La faiblesse apparente de la naissance de Jésus est triomphale (Luc 1 et 2)

La faiblesse apparente de la naissance de Jésus (Luc 1) ; Patrice Berger

prédication Luc 1 : Patrice Berger, 19_12_2021, église AB Lausanne

titre : La faiblesse apparente de la naissance de Jésus

D’une manière populaire, on parle souvent de la naissance du « petit Jésus ». C’est mignon, traditionnel, ça évoque de la tendresse. Mais mesurons-nous que la naissance de Jésus, l’incarnation, est un acte magistral et déterminant de Dieu ? Sans cette apparente faiblesse, l’oeuvre de la croix ne serait pas possible.
Lire les notes onlines en format html : La faiblesse apparente de la naissance de Jésus
Téléchargez les notes en format pdf
La faiblesse apparente de la naissance de Jésus .pdf

Vous pouvez consultez les textes bibliques référencés dans la prédication dans la Bible Segond21 (S21) Luc 1 ou la Bible NEG 1979 Luc 1 disponible online.

Les prédications/études bibliques sont aussi dispoible en format:

Luc 1 / Bible Segond21

1. Plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
2. d'après ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et qui sont devenus des serviteurs de la parole.
3. Il m'a donc paru bon à moi aussi, qui me suis soigneusement informé sur toutes ces choses dès l'origine, de te les exposer par écrit d'une manière suivie, excellent Théophile,
4. afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.
5. Durant le règne d'Hérode sur la Judée, il y avait un prêtre du nom de Zacharie, de la classe d'Abia; sa femme était une descendante d'Aaron et s'appelait Elisabeth.
6. Tous deux étaient justes devant Dieu, ils suivaient d'une manière irréprochable tous les commandements et toutes les lois du Seigneur.
7. Ils n'avaient pas d'enfant, parce qu'Elisabeth était stérile, et ils étaient l'un et l'autre d'un âge avancé.
8. Or, pendant que Zacharie remplissait sa fonction de prêtre devant Dieu – c'était le tour de sa classe –
9. il fut désigné par le sort, d'après la règle en vigueur pour les prêtres, pour entrer dans le temple du Seigneur et y brûler le parfum.
10. Toute la multitude du peuple était dehors en prière, à l'heure de l'offrande du parfum.
11. Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie et se tint debout à droite de l'autel des parfums.
12. Zacharie fut troublé en le voyant et la peur s'empara de lui.
13. Mais l'ange lui dit: «N'aie pas peur, Zacharie, car ta prière a été exaucée. Ta femme Elisabeth te donnera un fils et tu l'appelleras Jean.
14. Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse et beaucoup se réjouiront de sa naissance,
15. car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin ni boisson alcoolisée et il sera rempli de l'Esprit saint dès le ventre de sa mère.
16. Il ramènera beaucoup d'Israélites au Seigneur, leur Dieu.
17. Il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Elie pour ramener le coeur des pères vers leurs enfants et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer pour le Seigneur un peuple bien disposé.»
18. Zacharie dit à l'ange: «A quoi reconnaîtrai-je cela? En effet, je suis vieux et ma femme est d'un âge avancé.»
19. L'ange lui répondit: «Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu; j'ai été envoyé pour te parler et pour t'annoncer cette bonne nouvelle.
20. Voici, tu seras muet et tu ne pourras plus parler jusqu'au jour où cela arrivera, parce que tu n'as pas cru à mes paroles qui s'accompliront au moment voulu.»
21. Cependant, le peuple attendait Zacharie et s'étonnait qu'il s'attarde si longtemps dans le temple.
22. Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le temple; il s'exprimait par signes et il resta muet.
23. Lorsque ses jours de service furent terminés, il rentra chez lui.
24. Quelque temps après, sa femme Elisabeth fut enceinte. Elle se cacha pendant cinq mois, disant:
25. «C'est l'oeuvre que le Seigneur a faite quand il a porté le regard sur moi pour enlever ce qui faisait ma honte parmi les hommes.»
26. Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
27. chez une vierge fiancée à un homme de la famille de David, appelé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.
28. L'ange entra chez elle et dit: «Je te salue, toi à qui une grâce a été faite, le Seigneur est avec toi. [Tu es bénie parmi les femmes.]»
29. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.
30. L'ange lui dit: «N'aie pas peur, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
31. Voici que tu seras enceinte. Tu mettras au monde un fils et tu lui donneras le nom de Jésus.
32. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son ancêtre.
33. Il régnera sur la famille de Jacob éternellement, son règne n'aura pas de fin.»
34. Marie dit à l'ange: «Comment cela se fera-t-il, puisque je n'ai pas de relations avec un homme?»
35. L'ange lui répondit: «Le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.
36. Voici qu'Elisabeth, ta parente, est elle aussi devenue enceinte d'un fils dans sa vieillesse. Celle que l'on appelait 'la stérile' est dans son sixième mois.
37. En effet, rien n'est impossible à Dieu.»
38. Marie dit: «Je suis la servante du Seigneur. Que ta parole s'accomplisse pour moi!» Et l'ange la quitta.
39. A la même époque, Marie s'empressa de se rendre dans une ville de la région montagneuse de Juda.
40. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth.
41. Dès qu'Elisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant remua brusquement en elle et elle fut remplie du Saint-Esprit.
42. Elle s'écria d'une voix forte: «Tu es bénie parmi les femmes et l'enfant que tu portes est béni.
43. Comment m'est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne vers moi?
44. En effet, dès que j'ai entendu ta salutation, l'enfant a tressailli de joie en moi.
45. Heureuse celle qui a cru, parce que ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'accomplira.»
46. Marie dit: «Mon âme célèbre la grandeur du Seigneur
47. et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
48. parce qu'il a porté le regard sur son humble servante. En effet, voici, désormais toutes les générations me diront heureuse,
49. parce que le Tout-Puissant a fait de grandes choses pour moi. Son nom est saint,
50. et sa bonté s'étend de génération en génération sur ceux qui le craignent.
51. Il a agi avec la force de son bras, il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
52. Il a renversé les puissants de leurs trônes et il a élevé les humbles.
53. Il a rassasié de biens les affamés et il a renvoyé les riches les mains vides.
54. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s'est souvenu de sa bonté
55. – comme il l'avait dit à nos ancêtres – en faveur d'Abraham et de sa descendance pour toujours.»
56. Marie resta environ trois mois avec Elisabeth, puis elle retourna chez elle.
57. Le moment où Elisabeth devait accoucher arriva et elle mit au monde un fils.
58. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait fait preuve d'une grande bonté envers elle, et ils se réjouirent avec elle.
59. Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l'enfant. Ils voulaient l'appeler Zacharie, d'après le nom de son père,
60. mais sa mère prit la parole et dit: «Non, il sera appelé Jean.»
61. Ils lui dirent: «Il n'y a dans ta parenté personne qui porte ce nom»
62. et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu'on l'appelle.
63. Zacharie demanda une tablette et il écrivit: «Son nom est Jean.» Tous furent dans l'étonnement.
64. Immédiatement sa bouche s'ouvrit, sa langue se délia, et il parlait et bénissait Dieu.
65. La crainte s'empara de tous les habitants des environs, et dans toute la région montagneuse de Judée on s'entretenait de tous ces événements.
66. Tous ceux qui les apprirent les gardèrent dans leur coeur, et ils disaient: «Que sera donc cet enfant?» Et [en effet] la main du Seigneur était avec lui.
67. Son père Zacharie fut rempli du Saint-Esprit et prophétisa en ces termes:
68. «Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu'il a visité et racheté son peuple.
69. Il nous a donné un puissant Sauveur dans la famille de son serviteur David.
70. C'est ce qu'il avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens:
71. un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la domination de tous ceux qui nous détestent!
72. Ainsi, il manifeste sa bonté envers nos ancêtres et se souvient de sa sainte alliance,
73. conformément au serment qu'il avait fait à Abraham, notre ancêtre:
74. il avait juré qu'après nous avoir délivrés de nos ennemis il nous accorderait de le servir sans crainte,
75. en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie.
76. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras sous le regard du Seigneur pour préparer ses chemins
77. et pour donner à son peuple la connaissance du salut par le pardon de ses péchés,
78. à cause de la profonde bonté de notre Dieu. Grâce à elle, le soleil levant nous a visités d'en haut
79. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour diriger nos pas sur le chemin de la paix.»
80. L'enfant grandissait et se fortifiait en esprit. Il resta dans les déserts jusqu'au jour où il se présenta devant Israël.

Fil Rouge de la Bible 11a: Jésus de Nazareth sa naissance

Fil Rouge de la Bible 11a: Jésus de Nazareth sa naissance

T’étais-tu rendu compte que la naissance de Jésus n’a pas et n’aura jamais d’égal ? C’est certainement pour cela qu’une partie de l’humanité fête son anniversaire (à Noël) !

Une identité prometteuse

D’un certain côté, la naissance de Jésus est semblable à toutes les naissances de bébés depuis l’aube de l’humanité : on y retrouve un papa et une maman, neuf mois de grossesse, et un accouchement pour donner la vie. Le bébé bénéficie, comme tous les garçons juifs de son âge, d’une circoncision au huitième jour de sa vie, de son rachat au prix d’un couple de tourterelles, et d’une présentation au temple à l’âge de douze ans, après avoir bénéficié d’une éducation à l’école religieuse comprenant l’enseignement du « fil rouge ». Il apprendra, comme beaucoup d’autres, le métier de son père, et deviendra menuisier-charpentier dans la petite bourgade de Nazareth. Mais, conformément à la promesse de l’ange Gabriel, l’identité de cet homme est plus complexe : son père est en réalité le Saint-Esprit de Dieu. La réaction de Joseph lorsqu’il apprend la grossesse de Marie prouve bien qu’il n’est pas le vrai père. Pourquoi nous rapporter avec précision l’arrivée de ce bébé comme si cet événement était inhabituel ? Qui est donc cet enfant ?

Au-delà du hasard

Sept siècles auparavant, Dieu a promis à son peuple, par la bouche de ses messagers Michée et Esaïe, qu’un personnage exceptionnel changera le cours de l’Histoire. Ce personnage sera un don de Dieu, conformément à ses promesses. Ce sera son fils et il rétablira l’alliance entre Dieu et les Hommes, marquant la fin de la rébellion de la créature contre le Créateur. Il mènera son action avec perfection, soumis à Dieu et soutenu par lui. Il tiendra le rôle d’un Roi–serviteur. Le signe qui confirmera cette étape du plan de sauvetage sera le suivant : une jeune fille vierge sera enceinte et donnera naissance à un fils8 dans la petite ville de Bethléem, patrie du Roi David. En découvrant les récits de Matthieu et de Luc, on ne peut qu’être frappé par la précision de ces promesses, qui annoncent bien en avance la naissance de Jésus.

Un rôle unique dans l’histoire L’aspect extraordinaire de la venue de Jésus se confirme par l’apparition d’anges à sept reprises ; du jamais vu pour la naissance d’un bébé ! Le nom d’Emmanuel, que l’ange demande de donner à l’enfant, signifie « Dieu est avec nous » ! Il confirme le rôle unique que ce personnage va jouer pour l’humanité. Ce rôle est encore attesté par le discours de l’ange aux bergers à qui il annonce : « il vous est né un Sauveur ». Enfin, le sage Siméon, qui attendait la réalisation de la promesse de Dieu, annonce aux parents de Jésus, lorsqu’il prend ce bébé dans ses bras, quelque chose d’exceptionnel : cet enfant « est envoyé par Dieu pour sauver toutes les nations et devenir le Seigneur de toute la terre ». C’est pourquoi il peut demander à Dieu de le laisser mourir, maintenant « que ses yeux ont vu le Sauveur qui vient » de Dieu.

Un espoir tout proche Également annoncé par les messagers de Dieu10, la venue d’un précurseur qui prépare l’action de Jésus devient réalité. Ce sera Jean-le-Baptiste, un cousin de Jésus, de 6 mois son aîné. Devenu adulte, il avertit le peuple de Dieu du jugement imminent de Dieu sur l’Humanité, car celle-ci ne cherche plus à atteindre les objectifs que le Créateur lui avait fixés dans son plan initial . Loin d’arranger les choses, les tentatives de redressement que les Hommes entreprennent érigent des montagnes entre eux et Dieu, rendant leur retour encore plus impossible. Mais Jean promet que les chemins tordus deviendront droits, que les routes défoncées s’aplaniront, et que les montagnes seront rasées. Aussi peut-il encourager ses contemporains à réorienter leur vie d’indépendance en rendant à Dieu sa place de Seigneur de leur vie. Jean propose que cette volonté de faire demi-tour et de renoncer à cette indépendance envers Dieu soit confirmée par un geste concret : une immersion dans de l’eau, appelée baptême.

L’agneau de Dieu En se faisant baptiser lui aussi, Jésus assume sa solidarité avec l’humanité en acceptant les conséquences du rejet de l’autorité de Dieu par ses créatures. Il doit aussi subir le jugement promis par Dieu à tous ceux qui refusent de faire confiance au Créateur. Mais ce moment est aussi choisi par Dieu pour annoncer publiquement l’identité de Jésus : il est le « Fils bien-aimé » de Dieu et, de ce fait, parfait. Cette double appartenance à l’humanité déchue et à la divinité parfaite confirme l’identité prometteuse de Jésus. L’expression de Jean « l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » suppose un rôle essentiel de cet homme/Dieu pour servir de pont entre Dieu et les Hommes et ouvrir la voie d’une réconciliation. Accepter le sauvetage promis par Dieu se résumerait-il finalement à faire confiance à Jésus?

RÉFLEXION
Tout est singulier avec Jésus, sa naissance, sa destinée, sa nature. Y a-t-il d’autres équivalents dans l’Histoire de l’humanité ?

Tetes bibliques: Disponible dans la Segond 21 online: Jean 1 (ci-dessous), Mathieu 1 à 3, Luc 1à 3

Jean 1 / Bible Segond21

1. Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu.
2. Elle était au commencement avec Dieu.
3. Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
4. En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains.
5. La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie.
6. Il y eut un homme envoyé par Dieu; son nom était Jean.
7. Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière afin que tous croient par lui.
8. Il n'était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière.
9. Cette lumière était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain.
10. Elle était dans le monde et le monde a été fait par elle, pourtant le monde ne l'a pas reconnue.
11. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas accueillie.
12. Mais à tous ceux qui l'ont acceptée, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le droit de devenir enfants de Dieu,
13. puisqu'ils sont nés non du fait de la nature, ni par une volonté humaine, ni par la volonté d'un mari, mais qu'ils sont nés de Dieu.
14. Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.
15. Jean lui a rendu témoignage et s'est écrié: «C'est celui à propos duquel j'ai dit: 'Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi.'»
16. Nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâce.
17. En effet, la loi a été donnée à travers Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues à travers Jésus-Christ.
18. Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique, qui est dans l'intimité du Père, est celui qui l'a fait connaître.
19. Voici le témoignage de Jean lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des Lévites pour lui demander: «Toi, qui es-tu?»
20. Il déclara et sans restriction affirma: «Moi, je ne suis pas le Messie.»
21. Ils lui demandèrent: «Qui es-tu donc? Es-tu Elie?» Et il dit: «Je ne le suis pas.» «Es-tu le prophète?» Et il répondit: «Non.»
22. Ils lui dirent alors: «Qui es-tu? Nous devons donner une réponse à ceux qui nous ont envoyés! Que dis-tu de toi-même?»
23. «Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: 'Rendez le chemin du Seigneur droit', comme l'a dit le prophète Esaïe.»
24. Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens.
25. Ils lui posèrent encore cette question: «Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Messie, ni Elie, ni le prophète?»
26. Jean leur répondit: «Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous se trouve quelqu'un que vous ne connaissez pas.
27. Il vient après moi [mais il m'a précédé,] et je ne suis pas digne de détacher la courroie de ses sandales.»
28. Cela se passait à Béthanie, de l'autre côté du Jourdain, où Jean baptisait.
29. Le lendemain, il vit Jésus s'approcher de lui et dit: «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
30. C'est celui à propos duquel j'ai dit: 'Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il existait avant moi.'
31. Pour ma part, je ne le connaissais pas, mais c'est afin de le faire connaître à Israël que je suis venu baptiser d'eau.»
32. Jean rendit aussi ce témoignage: «J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui.
33. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau m'a dit: 'Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est lui qui baptise du Saint-Esprit.'
34. Et moi, j'ai vu et j'atteste qu'il est le Fils de Dieu.»
35. Le lendemain, Jean était encore là avec deux de ses disciples.
36. Il vit Jésus passer et dit: «Voici l'Agneau de Dieu.»
37. Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles et suivirent Jésus.
38. Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?»Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?»
39. «Venez, leur dit-il, et voyez.»Ils y allèrent [donc], virent où il habitait et restèrent avec lui ce jour-là. C'était environ quatre heures de l'après-midi.
40. André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus.
41. Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ.
42. Il le conduisit vers Jésus. Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.
43. Le lendemain, Jésus décida de se rendre en Galilée. Il rencontra Philippe et lui dit: «Suis-moi.»
44. Philippe était de Bethsaïda, la ville d'André et de Pierre.
45. Philippe rencontra Nathanaël et lui dit: «Nous avons trouvé celui que Moïse a décrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé: Jésus de Nazareth, fils de Joseph.»
46. Nathanaël lui dit: «Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth?» Philippe lui répondit: «Viens et vois.»
47. Jésus vit Nathanaël s'approcher de lui et dit de lui: «Voici vraiment un Israélite en qui il n'y a pas de ruse.»
48. «D'où me connais-tu?» lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: «Avant que Philippe t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.»
49. Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.»
50. Jésus lui répondit: «Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois? Tu verras de plus grandes choses que celles-ci.»
51. Il ajouta: «En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez [désormais] le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme.»

Lien connexe: lefilrougedelabible.com