Actes #6: Pas de duplicité dans l’église (Actes 4)

Actes #6: Pas de duplicité dans l'Eglise. Actes 4:32-5:11 (Actes 4) ; Patrice Berger

Prédication de Patrice Berger, 2021-04-11, église AB Lausanne-Renens

titre: Actes #6: Pas de duplicité dans l'Eglise. Actes 4:32-5:11 , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé :

L’Eglise de Christ n’est pas une religion qui m’arrange où je fais bonne figure devant les croyants et en étant tout autre, loin de leurs regards. La vie du disciple de Christ est identique en privé et en public. Dieu le souligne d’une manière évidente et tragique pour que personne n’adopte l’hypocrisie. Jésus a été transparent, vrai dans toute sa vie, alors l’Eglise de ses disciples doit en faire de même.

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Actes 4 ou la Bible NEG 1979 Actes 4 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Actes 4 / Bible Segond21

1. Pierre et Jean parlaient encore au peuple quand survinrent les prêtres, le commandant des gardes du temple et les sadducéens.
2. Ils étaient excédés parce que les apôtres enseignaient le peuple et annonçaient la résurrection des morts dans la personne de Jésus.
3. Ils les arrêtèrent et, comme c'était déjà le soir, ils les mirent en prison jusqu'au lendemain.
4. Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, ce qui porta le nombre des hommes à 5000 environ.
5. Le lendemain, les chefs du peuple, les anciens et les spécialistes de la loi se rassemblèrent à Jérusalem
6. avec le grand-prêtre Anne, Caïphe, Jean, Alexandre et tous ceux qui étaient de la famille du grand-prêtre.
7. Ils firent comparaître Pierre et Jean au milieu d'eux et leur demandèrent: «Par quelle puissance ou quel nom avez-vous fait cela?»
8. Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit: «Chefs du peuple et anciens [d'Israël],
9. on nous interroge aujourd'hui sur un bienfait accordé à un infirme, afin que nous disions comment il a été guéri.
10. Sachez-le bien, vous tous, et que tout le peuple d'Israël le sache: c'est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, celui que vous avez crucifié et que Dieu a ressuscité, oui, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.
11. Jésus est la pierre rejetée par vous qui construisez et qui est devenue la pierre angulaire.
12. Il n'y a de salut en aucun autre, car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.»
13. Lorsqu'ils virent l'assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, car ils savaient que c'étaient des hommes du peuple sans instruction et ils les reconnaissaient pour avoir été avec Jésus.
14. Mais comme ils voyaient debout avec eux l'homme qui avait été guéri, ils n'avaient rien à répliquer.
15. Ils leur ordonnèrent de sortir du sanhédrin, puis ils délibérèrent entre eux
16. en disant: «Que faire à ces hommes? En effet, ils ont accompli un signe miraculeux évident, c'est clair pour tous les habitants de Jérusalem et nous ne pouvons pas le nier.
17. Mais, afin que cela ne se propage pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces de parler désormais à qui que ce soit en ce nom-là.»
18. Alors ils les appelèrent et leur interdirent absolument de parler ou d'enseigner au nom de Jésus.
19. Pierre et Jean leur répondirent: «Est-il juste, devant Dieu, de vous écouter, vous, plutôt que Dieu? Jugez-en vous-mêmes.
20. Quant à nous, nous ne pouvons pas ne pas annoncer ce que nous avons vu et entendu.»
21. Les chefs du peuple leur firent de nouvelles menaces et les relâchèrent. A cause du peuple, ils ne trouvaient pas le moyen de les punir, parce que tous attribuaient à Dieu la gloire de ce qui était arrivé.
22. En effet, l'homme qui avait bénéficié de cette guérison miraculeuse était âgé de plus de 40 ans.
23. Une fois relâchés, Pierre et Jean allèrent trouver les leurs et racontèrent tout ce que les chefs des prêtres et les anciens leur avaient dit.
24. Après les avoir écoutés, ils s'adressèrent tous ensemble à Dieu en disant: «Maître, tu es le Dieu qui as créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve,
25. c'est toi qui as dit [par le Saint-Esprit,] par la bouche de [notre père,] ton serviteur David: Pourquoi cette agitation parmi les nations et ces préoccupations dépourvues de sens parmi les peuples?
26. Les rois de la terre se sont soulevés et les chefs se sont ligués ensemble contre le Seigneur et contre celui qu'il a désigné par onction.
27. Il est bien vrai qu'Hérode et Ponce Pilate se sont ligués [dans cette ville] avec les nations et les peuples d'Israël contre ton saint serviteur Jésus, que tu as consacré par onction;
28. ils ont accompli tout ce que ta main et ta volonté avaient décidé d'avance.
29. Et maintenant, Seigneur, sois attentif à leurs menaces et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance,
30. déploie ta puissance pour qu'il se produise des guérisons, des signes miraculeux et des prodiges par le nom de ton saint serviteur Jésus!»
31. Quand ils eurent prié, l'endroit où ils étaient rassemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.
32. La foule de ceux qui avaient cru n'était qu'un coeur et qu'une âme. Personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils mettaient tout en commun.
33. Avec beaucoup de puissance, les apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grande grâce reposait sur eux tous.
34. Il n'y avait aucun nécessiteux parmi eux: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu'ils avaient vendu
35. et le déposaient aux pieds des apôtres; et l'on faisait des distributions à chacun en fonction de ses besoins.
36. Joseph – celui que les apôtres surnommaient Barnabas, ce qui signifie «fils d'encouragement» –, un Lévite originaire de Chypre,
37. vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent et le déposa aux pieds des apôtres.

Idyllique

Ce type de passage a fait rêver beaucoup de personnes et de croyants avec le fantasme de revivre cet aspect communautaire, plutôt en mode d’en jouir que d’y contribuer !

En partie, ce n’est pas faux,  il y a quelque chose de beau dans ce qui se passe ici.

Pas beaucoup de précédents

Et je ne sais pas  s’il y a beaucoup d’exemples dans l’histoire de l’humanité où avec spontanéité cela s’est mis en place.

L’inspiration

Le moteur n’était pas politique, mais Christ.

Secours aux frères nécessiteux

Se traduisant par un amour concret face aux besoins des frères et soeurs dans le dénuement.

Démarche volontaire : notons que les démarches de vente semblent être volontaires et non contraintes (la suite du texte corroborera cette idée, chapitre 5, verset 4)

Situation bien plus délicate

Mais la réalité de cette entraide est un peu plus inspirée par l’urgence de la situation

que par la mise en place d’un idéal communautaire pour les croyants.

Accroissement extraordinaire

Nous l’avons vu précédemment, le nombre de disciples, dont la Bible nous fait écho dans le début des Actes,  se monte en tous cas à 5000 hommes, sans compter les femmes et les enfants (manière de compter à l’époque) et ceux qui se rajoutent quotidiennement.

C’est l’équivalent d’une belle ville déjà !

Rejet et reniement des disciples

A savoir aussi, quand une personne se tournait à Christ, elle était généralement exclue de sa famille, licenciée et déshéritée, c’était considéré comme une trahison !

Dramatique pour les veuves

Le problème se corsait davantage pour les veuves et leurs enfants qui n’avaient que le soutien de leur famille (voir Ruth, droit de rachat) et qui, en croyant, se retrouvaient à la porte sans ressource (pas d’aides sociales ou d’assurance chômage à l’époque : tu travailles, tu vis, si tu ne travaille pas tu n’as rien,  bien souvent le salaire est quotidien et pas mensuel), ce côté dramatique pour les veuves ressort souvent dans les Actes et dans les épîtres, car privées d’aides de leurs familles, il n’y avait absolument rien pour elles !

Situation encore d’actualité

Le rejet total : cette attitude n’est pas exclusive à la période antique car beaucoup de nos frères et soeurs en Christ vivent encore de la même manière, dans les pays où la religion

est liée à la culture, à l’état et à l’honneur familial. En Occident nous vivons « dans une bulle » !!!

Grande quantité de personnes dans la précarité

Donc un grand nombre de personnes se retrouvait du jour au lendemain dans la précarité, c’est ainsi que s’est créée une aide sociale spontanée.

Financement de l’aide sociale

Comment financer cette aide ? Certains vendaient volontairement des biens (terrains maisons) et donnaient de l’argent aux apôtres pour qu’ils en fassent la redistribution auprès de ceux et celles qui en avaient besoin.

Travail prenant

Nous verrons plus tard que ce travail devient tellement important qu’il faut trouver une solution pour décharger les apôtres de ce service « aux tables ».

« Service aux tables »

Ce n’est pas le service des plats pour le repas mais c’est des tables comme celles des changeur d’argents dans le temple. Ces tables servaient donc à la distribution de l’argent pour l’aide sociale.

Suite du texte

Le texte se poursuit avec deux attitudes différentes concernant la vente de biens mis à profit pour les croyants nécessiteux : d’un côté Barnabas, de l’autre Ananias et Saphira.

Actes- Chapitre 4

36 Joseph – celui que les apôtres surnommaient Barnabas, ce qui signifie

«fils d’encouragement» –,

un Lévite originaire de Chypre,

37 vendit un champ qu’il possédait,

apporta l’argent et le déposa aux pieds des apôtres.

Actes – Chapitre 5

1 Cependant, un homme appelé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété 2 et garda une partie du prix, en accord avec sa femme. Il apporta le reste et le déposa aux pieds des apôtres. 3 Pierre lui dit: «Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu aies menti au Saint-Esprit et gardé une partie du prix du champ? 4 S’il n’avait pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après l’avoir vendu, n’avais-tu pas le droit de disposer du prix? Comment as-tu pu former dans ton cœur un projet pareil? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.» 5 Quand Ananias entendit ces paroles, il tomba et expira. Une grande crainte s’empara de tous ceux qui l’apprirent. 6 Les jeunes gens se levèrent pour envelopper le corps, puis ils l’emportèrent pour l’enterrer. 7 Environ trois heures plus tard, sa femme entra sans savoir ce qui était arrivé. 8 Pierre lui adressa la parole: «Dis-moi, est-ce bien à ce prix que vous avez vendu le champ?» «Oui, répondit-elle, c’est à ce prix-là.» 9 Alors Pierre lui dit: «Comment avez-vous pu vous mettre d’accord pour provoquer l’Esprit du Seigneur? Ceux qui ont enterré ton mari sont à la porte et ils vont t’emporter, toi aussi.», 10 Elle tomba immédiatement aux pieds de l’apôtre et expira. Quand les jeunes gens rentrèrent, ils la trouvèrent morte et l’emportèrent pour l’enterrer à côté de son mari. 11 Une grande crainte s’empara de toute l’Eglise et de tous ceux qui apprirent ces événements.

Deux attitudes différentes

  • D’un côté, Barnabas fait les choses avec simplicité et transparence,
  • de l’autre côté Ananias et Saphira font visiblement croire qu’ils offrent la totalité de la vente alors que ce n’est qu’une partie.

Problème de dissimulation

Le sujet n’est pas dans l’obligation de tout donner ou qu’une partie, c’était libre. Mais de faire croire qu’ils donnaient tout (comme Barnabas), alors que ce n’était que partiel et que c’était délibéré de le faire croire car Ananias et Saphira se sont entendus pour dire ce qu’il fallait faire croire.

Mensonge aux hommes et au Saint-Esprit

C’était un mensonge, pas uniquement aux apôtres et à l’Eglise mais au Saint-Esprit qui inspire la transparence, alors qu’ici, Ananias et Saphira ont cédé à la dissimulation suggérée par Satan.

Qu’en retirer ?

Ce passage souligne l’importance d’être non seulement sensible aux suggestions du Saint-Esprit et de les vivre avec simplicité et transparence, en privé comme en public.

Et aussi que la dissimulation, l’affichage humain alors qu’il n’en est rien et la religiosité sont contraires à l’inspiration du Saint-Esprit et que c’est un mensonge face à son inspiration, face au St-Esprit, face à Dieu et aussi que c’est un mensonge face à la transparence simple qu’il inspire au croyant.

Principe1

La dissimulation, l’affichage – alors que ce n’est pas vrai – sont à bannir dans le peuple de Dieu et à bannir aussi dans l’Église.

Dieu cautionne des relations et des actions vraies, issues d’un coeur inspiré par l’Esprit de Christ.

Est-ce que Dieu foudroie toujours de la même manière ?

La question que pose ce texte est : est-ce qu’à chaque fois que nous avons usé de dissimulation face à ce que nous suggérait l’Esprit, face aux responsables de l’Eglise, face à l’Eglise, nous avons été foudroyés de mort instantanément ?

Il ne me semble pas.

Nous ne voyons pas plus de causes à effets de ce type dans les épitres.

Il y a quelque chose de particulier

Il semble que nous ayons ici quelque chose de particulier en lien avec le côté unique de l’histoire qui se déroule ici, dans livre des Actes pour l’Eglise et non quelque chose qui soit une norme.

Notamment,  ce drame avec Ananias et Saphira comme la situation communautaire dans laquelle l’Eglise s’est trouvée sont particulières au début de l’Eglise à sa phase inaugurale où l’évangile progresse dans le monde de l’époque.

Alors ?

Mais que veut dire un tel évènement si marquant ?

Y a-t-il eu d’autres précédents dans l’histoire du peuple de Dieu ?

Oui,  en tous cas une fois, en lien avec tout le peuple de Dieu (on peut aussi remarquer un cas personnel: Ghéhazi et le présent de Naaman le Syrien refusé par Elisée, autre dissimulation sanctionnée par Dieu, à méditer) et cela va nous aider à comprendre ce que Dieu veut nous dire ici.

Livre de Josué

C’est dans le livre de Josué : le peuple de Dieu – les Hébreux, sous la conduite de Dieu via Josué – entre dans le pays excellent que Dieu leur destine.

Tout consacré à l’Eternel

C’est le moment des conquêtes

A la première, celle de Jericho, tout le trésor métal et métaux précieux récupérés était pour l’Eternel (Josué 6/ 19), rien pour le peuple (certainement une offrande pour Dieu, idée de prémices pour l’Eternel…)

Dissimulation d’une partie du trésor

Mais un des soldats d’Israël a gardé et dissimulé pour lui

  • un costume Hugo Boos
  • 10 000 CHF en pièces
  • et un lingot d’or

J’ai transposé mais vous pourrez lire l’exact butin en Josué chapitre 7.

Conséquences pour tout le peuple

Ce qu’il y a de notoire dans son geste, c’est que cela a eu des conséquences néfastes et désastreuses pour tout le peuple qui se fait battre à plate couture à la bataille suivante.

Le coupable démasqué

Le peuple interroge l’Eternel :  Acan, ce soldat, est démasqué, lui et toute sa famille meurent.

Volé et menti à l’Eternel

L’Eternel souligne qu’il a volé et menti, Josué 7 : 11 volés et ont menti, et ils les ont cachés parmi leurs affaires.

Concordance entre les deux histoires

Ces deux évènements tragiques nous parlent d’une dissimulation qui apparemment n’est qu’aux « yeux des autres », de ceux qui nous entourent mais qui se révèle être une dissimulation aux yeux du peuple de Dieu (les Hébreux et les disciples) et même plus une dissimulation au yeux de Dieu (l’Eternel et le Saint-Esprit).

Dissimulation non caché pour Dieu

Dissimulation apparente car il n’en est rien. Dieu voit très clairement ce qui a été fait.

Condamnation de l’Eternel

Dieu condamne très sévèrement cette dissimulation aux yeux des hommes, ce mensonge à son encontre,  à ces deux moments importants de l’histoire de son peuple, à savoir que son peuple rentre dans une nouvelle étape.

Nouvelle étape pour les Hébreux

Pour les Hébreux, ils rentraient dans le pays promis. Et Dieu montre clairement qu’on ne le considère pas comme une divinité quelconque.

Mais il est Dieu, réel, personnifié et on ne le traite pas comme utilitaire pour avoir du pouvoir, la victoire puis après on gère ses petites affaires quand la bonne occasion se présente…

Nouvelle étape pour les disciples de Christ

De même, dans le livre des Actes, le peuple de Dieu, les disciples rachetés par Christ , rentrent dans cette nouvelle étape qu’est l’Eglise.

L’Eglise n’est pas une opportunité religieuse comme les autres croyances mais elle est conduite par Christ, réel, vivant et son Esprit inspire chacun des disciples.

L’Eglise ne se cantonne pas à un lien culturel, traditionnel et amical puis je gère mes affaires morales d’orientation de vie comme je l’entends ou suivant les opportunités dans le dos des autres disciples.

L’Eglise est le corps de Christ, une unité liée par le Saint-Esprit qui les inspire chacun. Elle n’est pas un agglomérat d’individualistes qui se retrouvent de temps à autres par intérêt.

Dieu à prendre au sérieux

Dieu avec l’évènement d’Ananias et Saphira montre qu’on ne Lui ment pas à la légère,  notamment quand le Saint-Esprit, l’Esprit de Christ, inspire un geste vertueux pour le détourner de son sens, que cette attitude, dans son peuple, dans l’Eglise de ses disciples, s’apparente à une pomme pourrie qui pourrait en contaminer d’autres par mimétisme.

C’est pour cela qu’Il la retire tout de suite, dès le début de l’église, pour montrer l’exemple à ne surtout pas suivre.

Etre à Christ est différent

L’idée que l’Eglise des disciples de Christ est une religion d’une couleur différente et que je continue ma vie sans rien changer, sans tenir compte de ce que le Saint-Esprit me montre n’est même pas dans le domaine du possible.

Synthèse

Dans sa grâce, si Dieu ne frappe pas de mort instantanée tous ses disciples qui Lui mentent et qui ne tiennent pas compte des suggestions de l’Esprit, si Dieu ne frappe pas de mort instantanément tous ses disciples qui usent de dissimulations envers l’Eglise et qui mentent à ses responsables, Il nous invite clairement à vivre à chaque moment de notre vie, en présence des autres croyants ou non, dans la lumière, c’est à dire dans la transparence avec Dieu et son prochain et à bannir la dissimulation, qu’elle ne rentre même pas dans le domaine du possible. Il nous invite aussi à ne pas considérer la foi en Christ comme une religion mieux que les autres mais à une relation retrouvée avec Dieu par Christ.

Lumineux

Une relation vraie, transparente, sans ombre et sans gestes qui craignent la lumière du jour.

Constant quel que soit le public

Agissons d’une manière identique, donnant écho aux inspirations de l’Esprit, en privé comme en public, entre frères et soeurs en Christ comme avec ceux qui nous entourent.

Les religieux du temps de Jésus étaient les rois de l’affichage en public et de la rapine en privé, ne soyons ni l’un ni l’autre !

Soyons avec simplicité comme l’Esprit de Christ nous inspire à être, lumineux où que nous soyons et avec tous ceux avec qui nous sommes.

Qu’est-ce que j’apprends de

Dieu le Père

Il sait tout, jamais le moindre détail ne lui sera caché, Il aime les choses claires.

Il réprouve et sanctionne le mensonge et la dissimulation.

Le Saint Esprit

Le Saint-Esprit est Dieu  : versets 4 et 9.

Nous ne pouvons lui mentir en faisant sciemment l’inverse que ce qu’Il suggère, notamment quand on dissimule la vérité à nos frères et soeurs.

Qu’est-ce que j’apprends de moi, en tant qu’humain ?

On peut avoir un problème avec l’argent (idole, amour, ou pour garantir quelque chose), si le domaine de l’argent n’est pas remis simplement à Christ, Satan n’a plus qu’à donner une « pichenette » pour que nous basculions.

On peut avoir un problème avec la transparence et se réfugier dans la dissimulation rime avec facilité… pourtant c’est bien plus simple de vivre complètement en pleine lumière !

Quel est le verset à ne pas louper ?

Actes 5 : 3 : « Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu aies menti au Saint-Esprit et gardé une partie du prix du champ ? »

Voir aussi les notes de la prédication sur la duplicité dans la Bible dans Josué 5:  » Dieu ne tolère pas la duplicité »