Actes #20: Un unique sauveur pour tous quelque soit les cultures & traditions (Actes 17); PAtrice Berger 

Actes #20: Un unique sauveur pour tous quelque soit les cultures & traditions (Actes 17); PAtrice Berger

Nous sommes dans un contexte judéo-chrétien, mais si nous avions été dans un contexte musulman, bouddhiste, animiste…

Dieu en fonction de l’endroit ?

Notre Dieu serait-il alors le dieu du produit de notre culture ?

Dans le sens où la réalité de Dieu ou de la divinité doit ou devrait être interprétée, revue, en fonction du lieu où nous nous trouvons.

Conception territoriale

Croyance qui n’est pas nouvelle.

  • Déjà dans l’AT nous avons des réminiscences de ce type de croyance. Le dieu des peuples vaincus était emporté par le vainqueur si sa valeur et – stratégiquement c’était important – il emportait dans leur croyance la domination du lieu.
  • (L’arche de l’alliance et les Philistins 1 Samuel 5 et 6.
  • L’Eternel, dieu des montagnes ? pense l’entourage du roi de Syrie 1 Rois 20. 23)

Diversité de dieux ?

Y aurait-il plusieurs dieux?

S’il n’y en a qu’un, est-ce le bon ?

Si oui, qui est-Il, que fait-Il, qu’attend-Il de moi ?

Des cultures et croyances différentes

Le texte d’aujourd’hui est au coeur de ces questions plus sous l’angle du contexte culturel dans lequel l’Évangile est annoncé.

Que Jésus

Petit rappel

Cette question, nous nous l’étions déjà posée au chapitre 4 du livre des Actes : voir notes de prédication

Actes 4 : 12

Il n’y a de salut en aucun autre, car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

1 Timothée 2 : 5-6

En effet, il y a un seul Dieu et il y a aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes: un homme, Jésus-Christ, 6 qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.

Texte

Actes – Chapitre 17

1 Paul et Silas passèrent par Amphipolis et Apollonie et arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue.

2 Paul y entra, conformément à son habitude.

Pendant trois sabbats, il discuta avec eux à partir des Ecritures 3 en expliquant et démontrant que le Messie devait souffrir et ressusciter.

«Ce Jésus que je vous annonce, disait-il, c’est lui qui est le Messie.»

4 Quelques-uns d’entre eux furent convaincus et se joignirent à Paul et à Silas, ainsi qu’un grand nombre de non-Juifs qui craignaient Dieu et beaucoup de femmes importantes.

5 Cependant, les Juifs restés incrédules prirent avec eux quelques vauriens qui traînaient sur les places, provoquèrent des attroupements et semèrent ainsi le trouble dans la ville.

Puis ils se rendirent à la maison de Jason et cherchèrent Paul et Silas pour les amener vers le peuple.

6 Ne les ayant pas trouvés, ils traînèrent Jason et quelques frères devant les magistrats de la ville en criant:

«Ces gens qui ont bouleversé le monde sont aussi venus ici, 7 et Jason les a accueillis. Ils agissent tous contre les édits de l’empereur en prétendant qu’il y a un autre roi, Jésus.»

8 Par ces paroles ils troublèrent la foule et les magistrats, 9 qui ne relâchèrent Jason et les autres qu’après avoir obtenu d’eux une caution.

10 Aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Dès leur arrivée, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs. 11 Ces derniers avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique. Ils accueillirent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact. 12 Beaucoup d’entre eux crurent donc ainsi que, parmi les non-Juifs, un grand nombre de femmes en vue et d’hommes.

13 Mais quand les Juifs de Thessalonique apprirent que Paul annonçait la parole de Dieu aussi à Bérée, ils y vinrent pour agiter [et troubler] la foule.

14 Alors les frères firent aussitôt partir Paul du côté de la mer,

tandis que Silas et Timothée restaient à Bérée.

Vérifier le propos par les écritures

  • Les auditeurs de Paul à Bérée, ne voulaient pas se faire berner. Alors ils vérifiaient tous les jours dans les Écritures si ce que disait Paul était bien fondé dans les Écritures.

Actes 17

11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact.

Ce d’autant plus que nous sommes confrontés à une saturation de « prédicateurs » accessibles via le numérique, dont le principal objectif est de flatter l’orgueil avec le plus de vues possibles ou d’adeptes de leur enseignement ou encore le porte-monnaie avec des produits dérivés.

Face à cela, plus que jamais, confrontons ce que l’on entend à la Bible dans son ensemble, l’Ancien Testament à l’éclairage du Nouveau Testament (Hébreux 10 : 1) et les textes descriptifs à la lumière des paroles de Jésus et des épîtres (Ephésiens 2 : 20).

L’Evangile à Athènes

Là, le contexte n’est pas le même. Les personnes d’origines grecques ne connaissent rien de la révélation de l’Eternel dans les écrits de l’Ancien Testament. Il va donc falloir montrer l’Eternel sous un autre angle pour ensuite parler de l’oeuvre de Christ.

15 Ceux qui accompagnaient Paul le conduisirent jusqu’à Athènes. Puis ils repartirent, chargés de transmettre à Silas et à Timothée l’ordre de le rejoindre au plus tôt.

16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, son esprit était profondément indigné à la vue de cette ville pleine d’idoles.

17 Il s’entretenait donc dans la synagogue avec les Juifs et les non-Juifs qui craignaient Dieu, et chaque jour sur la place publique avec ceux qu’il rencontrait.

18 Quelques philosophes épicuriens et stoïciens se mirent à parler avec lui. Les uns disaient:

«Que veut dire ce discoureur?»

D’autres, parce qu’il annonçait Jésus et la résurrection, disaient:

«Il semble qu’il annonce des divinités étrangères.»

19 Alors ils l’attrapèrent et le conduisirent à l’Aréopage en disant:

«Pourrions-nous savoir quel est ce nouvel enseignement que tu apportes?

20 En effet, tu nous fais entendre des choses étranges.

Nous voudrions donc savoir ce que cela veut dire.»

21 Or tous les Athéniens et les étrangers qui résidaient là ne passaient leur temps qu’à dire ou à écouter les dernières nouveautés.

22 Paul, debout au milieu de l’Aréopage, dit:

«Athéniens, je vous trouve à tout point de vue extrêmement religieux.

23 En effet, en parcourant votre ville et en examinant les objets de votre culte, j’ai même découvert un autel avec cette inscription:

‘A un dieu inconnu’!

Celui que vous révérez sans le connaître, c’est celui que je vous annonce.

24 Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve est le Seigneur du ciel et de la terre,

  • et il n’habite pas dans des temples faits par la main de l’homme.
  • 25 Il n’est pas servi par des mains humaines,

comme s’il avait besoin de quoi que ce soit,

lui qui donne à tous

  • la vie,
  • le souffle
  • et toute chose.

26 Il a fait en sorte que tous les peuples, issus d’un seul homme, habitent sur toute la surface de la terre, et il a déterminé la durée des temps et les limites de leur lieu d’habitation.

27 Il a voulu qu’ils cherchent le Seigneur et qu’ils s’efforcent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous.

28 En effet, c’est en lui que nous avons

  • la vie,
  • le mouvement
  • et l’être,

comme l’ont aussi dit quelques-uns de vos poètes:

‘Nous sommes aussi de sa race.’

29 Ainsi donc, puisque nous sommes de la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la divinité ressemble à de l’or, à de l’argent ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’imagination de l’être humain.

30 Sans tenir compte des temps d’ignorance,

Dieu annonce maintenant à tous les êtres humains, partout où ils se trouvent, qu’ils doivent changer d’attitude,

31 parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde avec justice par l’homme qu’il a désigné.

Il en a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant.»

32 Lorsqu’ils entendirent parler de résurrection des morts,

les uns se moquèrent et les autres dirent:

«Nous t’entendrons là-dessus une autre fois.»

33 Ainsi Paul se retira du milieu d’eux.

34 Quelques-uns cependant se joignirent à lui et crurent. Parmi eux figuraient Denys l’aréopagite,

une femme du nom de Damaris

et d’autres avec eux.

Manteau

Dans ce texte, l’évangile répond au coeur de personnes d’arrière-plans différents :

  1. Des Juifs, des païens convertis au judaïsme, monothéistes.
  • Des païens, grecs polythéistes principalement et les personnes d’Athènes.
  • J’aimerais faire remarquer que si la présentation est différente, le contenu est le même et tout aussi pertinent pour ces deux cultures totalement différentes.
  • Il y a un point qui ressort particulièrement dans l’exposé de Paul, c’est la résurrection de Christ !

Si ici, certains bloquent dessus, il est capital de souligner que ce point central est un des aspects qui soulignent qu’il n’y a pas d’autre divinité  ou croyance possible, il n’y a pas 36 solutions pour répondre à ce que Dieu a mis dans le coeur de l’homme, la pensée de l’Éternité, il n’y en a qu’une, Christ.

Arrière-plans différents

C’est peu dire si les arrière-plans sont différents, dans les trois villes où l’apôtre et son équipe s’arrêtent, nous avons vraiment des personnes de cultures et croyances différentes :

  • Juifs, les écrits  de l’Ancien Testament.
  • Les Grecs avec toutes leurs divinités.

Sur le plan philosophique, épicuriens, stoïciens.

Statut social :

– des personnes communes;

  • d’autres de la haute société (on note plusieurs fois des femmes de la haute société);
  • des responsables politiques;
  • des hommes;
  • des femmes.

L’Évangile s’adresse à tous et l’apôtre doit apporter le message de l’Évangile à tous !

1 Timothée 2 : 3-4

Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Pour ceux de culte et d’arrière-plan juifs, un point de l’exposé s’appuie sur la Parole (la loi, les prophète et les Psaumes) :

  • Qu’il soit Juif ou prosélyte, il va dans les synagogues.

L’appui est l’histoire du peuple juif

Il s’appuie sur l’histoire du peuple juif au travers de la révélation faite par l’Eternel dans les écrits qui correspondent.

  • Depuis des siècles, ils étaient dans l’attente du Messie.
  • Paul montre au travers des écrits que c’est Christ. Tous les aspects des prophéties donnés par les prophètes sont réalisés et accomplis parfaitement en Christ.

Actes – Chapitre 17

1 Paul et Silas passèrent par Amphipolis et Apollonie et arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue.

2 Paul y entra, conformément à son habitude.

Pendant trois sabbats, il discuta avec eux à partir des Ecritures 3 en expliquant et démontrant que le Messie devait souffrir et ressusciter.

«Ce Jésus que je vous annonce, disait-il, c’est lui qui est le Messie

4 Quelques-uns d’entre eux furent convaincus et se joignirent à Paul et à Silas, ainsi qu’un grand nombre de non-Juifs qui craignaient Dieu et beaucoup de femmes importantes..

Un autre aspect montre que l’attente du Messie étaient les écrits que l’Eternel avait laissé aux Hébreux.

  • Les auditeurs de Paul à Bérée ne voulaient pas se faire berner, alors ils vérifiaient tous les jours dans les Écritures si ce que disait Paul était bien fondé dans les Écritures.

Actes – Chapitre 17

11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact.

Mais pour l’arrière-plan des Athéniens ?

La suite du texte du jour nous plonge dans une culture totalement différente de celle de l’Ancien Testament et des Évangiles.

Polythéiste.

A  Athènes, il n’y avait pas que quelques dieux, mais c’était une épidémie !

Quand on parle de dieux, c’étaient des divinités, des idoles  qui ont fleuri de leur imaginaire très fertile dans ce domaine.

Ces idoles rivalisaient de beautés ou de valeurs et étaient servies par une foule de prêtres pour être au petit soin des dites divinités comme si leur futur dépendait du service religieux.

Sur plan philosophique

Épicuriens

Le bien suprême était le plaisir et le plaisir suprême était une vie de tranquillité, loin de toute souffrance et des passions comme les peurs superstitieuses (en particulier la mort, car avec elle, toute vie cesse).

L’âme, composée d’atomes, se désintègre avec le corps au moment de la mort. L’homme n’a donc à craindre ni dieux, ni mort, ni jugement après la mort.

Les épicuriens ne niaient pas l’existence des dieux mais prétendaient que ceux-ci ne s’intéressaient pas à la vie des hommes.

Au premier siècle, les disciples comprenaient essentiellement le plaisir dans le sens  « jouissance ».

Stoïciens.

Ils étaient déistes (le raisonnement prime à l’inverse de la foi) et enseignaient que l’univers était gouverné par la raison absolue selon un dessein préétabli.

Le souverain bien est de se conformer à cette raison en surmontant par une volonté «stoïque», les obstacles affectifs en nous.

Les coups du destin doivent être acceptés avec apathie.

Ils insistaient beaucoup sur la primauté de la raison de l’homme et sur son auto-suffisance.

Dieu est abstrait, on ne peut avoir de relation avec Lui.

Il n’y a aucun espoir de survie personnelle : à la mort, l’âme réintègre l’essence divine dont elle est issue. Les stoïciens ont eu beaucoup de succès auprès des Romains.

Caractère

On se croirait aujourd’hui : si l’un fait naitre l’égoïsme (hédonisme), l’autre sera l’orgueil de surmonter les difficultés et l’indifférence (un peu comme le bouddhisme).

La mort

Les épicuriens ne croyaient pas à une survie et les stoïciens que l’âme était réabsorbée.

Alors la résurrection !

Inutile de dire que ça a coincé, au moment où Paul a abordé l’annonce  que l’on est redevable face à Dieu, au moment du jugement et de la résurrection.

Annonce s’appuyant sur ce qu’ils connaissent

Ces Athéniens n’ont pas de fondement dans l’annonce des prophètes et des hommes de Dieu, alors Paul s’appuie sur ce qu’ils connaissent pour qu’ils puissent saisir la personne de l’Eternel et le lien possible entre Lui et les hommes par Christ.

Ancrage de Dieu.

« Le Dieu dont je parle n’est pas une nouveauté. »

Ici, il mentionne que celui dont il va parler n’est pas un inconnu car déjà  eux avaient la notion d’un dieu inconnu…

Réellement Dieu pas une nouvelle divinité inventée.

  • L’Eternel a prouvé sa divinité en tant que Créateur
  • Il n’est donc pas une idole de l’imagination des hommes mais Il est à l’origine de la vie des hommes, de leur vie présente et de leur recherche de Dieu.
  • Ce n’est pas eux qui créent Dieu, mais Dieu est à la source de tout.

Celui qui est apte à juger, c’est Celui qui est ressuscité

Dieu rappelle que tout sera jugé et que Celui qui est apte à cela, c’est Celui qui a vécu porté la pire des injustices, le péché, alors qu’Il était innocent et qu’Il l’a vaincu par Sa résurrection.

Ce qui bloque la résurrection

Car cela bloque sur l’aspect de la résurrection, cela ne rentre pas dans les cases des Athéniens de l’époque :

  • les stoïciens pensaient que l’âme était réabsorbée;
    • les épicuriens ne croyaient pas à une survie.

Je ne crois pas que cela rentre non plus dans les cases de nos concitoyens…

La résurrection de Christ est capitale

Mais la résurrection de Christ est capitale et Paul a bien fait de l’annoncer.

  • Cela a sauvé «Denys l’aréopagite, une femme nommée Damaris, et d’autres avec eux
  • Sans résurrection, Christ serait mort comme n’importe quel homme, point final !  Comment un noyé pourrait sauver un autre noyé ?

1 Corinthiens 15

16 En effet, si les morts ne ressuscitent pas, Christ non plus n’est pas ressuscité.

17 Or, si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est inutile, vous êtes encore dans vos péchés, 18 et par conséquent ceux qui sont morts en Christ sont aussi perdus. 19 Si c’est pour cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

20 Mais en réalité, Christ est ressuscité, précédant ainsi ceux qui sont morts.

  • Avec la résurrection, c’est la preuve de la victoire de Christ sur ce qui pourrit nos vies, nos relations, notre santé, les injustices et dont l’origine est le péché qui a pour finalité la mort.
  • La résurrection n’est pas un mythe. Les disciples de Jésus, terrorisés par Son arrestation et Son martyre, étaient barricadés. À la vue du Ressuscité, ils ont traversé le monde pour témoigner de Lui.

Jean 20 : 19-29

Pensons à Thomas qui avait des doutes et qui, face à Lui, a reconnu Sa Divinité.

1 Corinthiens 15 : 6-7

Pensons aux 500 autres témoins qui ont expérimenté cela.

Ce n’est pas du flan ou de l’auto-persuasion, mais Christ l’a prouvé par Lui-même.

Oeuvre de Christ unique

Point important de l’oeuvre de Christ. C’est un des aspects qui nous rappellent qu’Il est unique.

Pas d’égal dans l’histoire de l’humanité.

Christ seul

Seul Christ l’a fait et Lui seul.

  • Lui seul est pleinement recevable, tant dans Sa personne que dans la victoire sur le péché et la sanction que méritait le péché auprès du Père.

Victoire partagée

S’Il l’a fait, c’est aussi pour nous rendre participants de cette victoire sur l’oeuvre de la mort.

Si nous plaçons toute notre confiance en Lui :

– garantie future face au jugement de toutes choses;

  • garantie présente d’une vie épaulée par Celui qui peut tout, même au travers des rugissements des actes du péché qui nous environnent.

Phrase de conclusion.

Ce texte pousse chacun à un pas de plus avec Dieu et l’aide de Christ.

Repentance

  • Voulons-nous nous approcher de Lui, placer toute notre confiance en Christ ?

Adoration Louange

  • Voulons-nous Le remercier pour Sa victoire sur le péché et Sa résurrection ?

Bonne nourriture

  • Voulons-nous nous nourrir de Lui, de Sa Parole, au lieu de choses inutiles qui saturent nos vies ?
  • Voulons-nous bien le faire : picorer des vidéos suspectes ou être certains de ce que dit Dieu dans la Bible ?

Proclamation

  • Voulons-nous être attentifs à la manière dont nous présentons l’Évangile pour qu’il puisse être reçu ?
  • Cherchons à être pertinents et pas à enfiler une recette, sachant que même en étant la plus adaptée, la réponse dépend de la disposition du coeur où l’Évangile arrive. De plus en plus de personnes sont sans aucune notion de Dieu.

Cf Fil rouge

Liens Connexes: Prédications Série Actes ; Prédications Archives