est ceux qui acquièrent les pouvoirs les plus forts.

Exactement comme les pouvoirs dans les jeux vidéo : il y a un aspect de puissance et/ou de cumul.

Aparté exorcisme (même mécanisme)

À ce titre, un exorciste sera très vraisemblablement quelqu’un de plus chargé en force occulte puissante qui pourra mater une personne atteinte d’esprits moins puissants.

Conséquences:

  • on ne règle pas le problème,
  • on se met sous une coupe de domination plus importante.

Même les « prières », c’est à dire les incantations, ne sont jamais gratuites.

  • Argent ou pas, c’est la vie de la personne qui est toujours la monnaie, (le monde occulte ne donne jamais mais transfère ou échange, par exemple, la tentation de Jésus : Satan propose de tout donner à Jésus en échange de son obéissance, sa soumission et  son adoration. Matthieu 4: 1-11 ).

C’est la dynamique de Simon

Donc Simon est dans cette dynamique : il pense que Jésus, l’Evangile, le Saint-Esprit

sont des pouvoirs plus intéressants, plus forts qu’il les lui faut pour qu’il retrouve son statut, son influence, sa domination et son prestige dans la société samaritaine.

Dieu stoppe Pierre de cette fausse conception

Dieu conduit Pierre à démasquer l’horreur de cette fausse conception incrustée dans le coeur de Simon et de cette logique inspirée de la tradition humaine et du monde occulte.

Cela pousse-t-il Simon à la repentance ?

On pourrait croire, espérer que Simon va être touché dans son coeur et vraiment se tourner à Christ.

Peur pour lui mais pas repentance

Mais, il a peur pour lui mais pas de repentance (la repentance est toujours tournée vers Dieu, sinon c’est du remords quand c’est personnel), il ne prie pas lui-même et demande aux apôtres de prier pour qu’il ne lui arrive rien. A nouveau les conséquences mais pas le coeur.

Cocktail qui l’enferme

L’apôtre Pierre discerne que ses pensées sont colonisées par la méchanceté l’amertume et le règne du mal.

Suivre le mouvement de l’évangile par intérêt

  • Simon a suivi le mouvement des Samaritains parce qu’il perdait de l’influence, il a pensé récupérer un pouvoir supplémentaire et plus fort pour retrouver sa place et son influence.

Il croit à côté de l’Evangile

Il a bien cru aux miracles et au pouvoir du Saint-Esprit mais pas à l’auteur des miracles (Dieu/Christ). Son coeur n’a pas été touché, il n’a rien compris à l’évangile.

Coeur insensible

Il n’a pas offert un terreau favorable à ce que l’évangile puisse prendre sa mesure. Il est resté comme un terrain dur, du roc. (Parabole des terrains Luc 8: 4-15 ).

Et après ?

Qu’est devenu Simon ?

L’Eglise primitive affirme que Simon est un des fondateurs, avec son successeur  Menander du gnosticisme et qu’ils se considéraient comme Dieu incarné !

(Dans le gnostique il y a toujours l’idée d’initiation à une dimension spirituelle qui n’est accessible qu’aux personnes qui ont ce savoir, totalement inverse à ce que Jésus a montré. Il a presque tout fait en public de manière transparente et totalement compréhensible et accessible par la Bible.)

Simon a donné le terme « simonie »: acheter des charges ecclésiastiques.

La simonie consiste en l’achat, la vente de biens spirituels, de sacrements, de postes hiérarchiques, de charges ecclésiastiques ou de services intellectuels. Elle s’est développée principalement au Moyen Âge et au début de la Renaissance, en violation du concile de Chalcédoine.

Remarque sur le baptême

Petite aparté : Simon a été baptisé au nom de Jésus, ça n’a pas métamorphosé sa vie,

le baptême ne lui a rien apporté, conféré de spirituel ou changé.

Le geste du baptême en-lui-même n’a pas une force en lui-même.

Le baptême biblique n’a de sens que s’il reflète une réalité intérieure d’une personne touchée par l’horreur de ce qu’elle est et qui s’est complètement abandonnée en Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur de sa vie.

En cela, nous comprenons en tant qu’assemblée le baptême au sens biblique (comme beaucoup d’églises évangéliques dont les églises baptistes ( https://associationbaptiste.org ) et non au sens traditionnel (comme les églises historiques).

Donc, le baptême se pratique par immersion. Il doit découler d’une conversion authentique et dune confession de foi consciente en Jésus-Christ. Le baptême est un acte unique dobéissance, par lequel le croyant manifeste quil est mort au péché et vivant pour Christ. Il est le signe de la rémission des péchés du croyant en Christ et de loffrande de sa vie à Dieu. Il exprime sa résolution de vivre pour Dieu et matérialise son appartenance à l’Église.

Ce que nous dit ce texte

L’évangile pour toutes les familles de la terre

Déjà l’évangile progresse de manière identique au-delà du cercle juif au-delà de Jérusalem et de la Judée. Les promesses de Jésus (Actes 1: 8 ) s’accomplissent tout comme celles de l’Eternel à Abraham (Genèse 12: 3 b « Toutes les familles de la terre seront bénies en toi.»).

Pas se tromper de foi

Différence entre croire l’évangile ou graviter avec le monde de l’évangile.

L’Evangile, c’est la compréhension que nos vies perdues  et qu’elles sont en horreur vis à vis de Dieu et qu’elles n’ont d’issu qu’en Christ comme Sauveur et Seigneur de nos vies.

Ce que n’est pas l’Evangile : des rites et des attitudes d’Eglise.

Ce n’est pas un aspect en plus dans ma vie.

L’évangile est une métamorphose de nos vies abandonnées dans les mains de Christ. Romains 12. 1-2

1 Je vous encourage donc, frères et sœurs, par les compassions de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés (métamorphosés, littéralement) par le renouvellement de l’intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

Les effets de la foi ne sont pas la foi qui sauve

Les effets de la foi ne sont pas la foi qui sauve

  • Simon a cru aux miracles et au pouvoir du Saint-Esprit, mais ça n’a pas changé son coeur, les miracles ne sauvent pas.
  • Le Saint-Esprit n’est pas le Sauveur, il n’est pas allé à la croix.

Et pour nous ?

C’est une bonne question pour nous :

Fréquentons-nous une assemblée par habitude depuis toujours ? Sommes-nous dans    le mouvement comme Simon ?

Ou venons-nous parce que Christ est notre Sauveur et Seigneur et par reconnaissance et admiration, nous sommes là pour Christ ?

Croire n’est pas une fin en soi

Croire ne suffit pas, c’est en quoi nous croyons et comment nous croyons qui importe.

Simon a cru a tout ce qui était évident et visible : miracles et signes d’Eglise comme le baptême.  Peut-être croyait-il en Dieu ? Mais, les démons croient en Dieu. Jacques 2: 19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu? Tu fais bien; les démons aussi le croient, et ils tremblent.

Différence de contenu

  • Mais c’est autre chose de croire dans la réalité de Dieu (qu’Il existe) et croire dans le sens de remettre sa vie dans les mains de Dieu par Christ, parce que nous avons compris que nous sommes pécheurs.

On peut :

  • fréquenter une église,
  • aimer les histoires de Jésus,
  • trouver les développements cohérents,
  • aimer la louange, l’ambiance de l’Eglise,
  • croire à la « magie » du Saint-Esprit,
  • trouver les personnes plus ou moins sympathique,
  • apprécier l’amour fraternel et la communauté.

Mais les histoires de Jésus ne sauvent pas.

C’est Jésus qui sauve !

La théologie ne sauve pas.

C’est Jésus qui sauve !

Le feu de la louange ne sauve pas.

C’est Jésus qui sauve !

L’amour et la paix fraternels ne sauvent pas.

C’est Jésus qui sauve !

Le Saint-Esprit n’est pas aller en croix pour le pardon des péchés. Il ne sauve pas

C’est Jésus qui sauve !

L’Église ne sauve pas.

C’est Jésus qui sauve !

Ambiance & coeur de l’évangile

On peut être dans « le groove » de l’Eglise depuis des années, depuis son enfance, et être passé à côté de l’essentiel !

La foi qui sauve, c’est une personne : Jésus-Christ mort et ressuscité,  à cause

  • du péché de l’humanité,
  • donc du mien

et que je suis

  • coupable et
  • perdu éternellement.

Romains 3: 23 , 5: 12 et 8: 1

Qu’Il a porté la condamnation qui me revenait, Son sacrifice a été entièrement recevable par Dieu et Il a eu la victoire sur la mort, donc sur le péché.

C’est pour cela que Christ est au coeur de notre foi qui se donne à Lui.

Rien ne s’achète

Il n’y a aucune « simonie » dans l’Eglise de Christ. Rien ne s’achète, tout est donné généreusement par grâce, par Christ. Tout ce qui est de l’échange, de l’achat fait partie des traditions humaines et du monde occulte !

Don généreux de Dieu du Saint-Esprit

Notamment le Saint-Esprit.

Dieu le donne totalement à chaque personne qui abandonne sa vie perdue à Christ comme Seigneur et Sauveur de sa vie.

Le passage de 1 Corinthiens 12: 13 concerne des croyants en Christ qui avaient beaucoup de progrès à faire !

En effet, que nous soyons juifs ou grecs, esclaves ou libres, nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul corps et nous avons tous bu à un seul Esprit.

Baptisés : littéralement, immergés définitivement (comme des cornichons dans un bocal de vinaigre)

Conséquences pratiques de vie de foi

Il n’y a donc pas besoin d’en demander plus ou davantage de l’invoquer ou de le prier.

C’est une double erreur.

  • le Saint-Esprit
    • nous aide,
    • nous inspire à prier Dieu et Jésus. Le Saint-Esprit n’est pas le but de la prière . C’est l’Eternel et son Fils Jésus Christ qui en sont le but.
  • Invoquer le Saint-Esprit correspondrait à imiter les pratiques traditionnelles humaines, voire occultes.

En cela la prière ou les cantiques pour faire venir le Saint-Esprit ou en avoir plus sont au minimum inutiles.

Dieu a donné généreusement et au-delà même que ce que notre imagination pourrait concevoir.

Une juste demande

Le problème n’est pas d’avoir plus de Saint-Esprit, mais qu’il agisse plus en moi.

Favoriser l’action du Saint-Esprit par un coeur et des pensées bien disposées à ses suggestions, un terreau favorable. On peut prier en ce sens. Psaume 51: 12

  • Par la prière à Dieu et à Christ qui répond ainsi aux suggestions du Saint-Esprit
  • Par la lecture de la Parole de Dieu, la Bible,
    • complètement écrite par des hommes et
  • Fréquenter des personnes qui vivent aussi avec l’inspiration du Saint-Esprit, les croyants et donc normalement disciples de Christ.

Pas de gourou transmetteur du Saint-Esprit

Le Saint-Esprit n’est pas transmis par quelqu’un (c’est une conception tirée de la magie),

mais c’est Dieu qui le donne.

2 Corinthiens 1: 21 (Louis Segond)

21 Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, 22 lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos coeurs les arrhes de l’Esprit.

Intéressant

Les arrhes ne peuvent être retirées.

Une fois versées, elles restent la propriété de celui qui les a reçues (c’est différent d’un acompte qui peut être restitué si l’affaire ne se fait pas).

La présence du Saint-Esprit est une garantie éternelle de notre appartenance à Dieu par Christ.

L’illusion finit toujours par être démasquée

On peut tromper ceux de notre entourage en « croyant » ou en se faisant baptiser, mais il arrive toujours un moment où l’expression de la foi montre ce qu’est la réalité du coeur.

La parabole de « L’ivraie et le bon grain » Matthieu 13: 24-30 montre finalement la vraie nature des graines plantées : une semence utile attendue, le blé et une semence inutile, la mauvaise herbe, semée par un ennemi. Au début, on ne voit pas la différence, après que l’un et l’autre aient poussé, il n’y a pas photo ! On voit tout de suite ce qui est du blé ou de la mauvaise herbe !

On peut faire style au milieu des enfants de Dieu mais au final, ce qui est dans le coeur se révèlera.

Reconnaissance

Qu’est-ce que c’est bon d’être à Christ, c’est parfait et clair.

Il n’y a rien de louche, nous sommes face à la générosité, au relèvement pas dans l’asservissement. Mais dans l’équité quels que soient notre point de départ ou nos origines, il n’y a pas besoin de conditionnements, de rites, d’argent, de pouvoirs;  c’est la simplicité et la vérité des coeurs.

Des textes comme cela me poussent à apprécier toujours davantage Christ.

Ce qu’Il fait est transparent.

Le verset qui m’a donné de la joie, c’est le verset 8

8 Il y eut une grande joie dans cette ville.